Les faits alternatifs avancés par l'entourage de D Trump ; 2 candidats pour la gauche, mais pour quoi faire ? Perdre ?

La revue de presse, bonjour hélène Jouan, on commence par une nouvelle querelle américaine lancée par le tout nouveau président Trump sur « les faits alternatifs »

« C’est la plus grande foule qui ai jamais assisté à une investiture, point barre ». En anglais, un « Period », point barre, péremptoire asséné par le porte-parole de Donald Trump lors de sa première conférence de presse. Une réplique sur le point de devenir culte et d’être surtout le marqueur du tournant assumé par le nouveau président: au diable les faits ! les faits réels, puisque face à eux on peut donc brandir des « faits alternatifs », selon l’expression de la conseillère de Trump, à la Une du Financial Times ce matin encore

Ce « point barre » prononcé samedi soir par Sean Spicer pour démentir contre toute vraisemblance et vérification, le fait qu’il y ait moins de monde à l’investiture de Trump qu’à celles d’Obama….est devenu un phénomène viral nous raconte ce matin le quotidien 20 minutes. Dans la foulée de cette déclaration « point barre », un mot clé est en effet apparu sur twitter, les « faits de Spicer », le principe est simple, asséner un fait improbable assorti de l’expression point barre. Exemple, « le voyage du Titanic s’est très bien déroulé, et les passagers ont hâte de faire le voyage retour. Point barre » ou encore « la terre est plate. Point barre ».

On peut en rire mais pas que…Hélène

Dans le Guardian, Jonathan Freedland se gausse un peu et s’inquiète beaucoup. « Nous savons désormais écrit-il, que le président Trump et son attaché de presse sont les héritiers de Marx. Pas Karl, Groucho Marx ». Celui- là même qui dans un sketch en 1933, s’interrogeait « qui allez-vous croire ? Moi ou vos propres yeux ? ». Voilà, les photos publiées ce week end montrant, démontrant que la foule était plus dense sous Obama qu’avec Trump, n’ont aucune réalité pour les nouveaux locataires de la maison blanche. « Inquiétant » poursuit l’éditorialiste du Guardian. « Ca ressemble plus à de la com à Pyong Yang qu’à Washington. Inquiétant, parce que les régimes autoritaires ont tous ce point en commun, de délégitimer les fait. Alors maintenant conclut il, nous avons le choix. Faire comme si c’était normal, et couvrir normalement la maison blanche. Ou changer notre façon de faire. Cnn notamment a judicieusement décidé de ne pas re transmettre les propos de Sean Spicer sans montrer à l’image, à l’appui les photos qui prouvent le contraire de ce qu’il dit. »

Ce matin, sur son compte facebook, c’est au tour du célèbre journaliste américain Dan Rather de pourfendre les « faits alternatifs » désormais avancés par l’équipe Trump. Attention, met il en garde, nous ne vivons pas des temps « normaux ». Rien n’est normal dans ces mensonges. Alors que faire ? et bien, conseille t il à ses collègues ou ex collègues, à chaque fois que vous aurez à interroger un Républicain, posez lui la question « que faites vous pour combattre les mensonges de la maison blanche ? » s’il vous répond, ok, continuez, s’il refuse, mettez-fin vous-même à l’interview »

Chez nous Hélène, ce sont bien sûr les résultats du premier tour de la primaire de la gauche qui sont commentés par la presse ce matin

Rien évidemment dans vos journaux, pour cause de bouclage, sur la participation exacte à ce premier tour, bien en deçà de celle claironnée hier soir. Même si Nord Littoral semble avoir anticipé la faiblesse de la mobilisation avec sa Une « Grosse déprime sur la primaire ».

Si la presse régionale choisit de parcourir tout le champ lexical tournant autour de l’affrontement entre vous, Benoit Hamon et Manuel Valls dimanche prochain. « Match, joute, duel, guerre », certains soulignant votre avance « Hamon en tête, Valls à la peine » met à sa Une le Courrier Picard pour saluer votre nouveau statut de favori, la presse « nationale » y va beaucoup plus cash sur le thème de la fracture du ps, sur celui aussi de l’irré-con-cia-bilité des gauches en présence. Libération titre « 2 gauches » Le Figaro et l’Opinion, « le choc des 2 gauches » « Le Ps coupé en 2 » met à sa Une le Parisien.

