N'ayez pas peur ! Au lendemain des révélations sur l'attentat déjoué contre des églises, cette apostrophe de Jean-Paul II, juste après son élection, prend un nouveau sens aujourd'hui, pour les chrétiens. Ne cédons pas à la peur... C'est le message de Guillaume Goubert dansLA CROIX . C'est le message d'Olivier Ribadeau dans LE FIGARO . Le secrétaire général de la Conférence des évêques de France lance un appel à la vigilance. Il serait dangereux de regarder l'autre avec méfiance.N'ayez pas peur ! Ca s'impose selon Bruno Dive de SUD-OUEST . Il faut éviter de se laisser entraîner dans cette guerre de religion dans laquelle les fanatiques cherchent à nous jeter. Ne pas tomber dans le piège de la concurrence victimaire. On sait que les juifs et les musulmans modérés sont aussi pris pour cibles.N'ayez pas peur ! Car, on le voit bien, derrière le scénario projeté par Sid Ahmed Ghlam et ses commanditaires, s'affirme la volonté des jihadistes d'imposer une fracture sociétale en France, fondée sur la différence de religion écrit encore Hervé Chabaud dans L'UNION .La volonté, ajoute Philippe Waucampt du RÉPUBLICAIN LORRAIN , de susciter une réaction en chaîne contre les mosquées afin d'arriver à une radicalisation des musulmans sur notre territoire.N'ayons pas peur donc, mais protégeons...Protégeons les églises. En ce sens, selon Alain Barluet du FIGARO , le dispositif de protection mis en place depuis les attentats de Paris est pertinent. Mais on parlait de fracture à l'instant. Des voix se sont élevées hier, pour demander une surveillance accrue des églises. Le devoir du gouvernement est de protéger nos églises comme il le fait pour les mosquées et les synagogues, a dit Philippe Meunier le secrétaire national de l'UMP chargé de la Défense. Avis partagé par un officier au sein de l'armée. Il serait opportun de dégarnir un peu la protection des mosquées pour renforcer celle des églises.Les lieux de cultes musulmans ne sont pas les plus menacés par les jihadistes.N'ayons pas peur, osons.Osons afficher nos convictions, détournons les symboles.PHILOSOPHIE MAGAZINE dresse le portrait de Combo. Combo fait du street art. Il a inventé le slogan "Coexist" qu'il affiche sur les murs. Le C de Co est un croissant. Le X, l'étoile de David. Le T, la croix des chrétiens. Deux semaines avant la rencontre avec PHILOSOPHIE MAGAZINE , Combo a été tabassé près de la porte Dorée à Paris, alors qu'il était en train de coller son affiche.N'ayons pas peur ! Osons le dire aussi !

