Prendre la parole... Elle, pour ça, elle a pris la plume... Une grand-mère irakienne... A lire, dans La Croix, son témoignage... "Les jours d'angoisse d'une grand-mère en Irak"... Ishtar Hammoudi raconte l'enlèvement de son petit-fils... un enfant de 6 ans... Juste un mot retrouvé devant la maison, à Bagdad... "Votre petit-fils est sa in et sauf... Téléphonez à ce numéro, et surtout ne le dites à personne"... Une fois en ligne, les ravisseurs demandent 70.000 dollars... "nous qui n'avons pas 100 dollars sous la main", écrit Ishtar... Alors la grand-mère fait le tour de la maison, fait les comptes... La Playstation de son fils, les bijoux de la famille, un appareil photo... et, difficilement, 700 dollars de réunis... Que faire ?... Les kidnappeurs en veulent toujours 70.000... Des amis viennent, amènent chacun une somme... Au bout de 4 jours, 7.000 dollars sont trouvés, mais les ravisseurs ne veulent rien entendre... De discussion en discussion, le chiffre finit par baisser à 12.000 dollars... Il faut encore téléphoner à des amis en Jordanie, pour qu'ils envoient les 5.000 dollars manquants... Après, il faut se promener le soir dans Bagdad, avec 12.000 dollars dans la poche... Les donner à un inconnu... Et attendre... Enfin, le petit Omar revient, et les sourires avec... Mais ça n'est pas fini, raconte la grand-mère de l'enfant... Il faut maintenant payer les dettes, rembourser les amis, et donc vendre la maison laissée par son père, mort il y a 2 ans... Toute la famille se retrouve dans un appartement... "C'est comme ça, écrit Ishtar Hammoudi... Nous recommençons tout à zéro"... Un récit impressionnant, à lire donc dans La Croix ce matin... un récit impressionnant, pour une histoire loin d'être unique... Autre rencontre, autres paroles... "Bye bye, good luck !"... Le soleil rouge vient de glisser derrière l'horizon... Deux pick-up s'enfoncent dans la nuit du Sahara... A leur bord, une cinquantaine d'hommes : des Ghanéens et des Nigériens... Serrés les uns contre les autres, ils quittent Agadès, au Niger, direction la Libye, avec un espoir : réussir à rejoindre l'Europe... C'est Karine Fouteau qui est allée, pour Les Echos, au Niger... Les Echos qui publient une série depuis hier, jusqu'à la fin de la semaine... une série intitulée : "Les mouvements de populations à l'heure de la mondialisation"... Et avant leur départ du Niger, ces candidats à l'exil se sont confiés... "Ici, nous n'avons pas d'avenir... L'économie est à plat... Même avec des diplômes, il n'y a pas moyen d'obtenir quelque chose de valable... Nous sommes jeunes, pas mariés, sans enfants... Nous devons saisir cette chance, quoi qu'il advienne"... Changer de vie... ou changer le monde... "La percée des altermondialistes", en Une du Républicain Lorrain... Le Forum social mondial, qui s'est achevé hier à Bamako, au Mali, réunit, à partir d'aujourd'hui, les altermondialistes à Caracas, au Venezuela... Et année après année, constate Le Républicain Lorrain, leurs préoccupations éthiques semblent gagner du terrain dans tous les secteurs... Et L'Humanité explique que, pour cette semaine en Amérique latine, de nombreux débats sont prévus, et beaucoup autour de la nouvelle donne politique latino-américaine... Confirmation dans Libération : "Chez Chavez, le Forum prend un tour politique"... "Et ça n'a rien d'étonnant, écrit François Meurisse : le charismatique Président, son opposition à l'administration Bush et l'expérience qu'il mène séduisent de plus en plus la gauche anti-libérale internationale... Alors l'enjeu, pour le Forum social mondial de Caracas, ce sera, analyse le journaliste de Libération, de dépasser la stricte dénonciation des méfaits du néo-libéralisme, et d'avancer des propositions alternatives concrètes"... "Quand toute l'Amérique latine se met à rêver d'une économie plus juste"... La révolution Chavez est-elle exportable ?, se demande en résumé Le Monde... Rien n'est moins sûr... Les économistes semblent sceptiques... "La politique sociale du Venezuela s'appuie sur le pétrole, constate en effet La Croix... Et du pétrole, tout le monde n'en a pas"... Le pétrole, tout le monde n'en a pas... Ca, on le sait... "13,4% de hausse sur le pétrole depuis le 1er janvier", titre L'Est Républicain, histoire de bien enfoncer le clou... Et d'une manière générale, ce matin, l'énergie fait la Une... "Gaz, pétrole, nucléaire : l'arme de l'énergie" titre OUEST FRANCE... "Pétrole, gaz, nucléaire: le nouveau choc mondial", confirme LE FIGARO pour qui "la surconsommation, la hausse des prix, la menace irakienne et les nouvelles alliances bouleversent la carte géostratégique de l'énergie sur la planète". Du coup, "le nucléaire branche l'Europe", constate LIBERATION... Même analyse en Une de LA TRIBUNE... "La crise de l'énergie revigore le nucléaire" : "Face à la flambée des cours du pétrole et aux perturbations dans les approvisionnements, les pays industrialisés reconsidèrent leur position vis-à-vis du nucléaire", affirme le quotidien