"Le blues du business-man", "Quand on arrive en ville", "Le monde est stone"... Il est certaines chansons dont il suffit de prononcer le titre pour que d'emblée, les mélodies nous arrivent dans la tête... Je ne chanterais pas, Nicolas, rassurez-vous... Quoique... Non, je ne chanterais pas, mais j'imagine que devant leur poste, il y a déjà des auditeurs qui se sont mis à fredonner les airs des chansons que nous avons citées... "Le blues du business-man", "Quand on arrive en ville", "Le monde est stone"... Trois des titres de Starmania , opéra-rock de Michel Berger et de Luc Plamondon dont on fête ce mois-ci les trente ans de la création... Pour l'occasion, une émission spéciale est organisée ce soir sur France 2... émission animée par France Gall qui du coup, a même droit aujourd'hui à sa photo dans LE MONDE sous ce titre : "Starmania avait tout prévu"... un papier signé Véronique Mortaigne dans lequel elle pointe les aspects prémonitoires de la comédie musicale... Quelques mots sur l'intrigue : Zéro Janvier, l'homme le plus riche du monde épouse Stella Spotlight, une star sur le déclin, afin de se faire élire président de l'Occident... mais il est combattu par la bande des Etoiles noires... La bande des Etoiles noires ?... Une préfiguration des Black Blocks... qui ont manifesté lors du dernier sommet de l'Otan... explique la journaliste... Un président qui épouse un sex-symbol ?... Là encore on peut sans conteste y voir un avant-goût d'un couple bien connu... Toutefois Starmania n'avait pas tout prévu... Starmania n'avait pas prévu par exemple qu'un jour un avion d'Air France n'aurait pas le droit de survoler les USA à cause d'un journaliste... C'est à lire sur le site internet RUE89... et c'est Manon L'Hostis qui raconte... Il y a quelques jours, un avion d'Air France qui reliait Paris à Mexico a reçu pour instruction de ne pas survoler le territoire américain... et il a dû subitement changer d'itinéraire... retardant de 4 heures son arrivée au Mexique... ceci, à cause d'un passager jugé particulièrement dangereux pour la sécurité des Etats-Unis... En l'occurence, le passager prétendument dangereux, c'est un pigiste du MONDE DIPLOMATIQUE... Il s'appelle Hernando Calvo Ospina... il est Colombien, exilé politique en France... il se rendait au Nicaragua pour le compte du journal... et c'est à l'occasion de ce voyage qu'il a appris qu'il se trouvait sur la "No fly list" américaine... Chez Air France, on dit ne pas bien comprendre... Quant à Maurice Lemoine, le rédacteur en chef du MONDE DIPLOMATIQUE, lui juge cette histoire tout bonnement ahurissante... Autre histoire que certains continuent de juger également ahurissante... celle de Julien Coupat, toujours emprisonné pour soupçons de terrorisme... L'affaire Tarnac comme on dit... Aujourd'hui, le site MEDIAPART révèle le contenu des auditions de Julien Coupat... Il réfute en bloc toutes les accusations... David Dufresne nous explique par ailleurs que le prisonnier fait l'objet d'une surveillance particulièrement pointue... des micros-espions auraient ainsi été placés dans le parloir de La Santé... là où Julien Coupat se rend à chacune des visites qu'il reçoit... A lire donc sur le site MEDIAPART... Voilà pour les infos que l'on trouve sur Internet... Mais dans la presse papier, il y a aussi des choses que Starmania n'avait pas prévu... Exemple avec la Une du PARISIEN... Une enquête qui pourrait bien faire rebondir l'affaire des faux diplômes attribués à des étudiants chinois dans plusieurs facultés françaises... "Faux diplômes : un professeur accuse" titre à sa Une le journal... Le professeur s'appelle Jean-Louis Caccomo... il est maître de conférence à l'université de Perpignan... et il témoigne des différentes tricheries dont il aurait personnellement été témoin... Il raconte que certains étudiants chinois utilisent en cachette des ordinateurs miniatures au moment des examens... Il raconte l'histoire d'un enseignant séduit par une élève chinoise qui voulait juste en fait, obtenir un visa... Il raconte également qu'un jour, un étudiant chinois auquel il manquait des points pour faire valider son diplôme, a tenté de l'acheter... Il a déposé sur son bureau une enveloppe avec une liasse de billets de 500 euros... Des tentatives de corruption qui, si l'on en croit ce professeur, seraient en fait assez courantes... Parfois le monde est