Peut-être, la menace sur les Chrétiens de France va t'elle enfin nous sortir de notre passivité vis à vis des Chrétiens d'Orient. Depuis le début du conflit, ils sont trois cent mille à avoir fui la Syrie. En Irak, plus de la moitié ont fui. Ils sont passés d'un million en 1997 à quatre cent mille aujourd'hui.Jean-Marcel Bouguereau deLA RÉPUBLIQUE DES PYRÉNÉES .Certains osent le dire aussi ce matin, il y a dans les révélations d'hier, une forme d'opportunisme politique.Une récupération de l'actualité soulignée par Raphaël Proust dansL'OPINION . Vous l'avez rappelé hier, Manuel Valls, le gouvernement était mobilisé à travers la loi anti-terroriste de novembre et surtout le projet de loi sur le renseignement que les députés doivent voter le 5 mai. Hier, François Hollande a sans ambiguïté, établi un lien entre cet attentat déjoué et ce dernier texte. "Nous devons toujours améliorer notre capacité de renseignement dans l'état du droit d'aujourd'hui et dans l'état du droit de demain, dans le respect des libertés. Et c'est la raison pour laquelle un texte est en discussion ". Mais il faut aussi ne pas prendre de risque inconsidéré. Et là, on s'éloigne un peu de l'attentat déjoué en France, pour se rendre en Arabie Saoudite avec ce drôle de labo révélé par L'OBS . L'Institut Pasteur envisage d'aider Ryad à se doter d'un laboratoire biologique de haute sécurité. Ce labo ne sera pas une officine anodine, écrit Vincent Jauvert. On y manipule, purifie et éventuellement modifie des agents mortels et souvent très contagieux contre lesquels on ne connaît aucun traitement. Exemple l'anthrax, la peste, le Sras. Les chercheurs y travaillent en combinaison. Quand ils en sortent, ils doivent prendre des douches chimiques de 20 minutes. Si les règles ne sont pas respectées, on risque une catastrophe. C'est déjà arrivé en 1979 en Union soviétique. Des spores d'anthrax ont été relâchées dans l'atmosphère. Au moins une centaine de personnes sont mortes. Le chiffre exact est toujours tenu secret par les services russes. Un officiel français se demande.En Arabie Saoudite... la liberté d'expression n'existe pas. Qui osera donner l'alerte s'il y a problème ? Et puis, il ne faut oublier le risque terroriste. Au gouvernement, on affirme à L'OBS que rien n'est signé. Rien n'est fait. Comme si on sentait que dans cette affaire, on risquait d'aller trop loin.Quoi d'autre dans la presse ce matin ? Les deux ans du mariage pour tous. Joyeux anniversaire !LA CROIX livre les chiffres. 17 500 couples homo mariés. Vingt-trois pour cent des unions célébrées dans des villes de plus de 200 000 habitants. Les maires, même les plus récalcitrants s'y sont pliés. Côté adoption, 721 demandes déposées. 281 validées. Et l'Église ? Les tensions semblent appaisées. Au début, il y avait une unanimité contre. Aujourd'hui, certains catholiques sont sortis de leur réserve pour dire qu'au fond, l'adoption de la loi n'était pas si mal.D'autant que maintenant, il y a aussi le divorce pour tous ! Si l'immense majorité des couples mariés coule des jours heureux,LE PARISIEN-AUJOURD'HUI EN FRANCE relève que des demandes de divorces commencent bel et bien à arriver devant les tribunaux. Certaines unions prennent l'eau plus vite que d'autres.La société française évolue. Avec ces jeunes dont la situation n'a jamais été si mauvaise. Dossier duPOINT , génération pigeon. La France bouge. Elle s'installe à la campagne. Dossier duCHASSEUR FRANÇAIS de mai. Cent mille personnes quittent chaque année la ville. En Corrèze, un pôle d'accueil a été mis en place pour préparer ces nouveaux venus auprès de la population locale. Ne rien idéaliser. Les problèmes de voisinage existent à la ville comme à la campagne. "Grincheux tu es, grincheux tu resteras. "Autre mouvement en ville cette fois. Le gentrification fait son œuvre, notamment à Paris. Gentrification ? Quand des jeunes ménages rachètent et réhabilitent d'anciens bâtiments décrépis dans des quartiers populaires. C'est Hipster sur la ville pourLES INROCKS . Hipster, catégorie de personne à la réalité sociologiquement floue. En gros, les hommes portent la barbe et des casquettes. Ils traînent en Stan Smith. Roulent à vélo, ont des tatouages sur les bras. Ils font leur course dans les épiceries bio. Bref, bobo quoi. Tout cela peut paraître bienveillant. Mais il y a un revers à la gentrification. Prenez l'exemple du Marais à Paris. Les classes supérieures ont délogé les ouvriers. La mixité sociale n'est qu'apparente. A Sopi à Paris, oui, on dit Sopi pour South of Pigalle, le Sud de Pigalle, les bars à cocktail ont remplacé les bars à hôtesses. Dans l'Est parisien, les coiffeurs africains ont été remplacés par des boutiques vintage. Selon une géographe, la substance populaire de ces quartiers a été détruite et récupérée par la petite bourgeoisie intellectuelle.

Le vivre ensemble, on le voit, n'est pas une évidence pour tous.

L'équipe
Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.