Les bactéries qui résistent aux antibiotiques ont un prédateur venu des débuts de l’humanité; voici les virus bactériophages, dans le Figaro. Dans la Provence, Marsiglia, web-série sur les gangs marseillais filmée et jouée par ceux qui savent. Dans Slate, exécution (verbale) de l’éditeur (utra-catho-réac) Nicolas Diat.

Vous nous parlez de virus ce matin...

Des virus qui vont peut être sauver l'espèce humaine en venant suppléer les antibiotiques que des bactéries mutantes surmontent désormais, et voilà donc les phages, de leur vrai nom « bactériophages », ce matin dans le Figaro. Ce sont des virus aussi vieux que la vie, qui existent comme les bactéries depuis des milliards d'années et qui sont leurs prédateurs naturels: le phage s'arrime à la bactérie et lui injecte son ADN jusqu'à la tuer. Il y a 102 ans, découvrant les phages, le chercheur franco canadien Félix d'Herelle, avait cru apporter une bonne nouvelle à l'humanité, mais l'humanité préféra la pénicilline d'Alexander Fleming, matrice des antibiotiques que nous connaissons, et qui touchent leurs limites mais qui sont devenus la norme... SAUF en un endroit sur terre.

L'ex URSS, la patrie du communisme où les traitements occidentaux ne parvenaient pas... Et qui développa à la place la phagothérapie, et il en reste cet institut Eliava  à Tbilissi, Georgie, dont les médecins sauvèrent les fioles de phages à la chute du communisme et en 2019, Michèle, venue du jura, poursuivie par des infections urinaires que provoque une bactérie qui résiste à 14 antibiotiques sur 15, Michèle qui risque la septicémie, fait le voyage de Tbilissi pour être soignée aux phages... Ces phages que la France se prépare à les agréer comme un médicament... Extraordinaire retour, quand nos rationalités médicales sont mises à l'épreuve. 

Le Figaro fait sa une sur les faux médicaments qui de Chine envahissent le monde, les Echos racontent le retour mondial de la rougeole, virus inamical que seul le vaccin contient, mais le scepticisme monte.  A New York, la municipalité pense à fermer les écoles religieuses juives qui accepteraient des enfants non vaccinés, car la moitié des cas de la ville vient de la communauté ultra-orthodoxe, et des rabbins viennent prêter main forte aux autorités... En Corrèze, me dit la Montagne, on ne vaccine pas suffisamment, les femmes que menacent le papillomavirus, première étape vers le cancer de l'utérus.

La presse respire le danger. Et vous n'avez rien vu. Le New York Times, raconte les Spoor, gentille famille de Chicago qui vient de rencontrer un champignon mortel qui se répand dans des hôpitaux du monde entier... D'un cathéter ou d'une intraveineuse, la maman, Stephanie, a attiré en elle le Candida auris, champignon microscopique, repéré pour la première fois il y a dix ans dans l'oreille d'une japonaise, qui résiste à des antibiotiques, attaque les faibles, et a détruit le système respiratoire de Stephanie... Autour d'elle désormais, ce ne sont que des médecins en tenues hermétiques et des détergents car le Candida auris est terriblement contagieux: le NY times, le 6 avril racontait que dans un hôpital new-yorkais il avait fallu arracher une partie du sol et du plafond de la chambre d'un homme mort, contaminé... Il y a deux semaines, Slate, en ligne, racontait comment des grands hôpitaux entretiennent autour du champignon une culture du secret et de la dissimulation, pour préserver leur réputation... Bonne journée. 

Et en France on parle de drogues... 

Dont le trafic est hausse, affiche en une le Parisien, et le cannabis est sur dosé... A Marseille, me dit la Provence, des trafiquants avaient lancé à ciel ouvert des processus de recrutement, par prospectus lancés dans le XVe arrondissement et par les réseaux sociaux...

C'est l'étrange charme de Marseille d'extraire de la culture, de l'art, de sa brutalité. La Provence encore raconte Marsiglia, une web-série, dont chaque épisode sur Youtube est visionnée par plus de 200.000 personnes et qui raconte les gangs marseillais et leurs jeux de massacres, dans un goût de vérité, car auteurs et acteurs viennent de ce monde, des quartiers de violence, de la prison aussi, on tournait les premiers épisodes parfois sous bracelet électronique! Il y a trois ans, quand tout a commencé, les ambitieux de Marsiglia rêvaient  dans la Marseillaise d’être un jour visionnés à l'Alhambra , le ciné des quartiers nords; cela va arriver, cette année, pour le dernier épisode de la saison trois. Marsiglia, bientôt aussi dans les télés légitimes?

A Nantes, on ne sait pas encore faire art de la violence. Les armes ont tué, titre Presse Océan, la tension montait depuis des jours et le jeune gérant d'un bar à chicha, est mort dans une fusillade dont il n'était pas coupable. A Lyon, avertit le Progrès, la délinquance liée aux mineurs étrangers, qui vivent dans la rue, drogués, en état de survie, devient insupportable. Nice Matin me dit le désastre du palais de Justice local, en manque de moyens... Tout ceci semble autant de bactéries sociales, qui nous résistent... Le Canard enchainé me confirme que dans les hôpitaux parisiens, des manifestants gilets jaunes blessés sont fichés, après avoir subi les assauts policiers... 

Et la France plaide sa cause auprès des Nations-Unies

Dont la Haut-commissaire aux droits de l’homme, Michèle Bachelet nous demandait des comptes sur l'usage excessif de la force face aux gilets jaunes. Dans un document de 21 pages que le monde a lu, la france explique en substance à Mme Bachelet qu'elle peut circuler, il n'y a rien à voir.

On parle politique dans la presse. L'Opinion doute de Mme Loiseau. Jean-Luc Mélenchon et Laurent Joffrin s'expliquent dans libération, débat de deux vétérans de la gauche, de plume ou de politique, et c'est, pour les initiés, savoureux... Savoureux également, et qui fait grand bruit dans le petit monde de l'édition depuis hier, un portrait touffus dans Slate de Nicolas Diat, éditeur chez Fayard des frères de Villiers et agent, affirme le journaliste Frédéric Martel, d'un catholicisme ultra réactionnaire et homophobe dans le monde des lettres,: on découvre la relation prométhéenne qui unit le français Diat au cardinal guinéen Robert Sarah, ils sont ensemble auteurs à succès de livres que goute Valeurs actuelles, mais qui laissent à la Croix une impression de malaise...   

L'équipe
Contact
Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.