La résistance de Dolus, commune de l’ile d’oléron, qui ne veut pas d’un Mac donalds,

Mais qui va l’avoir quand même, hier le tribunal administratif de poitiers a condamné la commune à 300 euros d’astreinte chaque jour, si la mairie persiste à refuser un permis de construire à la multinatiale du hamburger…

« Le symbole serait terrible de voir notre île devenir la première à être colonisée par McDo » dit Gregory gendre, le maire de dolus… c’est dans Sud Ouest

Sud Ouest conte avec tendresse et ironie une bataille où les ilois se déchirent. D’un côté, les pro mac do… qui surnomment le maire Kim Jong Gendre (en corée du niord non plus, il n’ya pas de mac do) et espèrent, avec le restau, 40 emplois en CDI… En face, ceux qui veulent préserver oléron d’une « insulte aux valeurs de notre île » :. « Oléron, c’est l’océan, les dunes et l’ostréiculture …

C’est une histoire universelle, sur le dilemme entre la tradition et le vaste monde qui nous tente, le premier mac do est à une heure de route par le pont, n’ont pas 20 euros pour faire comme les vieux et « se payer six huîtres et un verre de blanc. » Mais l’ailleurs menace, on imagine les plages souillées d’emballages de hamburgers, quelque chose affleure aussi que l’on devine … « Le problème ne vient pas de McDo, mais de ses clients

et par-dessus tout, la peur de ne plus être… Oléron est aussi cette ile où des restaurateurs refusent de servir des moules avec des frites aux touristes déconfits parce que dans « Dans la tradition oléronnaise, on ne peut associer un produit cuit en marinière avec un autre frit. »

Et la tendresse nous prend devant la fragilité du passé…

Pendant ce temps, près d’armentières, dans le nord, le village de Frélinghiem frémit encore d’avoir résisté à ce qu’il vit comme une invasion… Le week end dernier, élus et agriculteurs ont empêché des gens du voyages de s’installer sur le terrain de football local… La voix du Nord relève ceci, une impression… « les installations de communautés des gens du voyage dans la région sont plus nombreuses et surtout plus imposantes », et les réactions des communes sont plus dures… « Comme si les élus et les habitants en avaient assez de voir leurs équipements municipaux occupés et les agriculteurs leurs champs abîmés ». C’est la Une du journal.

Ce sont les petits signaux faibles d’un pays agressé, que ses médias exposent pourtant au vaste monde…

Et l’Allemagne prend encore de la place dans les journaux

Mais est ce le vaste monde, l’Allemagne… elle vote après le week-end, et c’est comme si c’était nous. On en parle plus que des sénatoriales… On a lu tellement depuis des semaines qu’on s’étonne de s’étonner encore. On lit dans Courrier international, un article sur la Leipzig, la ville à la mode. On voit de belles photos de la beauté de l’Allemagne dans ses eaux, la baltique, un fleuve, un lac, dans le magazine des échos, et on a plus envie de s’y attarder –dans cette paix- que dans la saga du patron de Mercedes… On compatit dans le Figaro au dilemme des turcs d’Allemagne, à qui le président Erdogan a demandé de boycotter l’élection… On est saisi de Heinz ude, un professeur de sociologie de l’université de Cassel, une interview très forte dans les Echos, « Les deux tiers des membres de l’afd sont des nazis »… et l’on s’interroge sur ce pays heureux,

Mais l’Allemagne est ce qui détermine la France…

Le point élargit, et nous submerge dans un grand dossier… La Françallemagne est là. Tout y concours, l’entente des gouvernants, le retour des classes bilangues (c’est BIEN de parler allemand professionnellement rappellent les échos) comme le gout de Macron pour le philosophe habermas…

Es muss sein ? écrivait Beethoven en marge de son quatuor à corde !

Es muss sein, cela doit être…

Et à lire…Les échos aussi… Le quotidien économique surjoue le rapprochement possible de Siemens et Alstom, écarté il y a trois ans par le gouvernement français qui a changé et changé d’avis. Siemens hésite entre une histoire française et une fusion couteuse d’emplois avec le canadien bombardier…

Ce sont les manœuvres des grands fauves de l’économie, la Commerzbank aussi est en vente et pourrait intéresser BNP Paribas…

Et cette sensation d’inéluctable se double d’une dépossession. Que décidons nous ? Lecteurs ou électeurs ?

L’est républicain raconte Belfort, fief d’alstom, et ses salariés inquiets: « il y a un an, le 4 octobre 2016, sous les lambris de la préfecture du Territoire de Belfort, le PDG d’Alstom, Henri Poupart-Lafarge, s’était engagé à investir 30 millions d’euros dans une plateforme de production de locomotives hybrides. » L’argent n’est pas venu, faute de de commandes…

Là-dessus, la rumeur siemens arrive, qui fait monter l’action alstom… C’est bien, mais vu de l’usine…

Pour redorer l’ambiance, Le point est malin qui fait de la french pride au détour de son grand dossier …

On ne peut pas tout citer mais ça booste.

« Les Allemands aussi respectent les performances françaises. À côté du TGV, l'ICE allemand fait pâle figure. Le réseau autoroutier est presque deux fois plus important en France qu'en Allemagne. Internet aussi est plus développé chez nous. Les Allemands envient la natalité française, les grandes écoles et les crèches qui permettent aux femmes de travailler. »

Et dans Libération la volksbuhne, le temple berlinois de la danse, est bouleversée par la mondialisation…. un directeur belge Chris Dercon, et un chorégraphe français Boris Charmatz.

Es schmeckt finalement.

On évoque Liliane Bettencourt dans les journaux

Une si vieille dame qui se vivait comme « la fille de son père », Eugène Schuller, l’inventeur de la puissance de l’Oréal et dont on connait la fin étrange… L’article le plus juste dans sa concision est celui de l’opinion, qui renvoie la disparition de la dame au seul deuil de son entreprise…

Il y a des moments où, dans des media qui font long, il faut rester très simple… Ainsi, sur Florian Philippot qui rend au journalisme une figure connue) on peut aller à l’humanité.

« l’option sociale du FN va rester crédible »

Ou dans l’est républicain, pages franche comté, lire les regrets de l’eurodéputé sophie montel, 48 ans dont trente de parti, qui quitte aussi le FN… Une sortie sur « l’évidente inégalité des races », au conseil municipal de Besançon en 1996, « soutenir » Jean-Marie Le Pen. Un flirt avec une étrange association païenne… et ce travail d’assistante d’un notable du Front… Roland Goguillot-Gaucher, ex-collaborateur qui incitait les nazis à « fusiller utile ».

Ce fut le Front National…

Enfin, une dernière petite chose. Lue dans la voix du Nord. C’est du sport.

« L’équipe du Saint-Omer cricket club stars a remporté le premier championnat des Hauts-de-France. Cette équipe a été montée avec des jeunes réfugiés, qui s’entraînaient régulièrement au jardin public. Les trois quarts des joueurs sont des Afghans; le quart restant est pakistanais. Il y a aussi un joueur du cru dans l’équipe. »

On en sortira. Dans les Inrockuptibles, l’écrivain Jonathan Safran Foer, superbe, nous explique à quel point il est important de croire !

L'équipe
Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.