L'argent peut-il tout acheter?Question à la Une de BOOKS du mois de mai.L'argent n'a pas d'odeur paraît-il. Il se contente de faciliter les transactions. Mais quand on achète un bébé, un rein, un corps, cette multiplication des usages dévoyés de l'argent avilie tout ce qu'on acquiert et aggrave les inégalités.Vous parliez tout à l'heure avec vos invités Bruno, du drame du Rana Plaza au Bangladesh. Les conditions dans lesquelles un vêtement est produit influe sur sa valeur et sa signification sociale. Mais c'est un aspect négligé par de nombreux économistes selon BOOKS.Professeur à Harvard, Mickaël Sandel dénonce la montée en puissance de l'argent. La fortune n'est pas selon lui, un droit mais une réussite qui dépend du bien public à savoir l'éducation, la sécurité ou encore des infrastructures. Les nantis devraient donc en payer leur part. Il faudrait supprimer les abattements en faveur des plus riches. Déjà entendu ça quelque part.

L'avenir de l'économie peut-il passer par l'économie collaborative ?C'est l'avis d'Antonin Léonard.Interview dans L'EXPRESS de ce jeune homme qui a crée en 2012, OuiShare, un think tank dédié à cette idée. La consommation collaborative ou économie du partage permet dit-il, à tout un chacun de lancer, grâce au financement participatif, les projets qui lui tiennent à coeur. Et Antonin Léonard lance un appel aux politiques. Ils manquent cruellement de vision à long terme. Et c'est pareil pour les grands groupes. D'ici 5 ans, l'économie collaborative ne sera plus une niche, une économie de start-up, ce sera l'éconmie tout court.C'est aussi l'avis de l'économiste Bernard Perret dans les pages forums et débats de LA CROIX. Il faut réinventer le progrès social. L'économie collaborative est une voie. On peut faire mieux, en dépensant moins. Les problèmes auxquels nous sommes confrontés aujourd'hui, n'ont pas de bonne solution dans le cadre étroit où ils sont posés. Le bonheur ne se réduit pas qu'à la richesse monétaire.A ce titre, sur HUFFINGTON POST, Robert Reich professeur à Berkeley, pointe du doigt les divergences entre salaires exhorbitants des patrons et ceux des salariés. C'est non seulement injuste, mais c'est aussi néfaste pour l'économie. Les travailleurs ont moins de pouvoir d'achat. Et les patrons utilisent leur argent pour alimenter les bulles spéculatives qui mènent à la faillite.

La France doit donc se réformer.Ce n'est pas un concept nouveau.Mais il faut faire vite selon Huw Pill du FINANCIAL TIMES. Certes, elle bénéficie encore d'une bonne aura auprès des investisseurs étrangers.L'Allemagne croit en sa bonne volonté et à sa capacité à faire des réformes. François Hollande a bien compris le défi. Mais il faut passer de la parole aux actes. Car la France est aujourd'hui, une bombe à retardement au coeur de la zone euro.Le problème, c'est la méthode. Michel Sapin l'a dit hier. Bercy table sur une nettre reprise en 2015 grâce aux allègement des charges. Après la non inversion de la courbe du chômage, le gouvernement serait-il de nouveau frappé d'optisimisme excessif sur le front de l'emploi s'interroge Derek Perrotte des ECHOS.C'est la vertu des additions dynamiques de Michel Sapin ironise Gaétan de Capèle du FIGARO. Lorsque tout va mieux, tout va mieux et encore mieux encore. Il n'est pas interdit de croire aux miracles.D'autant qu'il y a une réalité. La pauvreté est en hausse. L'HUMA reprend ce matin, une étude de l'Insee. Le RSA ou les allocations chômage ont régulé un temps la montée de la pauvreté mais ce n'est plus le cas. Sur la même ligne, LA CROIX insiste aussi sur les bénéfices et les limites du RSA. Grâce à cette allocation, 151.000 travailleurs pauvres ont pu s'élever au dessus du seuil de pauvreté. Mais ça cache aussi de grandes disparités en fonction des ménages. Et on estime que 645.000 personnes auraient pu sortir de la pauvreté si l'allocation était réclamée par tous ceux qui peuvent y prétendre.

