Club de gym... club de judo... club de bridge... club de philatélie... Il y a l'Automobile Club... Il y a les vidéo-clubs... Il y a les Rotary clubs... Il y a les clubs du troisième âge... Et puis bien sûr les clubs... de golf... Bref, il y en a pour tous les goûts, des clubs, que cela soit en France ou ailleurs dans le monde... A New York, dans quelques jours, un nouveau club original sera d'ailleurs inauguré : le Club 405... un club qui n'est pas destiné aux amateurs de vieilles Peugeot... Non : s'il s'appelle "405", c'est parce que "405" c'est, en dollars, le maximum que perçoivent chaque semaine les chômeurs de la ville... Un club fondé par un certain José Gonzalez, nous explique Libération... José Gonzalez a perdu, en janvier, son poste de traqueur d'investissements à risques... Et ce qu'il veut aujourd'hui, c'est que les chômeurs américains s'entraident, en se refilant leurs combines pour essayer de dépenser moins et pour éviter des erreurs au moment des entretiens d'embauche... Pour faire partie de ce club, qui se présente lui-même comme le plus branché de New York, il suffit d'avoir perdu son emploi... "ce qui, ces temps-ci, ne constitue pas une condition très draconienne", commente ce matin Michel Schifres dans son billet du Figaro, avant de se demander si les riches n'auraient pas droit eux aussi à la chaleur d'une communauté... "Il n'est pas inenvisageable, écrit-il, que les déçus des stock-options se retrouvent bientôt dans un club spécifique... Dans ce cas, conclut-il, c'est à coup sûr Daniel Bouton qui en prendrait la présidence"... Daniel Bouton, président de la Société Générale, qui, ce matin, se retrouve en photo dans la plupart des journaux... Avec les autres dirigeants de la banque, il vient en effet de renoncer à ses stock-options... "La Société Générale renonce à ses stock-options", titre ainsi, à sa Une, Le Figaro Economie... Sous la pression de Christine Lagarde, explique le journal, les dirigeants de la banque ont finalement abandonné le plan d'attribution qui avait soulevé la polémique... Quant à la ministre de l'Economie, elle prépare une loi sur la rémunération des grands patrons... "Le gouvernement veut réformer les stock-options", confirme Les Echos... Tandis que La Tribune fait le parallèle avec ce qui se passe aux Etats-Unis... "Paris et Washington en guerre contre les bonus des patrons"... Barack Obama veut en effet, lui aussi, encadrer les salaires des dirigeants... Il préconise de taxer jusqu'à 90% les bonus qui leur sont versés... une idée qui provoque un tollé dans le monde bancaire... "Méfiance autour du plan d'Obama de taxer les bonus", titre ainsi le Washington Post... Martine Orange, sur le site MédiaPart, nous rappelant, de son côté, le tract diffusé samedi à la Une du Financial Times... un tract pour avertir que les banquiers ne se laisseraient pas faire, et qu'ils ne seraient pas les prochaines victimes de la chasse aux sorcières déclenchée par le projet du Président américain... Les PDG de Citigroup et de Bank of America ont par ailleurs envoyé une note à leurs salariés pour dire combien ils désapprouvaient le texte, voté dès jeudi par la Chambre des Représentants... Note publiée cette fois par le Wall Street Journal... Colère donc des patrons américains... et difficile retour à la raison pour les patrons français... "Stock-options : la reculade", titre ainsi, à sa Une, Le Républicain Lorrain... Tandis que Le Parisien-Aujourd'hui en France affirme que "la Société Générale finit par capituler"... "Ils ont agi avec responsabilité", commente dans le journal Laurence Parisot, la présidente du MEDEF... "Daniel Bouton aurait dû démissionner depuis longtemps", estime de son côté le socialiste Arnaud Montebourg, en se reférant à l'affaire Kerviel, dans laquelle la Société Générale a perdu 5 milliards d'euros... une affaire suite à laquelle Daniel Bouton avait d'ailleurs dû revoir son salaire à la baisse : "seulement" 350.000 € en 2008 (le "seulement" est entre guillemets), sachant qu'en 2007 le président de la banque avait touché plus de 3 millions 300.000 €... "Des patrons trop payés : voilà ce qui serait l'une des causes de la crise", nous explique Emmanuel Lechypre dans un hors-série passionnant du mensuel L'Expansion : "1986-2009 : Histoire du capitalisme financier"... Où l'on découvre notamment les propos de John Pierpont Morgan, fondateur, au début du XXème siècle, de la célèbre banque américaine qui porte son nom... Il jugeait qu'un patron ne devait pas gagner plus de trente fois le salaire moyen de ses employés... Or, aujourd'hui, rien que pour les sociétés du CAC 40, l'ordre de grandeur est au moins dix fois supérieur... Des dirigeants