C’est comme un monstre qui arrive, lentement mais sûrement… Avec les intentions qu’on sait : frapper. Il s’appelle Rita… Il est à la Une de tous les journaux ce matin… Avec des reportages auprès des familles évacuées au Texas et en Louisiane, où 1 million 300 000 personnes vont devoir quitter leur domicile d’ici demain ou après-demain. Drame humain il y a trois semaines avec Katrina… Angoisse humaine aujourd’hui face à Rita… La presse, ce matin, insiste aussi sur les conséquences économiques du fléau. "Le Figaro", par exemple, nous rappelle que le cyclone Rita, désormais classé 4 sur une échelle de 5, se dirige droit vers le golfe du Mexique, autrement dit au coeur de l’industrie pétrolière des Etats-Unis. Il faut savoir que le Texas, à lui seul, concentre 23% de la capacité de raffinement des Etats-Unis. Or, dès hier, BP et Shell ont fermé leurs installations… "Alerte sur le pétrole", comme le titre "France Soir" : Le record historique des 70 dollars 85, que le baril avait atteint le 30 août, pourrait êre battu. Quant à "La Croix" et "Libération", c’est le réchauffement climatique qu’ils pointent du doigt. Car ces catastrophes, nous dira-t-on, sont naturelles… Certes, écrit Patrick Sabatier dans "Libé"… Mais si les ouragans ne sont pas plus fréquents, ils sont plus violents… Or, ce phénomène peut être lié au réchauffement climatique… Mais ça, George Bush refuse de l’entendre… Il nie que le malheur qui frappe son pays puisse être lié à l’effet de serre, et refuse toujours de se joindre aux efforts du monde pour le combattre. Le très pieux George Bush, conclut notre confrère… Devrait méditer sur le fait que l’Amérique est peut-être punie par ou elle a péché. Dominique de Villepin dans "Les Echos" aujourd'hui... Une longue interview dont le journal économique met cette phrase en exergue et en titre... Le genre de phrase qui n'engage à rien, mais qui crée une bonne ambiance... Rassurant, et plus si affinité... "Je veux susciter un esprit de rassemblement et de conquête". Bien... A part ça, une intention, et c'est celle qu'on retiendra : le Premier ministre demande à Hewlett-Packard de revoir son plan de réduction des effectifs... Il serait normal, ajoute-t-il, que le groupe rembourse les aides publiques spécifiques dont il a pu bénéficier... Dominique de Villepin précise au passage que cette entreprise marche bien et gagne beaucoup d'argent... Ce qui, évidemment, décuple la colère et le désespoir des salariés menacés. A ce propos, c'est "La Tribune" qui nous le dit : 2005 a été une année record pour les profits... Les sociétés du CAC 40 ont généré plus de 40 milliards d'euros de bénéfices au premier semestre... Pour l'année, le chiffre devrait atteindre les 75 milliards, record historique. Jackpot pour les actionnaires... Tant pis pour les autres... Les salariés... A quelques jours des manifestations nationales, où le thème du pouvoir d'achat tiendra la vedette, l'annonce de ces bénéfices monstres constitue un télescopage qui risque fort de faire des étincelles, écrit Pascal Aubert dans "La Tribune". A propos de Dominique de Villepin : cet éditorial facétieux d'Eric Fottorino dans "Le Monde". Dans la famille Villepin, on parle surtout du père, mais ce n'est pas la seule bonne pioche lorsqu'il s'agit de faire sensation dans les gazettes... Vous ouvrez le magazine "Elle" et que voyez-vous : Mademoiselle de Villepin, Marie de son prénom, mannequin de son état... Bon sang ne saurait mentir... Le père a des allures d'acteur de cinéma... La famille pose comme une star. Alors un air de famille... Une famille aux grands airs aussi, avec le fils, dont on a parlé cette semaine avec "Le Canard Enchaîné"... Vous savez, l'altercation dans la rue du jeune Arthur, avec pour cadre non pas une cité de banlieue, mais une rue du XVIème... A chacun son quartier sensible... On se souvient de cet épisode... Le policier à qui Villepin junior tend le téléphone et lui dit : "Je vous passe Papa"... Oui, on a beaucoup parlé des Villepin dans la presse cette semaine. Oui... Tous les journaux reviennent sur les déclarations de Ségolène Royal dans "Paris Match". "Libération" croit savoir que c'est dans "Paris Match" que François Hollande a appris les ambitions de sa compagne. Et puis, dans la série "Plus on est de fous, moins on rit"... "Ségolène exaspère", écrit "Le Parisien"... Elle exaspère les socialistes... Sauf peut-être Laurent Fabius, qui se moque... "Qui va garder les enfants ?", dit-il. Avec cette analyse d'Odile Benyahia-Kouider... Il n'y a que deux solutions, écrit-elle... Ou bien Gerhard Schröder a vraiment un plan, et il sortira de cette crise comme le nouveau Machiavel allemand... Ou bien il a perdu totalement le