vraiment stone... Et puis dans les journaux, on parle aussi beaucoup de politique ce matin... avec en ligne de mire, les élections européennes... C'est notamment l'objet du dossier de VALEURS ACTUELLES qui nous propose une plongée dans les coulisses du Parlement Européen... "Tant pis si les beaux esprits nous taxent d'anti-parlementarisme" prévient d'emblée Guillaume Roquette en présentant l'article de Josée Pochat... "Tant pis si les beaux esprits nous taxent d'anti-parlementarisme, mais le respect se mérite, et la crise exige des détenteurs du pouvoir qu'ils se montrent rigoureusement exemplaires aux yeux de leurs concitoyens"... "Euro-députés : la folie des grandeurs"... ça c'est le titre du papier, qui fourmille d'anecdotes... notamment sur tous les frais engagés pour le bien-être des élus... Au sein du Parlement : un coiffeur, un teinturier, mais également une salle de sports et bientôt une piscine... Et puis l'article met aussi en cause le comportement de certains... Ainsi cet euro-député portugais... Il y a quelques temps, l'avion le prenait de Lisbonne le matin, atterissait à Bruxelles où un taxi le conduisait au Parlement... et l'attendait : le temps que le parlementaire aille signer la feuille de présence... lui ouvrant automatiquement les frais accordés pour chaque journée passée au Parlement. Puis au bout de 10 minutes, l'homme retrouvait son taxi qui le ramenait à l'aéroport... où il reprenait l'avion pour rentrer à Lisbonne... Alors évidemment ce matin, on se demande ce qu'il en sera de Rachida Dati... Tous les journaux reviennent sur la nouvelle polémique provoquée par sa prestation d'avant-hier lors d'une réunion de campagne aux côtés de Michel Barnier... on vous en a déjà beaucoup parlé sur France Inter... L'encore Garde des Sceaux a fait montre, disons, d'une certaine désinvolture... lançant même cette phrase étonnante... que LIBERATION reprend à sa Une : "L'Europe s'occupe de ce qu'on lui donne à s'occuper, avec les personnes qui peuvent porter ces affaires à s'occuper..." Signé donc Rachida Dati... numéro 2 de la liste UMP pour les Européennes en Ile-de-France... "Avec un tel dilettantisme, quelle sera l'assiduité de Rachida Dati au Parlement" s'interroge du coup Jean-Marcel Bouguereau dans LA REPUBLIQUE DES PYRENEES... "Quel amateurisme" commente de son côté Jean-Claude Kieffer dans LES DERNIERES NOUVELLES D'ALSACE... "Faut-il en rire ou en pleurer ?"... A la lecture de l'édito, on comprend qu'il y a là plutôt matière à en pleurer... A la Une également, une fois encore, la rémunération des patrons... Avec d'abord le dossier du mensuel L'EXPANSION qui propose une enquête de Franck Dedieu sur le salaire des grands patrons français... En 2008, leur rémunération moyenne par personne se monte à 4,7 millions d'euros... En tête du palmarès des mieux payés, le patron d'Eutelsat Communication, Guliano Berreta... 21 millions d'euros... Je vous conseille la lecture du dossier qui classe notamment les patrons qui pourraient être davantage payés et ceux qui sont totalement surpayés... Autre classement à la Une des ECHOS qui s'est focalisé sur la rémunération des patrons du CAC 40.. Et là, c'est le patron de Danone qui arrive en tête : 4,3 millions d'euros... Les banquiers finissent en queue de peloton... LES ECHOS qui propose par ailleurs une interview d'Alain Juppé... interview dans laquelle il préconise d'aménager le bouclier fiscal, et d'augmenter les impôts une fois passée la crise... Une crise sur laquelle est aussi interrogée une toute autre personnalité : Henri d'Orléans, le comte de Paris et prétendant au trône de France... Cette fois, c'est dans FRANCE SOIR... une interview signé Paul Wermus... Comment le prétendant au trône de France voit-il la crise ? demande-t-il... Réponse d'Henri d'Orléans : "nous n'en sommes pas encore sortis...". Très bien, merci de ce commentaire... Du coup, "vous considérez-vous comme un recours possible ?" poursuit Wermus... Réponse d'Henri d'Orléans : "face aux difficultés actuelles, les hommes politiques tentent de résoudre le quotidien : Moi, je vois les choses à longue échéance tout en étant à l'écoute. Savoir si je suis un recours, cela dépend des français". Pardonnez-moi Monsieur le Comte, mais je crois que c'est tout vu... Certains matins vraiment, le monde est totalement stone...

Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.