Quasi-unanimité également pour pronostiquer, 1 votre victoire dimanche prochain, 2, la certitude que malgré elle, vous ne parviendrez pas à faire la synthèse de cette gauche fracturée entre « gauche du réel et gauche du rêve » pour user de la terminologie de votre adversaire, et que la gauche, la vôtre en tout cas, sera bel et bien éliminée de la présidentielle en mai prochain. Laurent JOffrin dans Libération tente de prendre un mal pour un bien, en avançant qu’au terme de cette primaire, « enfin, l’affaire sera tranchée », verdict entre « une social-démocratie avant tout réaliste et un socialisme renouvelé en partie utopique », cette guerre des 2 gauches qui a empoisonné tout le quinquennat de Hollande. Clarification pour le ps, peut être mais pour quoi faire ? pour rien, affirme Paul Henri du Limbert à la Une du Figaro « Hamon comme Valls sont promis à une humiliante élimination au soir du premier tour prédit-il, et devront, d'ici là, subir les appels au désistement venus soit de Jean-Luc Mélenchon, soit d'Emmanuel Macron. Sortir ou se faire sortir » voilà le sort qu’il vous réserve à l’un comme à l’autre. Quand Laurent Bodin dans l’Alsace relève que « votre probable victoire élargit déjà l’espace politique du candidat Macron »

Dans le Parisien, un couple de militants rencontré chez le perdant Montebourg, résume assez bien la situation : A Philippe Martinat, l’homme dit pour se consoler« Pas grave, Ca va être cool de battre Valls », mais sa copine poursuit, « Pas grave, toute façon on perd à la fin »

Un mot sur un homme qui n’a pas voté hier ?

François Hollande ! le Huffington post a pris un malin plaisir à aller chercher ce que le président disait de vous, dans ce qu’on peut désormais qualifier de « bible du quinquennat », l’ouvrage de Davet et Lomme « un président ne devrait pas dire ça » : vous venez de poser votre signature sur la motion de censure contre Manuel Valls en mai 2016, Cela agace, heurte François Hollande, qui lâche . "Mais aujourd'hui, Hamon, il est quoi ? Pas grand-chose", Bon, mais il parait que c'est une citation tronquée! Hollande aurait dit s'il lâche le ps

Le Figaro s’amuse lui à saluer l’inventivité du président pour échapper à votre primaire « il faut lui reconnaitre un certain talent dit le journal, après avoir torpillé votre deuxième débat en s’invitant au théâtre chez Drucker, il était hier dans le désert de l’ATACAMA, au Chili. L’un des endroits les plus isolé de la planète, pas de connexion internet ni réseau téléphonique. Mais l’Elysée a néanmoins fait savoir « que le président restait toujours connecté ». Il doit donc savoir à l’heure qu’il est, que le « pas grand-chose » est arrivé à quelque chose. Le Figaro indique que l’agenda de l’élysée ne précise pas encore ce que François Hollande fera la semaine prochaine.

Et on termine par une info cruciale

« La terre va disparaitre. et c’est presque pour demain ». Information des Echos ce matin. C’est en observant le sort et l’évolution d’une étoile, baptisée la L2 Puppies, que des astronomes sont en train de tirer des plans sur la comète quant au devenir de notre propre soleil. Un soleil qui devrait d’ici 5 milliards d’années se transformer en « géante rouge », et d’ici là, gagner en volume, en surface et en luminosité. Avec une conséquence directe pour la terre : d’ici seulement un milliard d’années, la température à la surface de la planète bleue aura atteint le seuil fatidique des 100 degrés, avec évaporation des mers et océans à la clef. A cette date, Yann Verdo l’assure, toute forme de vie sur terre aura disparu ou migré vers d’autres cieux plus cléments. Le calcul est vite fait : la vie sur terre existe depuis 3 milliards 700 millions d’année, reste un milliard. On a fait les 4/5ème. Info un peu déprimante ! La terre n’est pas plate, c’est entendu, mais on a déjà vécu le meilleur et le plus long. « Point barre » comme dirait l’autre.

Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.