Bombe à retardement.

L'Algérie inquiète ce matin, LE FIGARO. Bientôt on verra s'élever à Alger... un projet pharaonique. Le plus haut minaret du monde. 260 mètres de haut. La salle des prières pourra accueillir 120.000 fidèles. La future mosquée s'étalera sur un espace presque équivalent au Vatican. C'était le rêve d'Abdelaziz Boutéflika. Mais ce rêve est-il raisonnable ? Quand on sait que l'édifice est construit sur une zone à forte activité sismique. Quand on sait aussi que le modèle algérien basé sur la rente pétrolière ne tient plus. Si les cours remontent pas, disent les spécialistes, le pays peut même sombrer d'ici trois ans. Le gouvernement algérien semble aujourd'hui, naviguer à vue. Une vraie bombe à retardement pour Philippe Gélie au regard d'une population de 40 millions d'habitants pour moitié âgée de moins de 19 ans. Oui l'Algérie inquiète. Parce que face à l'inflation et la baisse du pouvoir d'achat, les Algériens dépriment.

Sur son site, EL WATAN confirme. Les coûts de production des fruits et légumes ont baissé. En général, les récoltes sont abondantes. Mais les prix pour le consommateur ont augmenté. Les marchés sont en fait, vampirisés par les spéculateurs.

Dans LE FIGARO, l'écrivain Boualem Sansal prédit même un scénario syrien. Le chaos dit-il, est presque inéluctable. Boutéflika a fait le vide autour de lui. Après lui, les islamistes voudront gouverner au nom de l'islam. Les militaires humiliés pendant son règne, voudront prendre leur revanche. Il y aura un printemps algérien puis un hiver islamiste.

Interrogé par CHARLIE HEBDO, le patron d'EL WATAN Omar Belhouchet, reconnaît la détresse des Algériens. Mais il ne voit pas la dérive islamiste. La jeunesse algérienne a dit-il, gravé dans sa chair, la période des années 90. Elle a tiré la leçon que l'islamisme sème la mort. Il n'empêche, l'Algérie inquiète.

A lire sur les sites internets de la presse ce matin, la victoire de Donald Trump cette nuit, dans le Nevada.

__ A ceux qui rêvaient d'une autre issue, THE LAS VEGAS REVIEW répond ce matin, qu'il n'y a pas eu de fraudes. Donald Trump a remporté le caucus du Nevada.

Pas de surprise pour THE LAS VEGAS SUN. Cette victoire était attendue pour Trump. Pour Marco Rubio et Ted Cruz ses poursuivants, le Nevada était un test.

Un test raté. Ils vont devoir briser l'élan de Trump dans les autres caucus à venir poursuit THE NEW YORK TIMES.

Mais ça va devenir compliqué, cette victoire de Donald Trump conforte sa campagne. Les électeurs américains sont en colère contre les politiciens.

Lui, fait campagne actuellement pour les Oscars.

Et si les Oscars avaient lieu en France aujourd'hui, Léonardo Di Caprio remporterait assurément celui du meilleur acteur pour son rôle dans The Revenant d'Inaritu. Léonardo est de toutes les Unes ce matin. LE MONDE, LIBERATION, LE FIGARO. Il est immense pour LE PARISIEN-AUJOURD'HUI EN FRANCE. Taillé pour le sacre. Kate Winslet sa partenaire dans Titanic, est persuadé qu'il va remporter l'Oscar. Lui, l'ami. L'acteur très attaché à sa mère, qu'il n'est pas rare paraît-il, de rencontrer quand il est en promotion dans le monde selon le journal. Elle le suit partout.

Voici donc l'homme d'Hollywood dans toute sa splendeur.

Hollywood décrit comme un nid à machos par TELERAMA. Entre 2007 et 2014, les femmes n'ont hérité que d'un tiers des répliques dans les 700 plus grosses productions. Et n'ont réalisé que 7% des 250 films de 2014. Pour réaliser un film, le verrouillage commence en amont. On ne vous donne accès à rien affirme Stacy Title la réalisatrice de l'Ultime Souper. Et la France me direz-vous ? C'est pareil selon Catherine Corsini. Les décideurs sont masculins, parisiens, blancs et bourgeois. Voilà pour le costume que l'acteur Gilles Lellouche finit de tailler. "Oui le cinéma est macho! Un réalisateur avec lequel j'envisageais de tourner m'a dit tel quel : Avec quelle actrice as tu envie de coucher ? Je me suis levé et j'ai refusé le film."

Une interview et des fraudes à découvrir également ce matin.

L'interview, c'est celle de Sepp Blatter dans L'EQUIPE.

Mordant contre Platini. On l'a fait élire à l'UEFA. Il est devenu méchant. Michel était meilleur joueur que politicien. Il a toujours été un enfant gâté. Quand le Qatar a gagné l'organisation de la Coupe du Monde de 2022, je me suis dit, les ennuis commencent. Si on avait voté comme prévu pour les Etats-Unis, j'aurais fini mon mandat tranquillement. J'en ai marre qu'on m'appelle le président suspendu.

Les fraudes, ce sont celles relevées par LE FIGARO. Elles coûteraient près de 500 millions d'euros par an à la SNCF et à la RATP qui multiplient les initiatives pour lutter contre le phénomène. Une loi devrait être adopté le 9 mars prochain dans ce sens. Mais le fraudeur est malin. Certains payent une mutuelle pour que leurs amendes soient prises en compte. Son incivisme est aussi boosté par internet, via des applications sur smartphones, via des alertes sur Twitter.

Le numérique est partout.

Partout !

Enfin partout, il reste des zones blanches en France selon LES ECHOS, qui ne disposent pas d'internet.

Mais partout quand même. Il n'y a qu'à lire la presse pour s'en convaincre.

Le phénomène Spotify dans LIBERATION. Le géant du streaming a mis en place des algorithmes qui permettre de proposer des recommandations personnalisées aux utilisateurs.

Autre algorithme relevé par LES INROCKS pour les usagers de Facebook. Il est capable de déterminer leur caractère et à partir de cela, préparer des cocktails de boissons personnalisés là encore !

Le numérique qui remplace le livre papier, avec les liseuses dans le mensuel L'OEIL.

Avec tout cela, où va t'on mon bon monsieur ?

Est-ce à dire qu'internet va nous rendre tous con par exemple. L'idée est très sérieusement relevée par le mensuel WE DEMAIN. Etudes américaines à l'appui (il n'y en pas de française), on apprend que la multiplication des écrans est en train de modifier notre cerveau. En bien ? Pas sûr. Chez Microsoft, on a noté que l'espère humaine a moins d'attention qu'un poisson rouge, c'est à dire moins de 9 secondes. Les dirigeants de la Silicon Valley l'ont bien compris. Et c'est d'ailleurs pour cela qu'ils placent leurs enfants dans des écoles où il y a interdiction d'utiliser des écrans pour qu'ils développent leur imagination. Paradoxe cynique qui ouvre la voie à des inégalités sociales.

L'équipe
Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.