C'est certainement une première. En ce mois de janvier 2014, un ministre en exercice pose dans Lui !

Ne vous trompez pas quand vous ouvrirez le magazine. Page 54, une jeune fille en mini short a enlevé le haut. Page 64, Michel Sapin est en costume cravate gris. Il ne montre même pas un bout de chaussette rose.

Sapin ou "Le ministre des courbes", courbe du chômage en l'occurrence. Interview accordée à un certain Thomas Legrand. Et, passés la surprise et les sarcasmes (Sapin dans un numéro de Lui consacré à la montagne ah ah ah), c'est un entretien très sérieux sur l'exercice du pouvoir.

« - Qu'est ce qui a changé dans l'exercice du pouvoir entre les années 90 et aujourd'hui ?

  • La vitesse du monde, l'instantanéité de l'information.

  • Est ce que vous avez plus de mal aujourd'hui à être en contact avec la réalité ? - Sortir simplement pour un contact plus direct est quelque chose de plus complexe. La discrétion n'existe plus. Les anti-mariages pour tous ont utilisé ce système-là. Un jour en vacances, je vais à la crêperie du coin et tout d'un coup j'entends "Ta loi on n'en veut pas". Ces choses étaient totalement inconcevables il y a quelques années. »

Politique sous pression, fini l'anonymat ou la discrétion. Comme chaque semaine depuis le début du mois, l'arrivée en kiosque des magazines people fournit son lot de titres chocs et de photos un peu floues.

VSD : « Hollande est-il piégé ? Il voulait rompre, elle voulait revenir ».

Closer , parution avancée de 24 heures. « Valérie Trierweiler : ils veulent la faire taire ».

Paris Match : « Julie Gayet la discrète ».

Gala : « Les femmes du président, comment les séduit-il ? »

Traiter ou pas, ces informations ? Le débat jusque-là s'est résumé à une opposition entre vie privée et vie publique.

Dans Libération , le philosophe Mickël Foessel tient un discours différent

Il faut "Continuer à lutter pour l'intime, qui diffère du droit à la vie privée". Discours à la fois sur le contexte politico-people que l'on connait et sur la société à l'heure à la fois de Twitter et des bouleversements de la famille.

« La séparation public/privé n'a presque aucune chance de survivre aux mutations technologiques et anthropologiques actuelles dit Mickaël Foessel. En revanche, il faut continuer à lutter pour l'intime, c'est à dire la liberté d'expérimenter ses désirs, d'organiser ses liens affectifs sans se soucier des hiérarchies sociales. »

Ne pas confondre non plus transparence et publicité. « Pour pouvoir délibérer sur une loi, il faut bien qu'elle soit publique. De même les procédures par lesquelles le pouvoir nomme, décide et tranche relèvent de l'espace publique.

La transparence, c'est autre chose : ceux qui désirent la transparence absolue présupposent qu'il y a toujours quelque chose à voir derrière les apparences. Ils considèrent qu'il n'y a pas d'inconscient, pas d'ambigüité. Appliqué à la politique, c'est la conviction qu'il existe un système et qu'un complot empêche de comprendre ce système. »

A la même rubrique « Rebonds » de Libération , un texte du psychanalyste Serge Hefez :

Une libération - 23.01.2014
Une libération - 23.01.2014 © Radio France

« Hollande dynamite le mariage. Notre président déconstruit l'institution matrimoniale (…).

  • Premier acte, il fonde une famille hors mariage. Couple égalitaire au point qu'il a failli devenir le premier monsieur de France

  • Deuxième acte : il est le seul président non marié à imposer officiellement une compagne

  • Troisième acte : il intronise le mariage homosexuel au sein duquel il revient à chacun d'inventer au quotidien la répartition des rôles et des statuts sans référence à la moindre norme en la matière

  • Quatrième acte : il ébranle le statut de première dame qui nous cantonne dans le spectacle rassurant d'un éternel féminin

Étonnant moment du quinquennat dans lequel vie privée et action politique semblent se rejoindre aux yeux de certains.

La présidence Hollande : celle du mariage pour tous, du droit à l'IVG conforté, des débats ouverts et refermés sur la PMA, de la loi égalité hommes femmes, de la loi à venir sur la fin de vie.