surpayés, estime donc L'Expansion, en pointant également la dérive des trente dernières années... Au début des années 80, les grands patrons français touchent en moyenne entre 1 et 3 millions de francs par an... Aujourd'hui, ils gagnent toujours entre 1 et 3 millions... mais il s'agit d'euros... Autrement dit, leurs rémunérations ont augmenté de 550%... Si le SMIC avait suivi un tel rythme de progression, il approcherait désormais les 3.000 €... On en est loin... D'ailleurs, même Alain Minc ce matin, dans les colonnes du Figaro, adresse une "lettre ouverte à ses amis de la classe dirigeante"... une lettre dans laquelle il fustige "l'autisme et l'inconscience du patronat français en cette période de crise... Amis, de grâce, reprenez vos esprits !", s'écrie-t-il... Si même Alain Minc le dit, c'est que l'affaire doit être grave... Ce matin toutefois, dans les journaux, on note ici et là quelques raisons d'espérer... D'abord, il y a toujours des sociétés qui embauchent... Et c'est à lire notamment dans Le Parisien-Aujourd'hui en France, qui fait la liste des entreprises qui recrutent... A Brive, on recherche une vingtaine de personnes pour travailler dans la cosmétique... A Boulogne-Billancourt, une société recherche 50 consultants... Quant au groupe GDF-Suez, il prévoit d'embaucher cette année 8.000 personnes en CDI : 1600 cadres et 6400 ouvriers, employés, techniciens et agents de maîtrise... "Béarn : ces entreprises qui embauchent encore", titre également à sa Une La République des Pyrénées... en expliquant que, malgré la crise, plusieurs secteurs vont proposer des emplois dans les mois qui viennent : filière agricole, travaux publics, services, banques, aéronautique... A la Une du Courrier Picard, on apprend par ailleurs que "la crise profite au tourisme local"... A la Une du Bien Public, on nous rassure : "Hier, lors de la vente des vins de Nuits-Saint-Georges, le prix moyen de la bouteille a certes chuté de près de 14%, mais les professionnels craignaient bien pire"... Finalement, ce serait donc une bonne nouvelle... Et puis, dans un genre différent, une autre bonne nouvelle : les couples n'ont jamais fait autant l'amour que depuis le début de la crise... C'est ce que nous raconte Nicolas Santolaria dans le magazine GQ du mois d'avril... papier avec des chiffres... Autour du globe, écrit-il, la débandade financière a coïncidé avec un boom sans précédent des ventes de préservatifs : +19% en Corée du Sud... Entre septembre et novembre 2008, sachez par ailleurs que les ventes de sextoys ont été multipliées par trois en France... Et d'après un sondage, plus de la moitié des Anglais citent le sexe comme passe-temps favori en période de récession... "Pour éviter de sombrer dans la déprime, les gens mobilisent un système archaïque de sauvegarde de soi-même", analyse l'andrologue Sylvain Mimoun... Toujours dans GQ : Vous apprendrez qu'un homme se rase en moyenne 20.000 fois dans sa vie... Vous lirez que, pour Michel Rocard, l'intelligence n'a plus sa place dans la politique d'aujourd'hui... Et puis vous découvrirez que le champion du monde de Formule 1 Lewis Hamilton ne cligne jamais des yeux pendant les courses... Autre coureur de Formule 1, en photo cette fois dans Libération... et l'on reparle de la crise... Il s'appelle Sébastien Bourdais... Et pour lui, la crise aura été bénéfique... Explication... A l'issue d'une première saison en demi-teinte, au volant d'une Toro Rosso, son écurie prévoyait de le remplacer par un coureur plus talentueux... Mais la crise est passée par là, obligeant toutes les équipes à réduire la voilure financière... Résultat : ce Français de 30 ans entamera ce dimanche sa deuxième saison au volant de sa voiture... Une deuxième chance, grâce à la crise... Pour le reste, tous vos journaux ce matin reviennent sur le meeting hier du Parti Socialiste... Tonalité assez critique... "Aubry rame au Zénith", titre Le Parisien... "Aubry peine à mobiliser ses militants", titre France-Soir... "Le Zénith pas très royal de Martine Aubry", titre Libération... Et puis sachez que c'est aujourd'hui que débute la Semaine de la presse à l'école... Pour l'occasion, l'hebdo Télé Loisirs est totalement réalisé par des lycéens... lesquels en profitent notamment pour aider les adultes à un petit mieux les comprendre avec ce petit guide de leurs expressions favorites... Yazid Sabeg, je vous soumets des expressions... MDR : mort de rire... Ca me fout le seum : ça m'énerve... J'avoue : je suis d'accord... Trop pas : pas du tout... Grave : c'est clair... C'est stylé : c'est sympa... Je vous souhaite une journée grave stylée...

Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.