A la une du Télégramme, cette douleur atroce des amis d'une victime de la violence qui fleurissent le lieu de sa mort... Libération raconte la crise du Monde: le co-actionnaire Matthieu Pigasse voulait vendre toutes ses parts à un milliardaire tchèque. Le Monde nous révèle ceci, nous mangeons et déféquons du plastique.

L'espionnage chinois à la une du Figaro...

Et c'est une guerre froide que révèle à ses lecteurs le Figaro: elle se joue dans la convivialité des réseaux sociaux où 4000 français, hauts fonctionnaires universitaires, cadres dans des entreprises stratégiques ont été ciblés, approchés, amadoués, payés utilisés, par la Chine, et parmi eux plusieurs centaines "entrés dans un processus de compromission assez abouti", disent nos services de renseignement, DGSI et DGSE, dans une note d'alerte envoyées aux autorités de la République, qui nourrit le dossier très inquiétant du Figaro, qui est à la fois descriptif, pédagogique et patriote, "il peut en aller de la souveraineté de l'Etat" écrit le Figaro... 

Tout se passe sur LinkedIn, un réseau social professionnel où l'on cultive son carnet d'adresse et son entregent, quand l'aventure clique à votre porte. Julie, cadre au ministère de l'économie, est approchée par Shawn, un chasseur de tête qui invite la jeune femme en Chine, puis à faire de la plongée dans un petit paradis du sud-est asiatique, Charles, volontaire dans une ambassade française est invité par un think-tank à écrire des notes sur les relations entre la France et la Chine, moyennant 300, 500 euros, on est séduit, on avance, mais on ignore que Shawn n'existe pas, ni la jolie Joan Li, ni Jeffrey du Global view strategic consulting de l'université de Wuhan, des fausses identités utilisées par des agents du ministère de la sécurité d'Etat chinois, 200000 espions qui se griment pour nous pénétrer... 

Christian haut fonctionnaire européen, approché par une universitaire et invité à donner une conférence en Chine s'est retrouvé dans une chambre d'hôtel, où des officiers de sécurité chinois l'invitaient à se séparer de son téléphone, il a refusé de collaborer... 

Et nous ne sommes pas les seules cibles puisque la Chine vise à l'identique, sur LinkedIn, l'Allemagne, l'Amérique et le Royaume-uni... 

"Le temps de la riposte a sonné". Nous voilà donc alertés par nos espions, mais quelle riposte possible dans un monde confus?

Dans les pages économie du Figaro, on s'en prend à l'amérique en guerre commerciale, qui bloque l'OMC; qui menace de se retirer de la séculaire union postale universelle, pour que celle ci cesse de subventionner la Chine? A Wall street me disent les Echos, les salaires flambent comme jamais depuis la grande crise. Au Mexique, vers cette Amérique prospère marchent des va-nu-pieds, ils ont fui la misère et les gangs de la drogue au Honduras, on les voit et on les entend sur Explicite, sur le site du Monde, quand Donald Trump les utilise comme repoussoir dans ses élections de mi-mandat..

La presse est parfois lourde de menaces...

Et parfois les journaux entretiennent l'espérance, le Courrier Picard qui titre sur ces communes de la somme prêtes à recevoir des migrants venu de Grande-Synthe, parfois, ils ne peuvent que cristalliser l'angoisse...  Regardez la Une du Télégramme, édition d'Auray. On y voit les migrants du Honduras, justement, mais la grande photo de Une montre un chagrin qui dans nos atrocités est déjà tellement vu, des personnes endeuillées allument des bougies à la mémoire d'une victime de la violence, ici, aux halles de Questembert les amis de Sami Ait Abdelmalek, 28 ans qui prenait un verre samedi soir, quand un homme à casquette blanche s'en est pris à lui, et tout un groupe, et Sami est mort sous les coups. 

C’était jour de marché, hier, aux halles de Questembert. "Entre les stands de fromage et de volailles, un sanctuaire, délimité par un ruban blanc et rouge, avec des fleurs jetées sur le sol" en souvenir d'un enfant du pays dont le grand père avait été soldat de la France... 

Et si vous continuez d'explorer la une, vous voyez deux jeunes gens tués dans un accident, un homme emprisonné pour avoir failli égorger sa compagne, des surfeurs qui ont été frôlés, à Crozon, par des balles de fusil de chasse et des profs contre la loi du silence... Tout cela pour le seul télégramme... 

Les journaux bruissent de violence, et de menaces cachées il n'a pas que la chine... On ne nous disait pas tout- Ces profs qui dévoilent sur twitter la violence qu'ils subissent, sont dans la Provence, l’Humanité, le Dauphiné, la Croix... On les incitait à mettre cette violence sous le tapis, dit un syndicaliste au Parisien qui en fait sa une... 

On ne nous dit pas tout, notre joie est minée. Au PSG, le ferme et souriant entraineur Tuchel serait en guerre avec le directeur sportif Antero Enrique, dit l'Equipe. 

On ne dit pas tout, même aux mieux informés... A la Une de Libération, un grand banquier de gauche Matthieu Pigasse, de la banque Lazard et coactionnaire du groupe Le Monde, qui a des soucis, il doit rembourser un prêt, il a voulu vendre toutes ses parts du groupe Le Monde au milliardaire tchèque Daniel Kretinsky, dit Libération, on l'en a dissuadé, c'était trop, mais Monsieur Kretinsky va pourtant entrer dans le groupe et il en voudra plus et tout ceci s'est fait sans que les journalistes du Monde soient dument informés, il a fallu lis-je dans Libération que le premier ministre tchèque, qui n'aime pas Kretinsky informe lui-même les journalistes du Monde pour que l'affaire éclate: ce qui touche un journal qui est aussi une institution de ce pays.

Et dans le Monde justement, l'histoire d'une famille assiégée en Russie...

La famille de Serguei Skripal, celle de cet ancien espion russe, qui travaillait pour les anglais, victime avec sa fille en mars dernier d'une tentative d'empoisonnement en Angleterre où il s'était réfugié, et à Iaroslav, à 300  km au nord-est de Moscou, le Monde a croisé l'âme russe dans une famille décimée, Elena, 90 ans, ne sait rien des malheurs de son fils Serguei, Serioja, qui aurait pu être général si la vie n'en avait pas décidé autrement...

Dans le Monde aussi, vous lisez ceci, d'une étude scientifique qui sera présentée aujourd'hui au congrès de l’Union européenne de gastro-entérologie. Nous sommes contaminés par le pastique, au point de le retrouver dans nos excréments, pardonnez-moi, nous mangeons, et donc déféquons, du plastique. Ennemi intérieur.

L'équipe
Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.