Quoi d'autre dans la presse ?Taxis... le rapport qui peut tout changer dans LE PARISIEN-AUJOURD'HUI EN FRANCE. On en parlait dans le journal de 8 heures. Manuel Valls reçoit aujourd'hui, le rapport de Thomas Thévenoud. 30 idées au total pour déminer le conflit entre les taxis et les véhicules de tourisme avec chauffeur. Une couleur unique pour les taxis, un mode de paiement unique par carte, des forfaits fixes pour aller et venir d'un aéroport. En contre partie, les VTC devront faire des efforts en matière d'assurance et surtout renoncer au service de géolocalisation des voitures par les clients.A lire également, l'analyse des condoléances de Receip Tayip Erdogan aux descendants des Arméniens. C'est un premier pas pour Patrick Louis de la DéPêCHE DU MIDI. Mais comme les petites phrases, les grandes déclarations ne naissent jamais sous le ciel du hasard.Il n'a jamais cité le mot génocide relève d'ailleurs Guillaume Goubert de LA CROIX. Discours minimaliste à l'approche du centenaire des évènements. L'histoire dira s'il s'agit d'un calcul gagnant.

Et puis les petites phrases du jour.Qu'on pourrait décliner à la manière de la tirade du nez de Cyrano d'Edmond Rostand.Amical, Gérard Lanvin à la journaliste qui l'interroge pour le portrait de LIBé : "Si je n'étais pas retenu par une emmerdeuse de votre trempe... je serais pénard chez mois à Guérande.".Tendre, Michel Houellebecq coupe au bol ou presque dans le FIGARO. Je pense de plus en plus à mon enfance. En général l'enfance c'est bien. On dit qu'elle revient par bribes au temps de la vieillesse. Je ne compte donc pas mourir prochainement.Pédant, Loïc Korval, judoka dans L'EQUIPE. Cette année je serais champion d'Europe et du monde parce que je suis le meilleur. Je sais tout faire.

Des Juniors plein la presse pour terminer.Avec le premier numéro de SO FOOT JUNIOR. Ca y est SO FOOT a enfin un rejeton dit l'édito. Le foot est avant tout une affaire de transmission. Quand papa ou maman emmène son fils ou sa fille au stade et lui donne l'amour du ballon. Ronaldo fait la première couverture. Pas parce qu'il se met du gel dans les cheveux, ni parce qu'il sort avec un top model, encore moins parce qu'il pose en caleçon dans les pubs, mais parce que c'est un champion, qui en plus, a appelé son fils... Junior.SCIENCE & VIE a aussi son Junior. Celui de mai est un spécial futur. Mais il ne faudrait pas oublier celui d'avril qui apporta un éclairage sur le mystère de la commune de Jaligny dans l'Allier. Un vent de folie y a soufflé l'automne dernier. Ca a commencé par une crise de fou rire à un enterrement. L'abbé a été obligé de sortir tout le monde. Rebelote lors des cérémonies du 11 novembre. Nouveau fou rire. Le maire et les adjoints frisent l'apoplexie. Alerté le préfet menace de sanction. Le sort de nos poilus n'est pas poilant. Le maire s'excuse. Au collège, les cours ont dû être interrompus pour les mêmes raisons. L'affaire devient grave. Un chimiste vient sur les lieux et il découvre l'origine de ces rires. Un gaz hillarant provoqué par des dindes. En fait, Jaligny est connue pour ses dindes et il se trouve que certaines d'entre elles avaient disparu avant les fêtes. Elles ont été retrouvées dans une mine de calcaire. Elles ont trop mangé de choux avariés. Elles en sont mortes.Et le mélange choux - putréfaction a produit le gaz hillarant. Mystère éclairci.

L'équipe
Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.