sens des réalités, et compte prochainement diriger un cirque. Notre consoeur nous explique que c'est à peu près dans ces termes que les médias allemands commentent la situation, alors que débutent les négociations entre le SPD et la CDU pour tenter de sortir de l'impasse. Approche intéressante du magazine "Challenges"... Cette crise, estime Mathieu Magnaudeix, c'est celle d'un pays qui ne s'est toujours pas remis de la réunification. C'est la RFA qui a inventé la fameuse "économie sociale de marché", à la fois capitaliste et très protectrice pour les employés... Or, depuis quinze ans, le modèle est en panne, et c'est la réunification qui en est la principale accusée. Un exemple : pour l'Est, les salaires au rabais sont une planche de salut, mais pour l'Allemagne entière, c'est une brèche dans le modèle social... Situation politiquement très compliquée. Quant aux passerelles qui ont été établies tout au long de la semaine entre les élections allemandes et la politique française, elles inspirent à Luc Châtel une grosse colère. L'éditorialiste de "Témoignage chrétien" s'interroge sur la façon dont les journaux français ont traité les élections en Allemagne. Et il égrenne les Unes des hebdos : "Le cerveau des adolescents" pour "Le Nouvel Observateur"... "La France des combines" pour "Le Point"... Ou "Les nouveaux avantages de l'héritage" pour "L'Express"... Quant aux quotidiens qui abordent le sujet, ils parlent avant tout de la France, avec ce mot qui revient souvent : "miroir". "Quel narcissisme ! Quel nationalisme !", proteste Luc Châtel... Egocentrisme national insupportable. On va aller à Lyon, qui a toujours été une ville très en pointe en termes de presse. Dans les années 80 et 90, il y avait dans cette ville le grand quotidien régional "Le Progrès", mais aussi la déclinaison locale des grands titres nationaux, comme "Le Figaro" ou "Libération"... On souvient de "Lyon Libé" par exemple... Mais abondance de biens peut nuire quelquefois... Il y a eu embouteillage... Et tous ces titres se sont retirés... C'était l'âge d'or de la presse à Lyon. Cela dit, la situation reste tout à fait intéressante, avec toujours "Le Progrès" bien sûr, et des journaux comme "Lyon Mag" (un mensuel) et "Lyon Capitale" : "l'hebdo des esprits libres", comme il se définit lui-même. Cette semaine, entretien avec Dominique Perben... Enquête sur l'eau du robinet... Un exclusif sur la Sécu, dont les pratiques administratives, selon le journal, reviennent à reconnaître la polygamie... Et puis un article un peu chauvin, mais c'est de bonne guerre, sur l'Olympique lyonnais... Dans lequel "Lyon Capitale" nous explique à quel point, quand l'OL gagne, non seulement Lyon se régale, mais l'économie en profite. Attention tout de même, explique l'hebdo : la réussite d'un club de foot est un formidable outil pour la promotion d'une ville, mais elle peut aussi lui faire de l'ombre en occultant ses autres atouts. D'abord, il n'y a pas que le foot dans la vie... Et prenez le cas de Marseille, par exemple : en termes d'image, l'identification trop forte d'une ville à son club peut engendrer d'encombrants clichés, comme "OM-pastis-pétanque"... Or, qui connaît Marseille sait que cette ville, c'est tout autre chose... Saint-Etienne aussi, où l'image de l'ASSE continue de phagocyter celle de la ville, pourtant en pleine mutation... A tel point que le maire vient de prendre une décision difficile : celle d'abandonner la couleur verte de Saint-Etienne au profit du rouge, pour symboliser une nouvelle ère de développement... Un vrai crève-coeur pour beaucoup de Stéphanois. C'est donc dans "Lyon Capitale"... Directeur de la rédaction : Jean-Olivier Arfeuillère... En ligne avec nous. Bonjour... Le journal "Les Esprits libres", qu'est-ce que ça veut dire ? Vous avez un nouveau pigiste ? * Merci... A bientôt... Une dernière chose : c'est l'info du jour du "Parisien" : des comédiens dans le TGV... Cette expérience, qui a été tentée dans un premier temps entre Paris et Avignon, se renouvelle ce mois-ci sur le TGV Atlantique... Le mois prochain, ce sera sur le Paris-Rennes... En novembre, Paris-Nantes... Et en décembre, Paris-Marseille... Vous y verrez des acteurs, jouant de courtes scènes, toujours comiques... Chaque sketch étant écrit en fonction de la période et de la destination des voyageurs. Pour les acteurs, c'est une sacrée performance que de jouer sur des espaces scéniques qui ne sont autres que des couloirs... Par définition étroits... Et pour les voyageurs, eh bien c'est tout simplement agréable. Ce nous donne aussi une nouvelle définition des trois lettres TGV : Théâtre à Grande Vitesse.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.