"La gauche veut changer notre vie privée", titrait hier Le Figaro . Le Figaro poursuit ce combat ce matin à la page débat. Deux tribunes au lance-flammes sur le thème : la gauche nous prive de nos libertés. L'essayiste Roland Hureaux : « Le nouveau socialisme libertaire est une idéologie, un système d'idées fausses et contre-nature inspirant ses décisions au pouvoir. »

Dans Le Parisien-Aujourd’hui en France , interview de l'homme qui pilote le projet à l'UMP, Hervé Mariton.

« L'UMP a un problème avec les sujets de société », reconnaît Hervé Mariton. Lui qui fut l'une des figures du mouvement anti mariage homo aimerait que son parti soit plus offensif sur ces sujets. Initialement, un volet de son projet prévoyait de mettre fin à l'adoption par les couples de même sexe et de revenir à une alliance civile plutôt qu'un mariage. Projet retoqué. « Mais faites-moi confiance pour en reparler. »

Que représente cette partie de la droite qui n'a pas accepté le mariage pour tous et est choquée lorsqu'on ne limite plus officiellement l'IVG aux situations de détresse ? Bulle médiatique ? En tout cas, le magazine Elle a lancé hier un mot-clé sur Twitter pour défendre le droit à l'IVG. .

Ces questions reviennent alors que François Hollande est reçu demain par le Pape.

Juste avant les tribunes au lance flammes, dans Le Figaro de ce matin, papier tout en nuances d'Anne Fulda sur cette visite. Cela commence dans le bureau du président, juste avant Noël. Son ami Jean-Pierre Jouyet le met en garde : « N'oublie pas que tu as besoin aussi des catholiques. »

Hollande n'est pas l'ultra laïcard souvent dépeint ni le militant acharné pour le mariage pour tous.

Dans son interview à Lui , Michel Sapin revient sur ce moment du quinquennat en parlant de François Hollande : « il sait que c'est aussi une forme de cassure profonde dans la société. »

Le rapport du président à la religion, l'un de ses proches Jean-Pierre Mignard le décrit dans Le Figaro comme un simple attachement à son histoire et à sa culture. On est loin de Mitterrand qui avait glissé à un collaborateur lors de sa première visite au Vatican : « Prenez un chapelet pour ma sœur ! »

Pourquoi Hollande va-t-il voir le pape alors ? Parce que ça lui est utile dans le contexte actuel. Homme sans affect, dit une biographie récente.

Capture d'écran - Huffington post
Capture d'écran - Huffington post © Radio France
Mise en garde de la très laïque [Caroline Fourest sur le _Huffington Post_ .](http://www.huffingtonpost.fr/caroline-fourest/visite-hollande-pape_b_4639224.html) Il doit assumer de porter des valeurs comme le mariage pour tous, l'égalité homme-femmes et le droit à l'avortement. Sinon, il donnera le sentiment d'y aller pour se faire pardonner une faute, presque un péché. » Vie privée, vie publique... Où est le sens, où l'impudence et l’imprudence ? Trois anecdotes à méditer pour finir. On pensait que paparazzis et politiques étaient des ennemis. Dans _Le nouvel Observateur_ , portrait de Pascal Rostain, le plus célèbre des paparazzis. On y apprend qu'il a abrité dans son appartement parisien, les amours d'un certain François et d'une certaine Valérie à l’été 2007. Quand les politiques dévoilent leur part privée. Dans _Le Point_ , portrait plutôt gentil de Jean François Copé. Le voici avec sa femme dans le TGV devant la journaliste Anna Cabana. Il vient de perdre sa grand-mère, il a les yeux gonflés. « A ses yeux tout ce que tu faisais était sublime, lui dit Nadia sa femme - Aux yeux de ma mère aussi, remarquez, répond Copé - J'ai rarement vu un roc comme toi, reprend sa femme. Et elle ajoute : - Je ne travaille plus, je me consacre entièrement à Jean François » Quand un journaliste dévoile les coulisses politiques et privées d'un moment de l'histoire de la gauche. Plus de 30 ans d'histoire des potes et des beurs sous la plume de Claude Askolovitch dans _Vanity Fair_ . Les avancées, les ambitions, les déceptions, les jalousies, les rancœurs, la politique qui les a utilisés et abimés. Magnifique formule d'Askolovicth qu'on aurait aimé trouvé : "Le visage fatigué d'Harlem Désir est notre portrait de Dorian Gray" A demain
L'équipe
Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.