économique, qui ajoute que "la Grande-Bretagne lance une consultation publique sur l'avenir du nucléaire", alors que "le débat est relancé en Allemagne malgré une sortie de l'atome prévue dans quinze ans." Et en France alors ?... Eh bien, en France, le débat sur le nucléaire n'est pas au programme, regrette Patrick Sabatier... "Le nucléaire paraît vertueux, écrit-il dans Libération... Encore faut-il ne pas dissimuler que ses vices sont aussi importants que ses vertus... Et s'il faut se rédoudre à rester pour l'heure sur la voie nucléaire, ce doit être en exigeant une plus grande transparence... et sans que cela se fasse au détriment d'autres solutions... Car, conclut l'éditorialiste, le risque le plus grave du nucléaire est qu'il encourage à préserver un mode de croissance et de consommation dispendieux, au lieu de stimuler imagination et innovation"... Parce que c'est vrai : gaz, pétrole, nucléaire... Et sinon... Eh bien, sinon pas grand'chose... Enfin, peut-être si : la mer... C'est à lire dans Le Monde... le compte rendu d'un séminaire qui s'est tenu au Havre... Et constat : "Pour capter l'énergie des océans, les Anglais tirent les premiers"... La France est bien en retard... D'accord, écrit Hervé Morin, il y a eu l'usine marémotrice de la Rance, ouverte il y a tout juste 40 ans près de Dinard, et qui reste la plus grande installation de ce type au monde... Mais depuis, plus rien ou presque... Alors qu'outre-Manche, les projets pullulent... des serpents de mer articulés, des hydroliennes ancrées au fond de l'eau... L'imagination des ingénieurs anglais n'est guère bridée... Utiliser le courant des marées, l'énergie des vagues... Même le Portugal s'y est mis... Une ferme à vagues devrait y éclore au printemps... Et pourtant le slogan bien connu : "Quand on n'a pas de pétrole, on a des idées", lui, il était bien français... Paroles de chômeurs... "Comment rembourser 5.000 euros quand on n'a pas de revenus ?"... C'est la question qui angoisse une chômeuse, qui témoigne dans L'Humanité... Les ASSEDIC lui réclament le remboursement d'un trop-perçu datant de 2003... "Quand les ASSEDIC étranglent les chômeurs", titre le quotidien communiste, qui dénonce : "L'ASSEDIC récupère sur les allocations-chômage des sommes qu'elle a versées à tort les mois précédents, et sans respecter la loi qui limite les saisies"... une loi qui veut qu'on laisse au débiteur au minimum le montant du RMI... Et un élu syndical de l'ASSEDIC se souvient : "Autrefois, les trop-perçus, on les réclamait, mais sans acharnement... Aujourd'hui, il faut en récupérer le plus possible, et le plus vite possible... De toute façon, nos formations nous apprennent à culpabiliser les chômeurs, pour abaisser leurs exigences"... Culpabiliser les chômeurs... en augmentant les contrôles... Sur ce dossier-là aussi, employés de l'ANPE et demandeurs d'emploi sont sur la même longueur d'ondes : "ils dénoncent le flicage", titre France-Soir... Lui, la parole, il la prend quand il veut... par cassette interposée... C'est Oussama ben Laden... Et sa dernière cassette en date a fait du bruit au rayon librairie, raconte Libération... "Ben Laden, agent littéraire aux Etats-Unis", titre le quotidien... Dans le message du chef d'Al Qaïda diffusé la semaine dernière sur Al Jazira, Ben Laden conseillait aux Américains de lire le livre d'un obscur polémiste d'extrême-gauche, William Blum, un livre intitulé "Etat voyou"... Et du coup, cet essai méconnu a fait un bond au hit-parade des ventes : il est passé de la 209millième place à la 10ème... Quant au vieux pamphlétaire, qui vit seul dans un deux-pièces à Washington, rapporte Pascal Richer, il est maintenant harcelé par les médias, et il avoue simplement qu'il ne tient pas trop à être contacté par son nouveau fan... Quel temps faisait-il en septembre 1515, lors de la bataille de Marignan ? Certainement, les chroniques militaires de l'époque le racontent... Et plus largement, quel temps faisait-il aux 14ème, 15ème ou 16ème siècle ?... C'est ce que cherchent à savoir des scientifiques du CNRS, nous apprend ce matin Le Figaro... Parce que, en France, l'histoire du climat est en panne... Or, le réchauffement climatique a relancé son intérêt... D'autant que la France a un climat particulièrement chaotique... Et il faut essayer d'y recenser tous les événements climatiques du passé pour savoir si la tempête de 99 ou la canicule de 2003 ont vraiment des caractères exceptionnels ou pas... Du coup, c'est un véritable appel que lancent les climatologues, historiens et biologistes de ce programme de recherche... Parce que les anciens notaient souvent les jours où l'eau d'un lac était prise par le gel, ou bien quand la neige commençait à tomber... Les informations recherchées, ce sont les grands hivers, les sécheresses, les invasions d'insectes, les migrations d'oiseaux, les dates des récoltes et des vendanges, les récits d'avalanches, de coulées de boues ou d'inondations... Bref, allez dans vos archives, et relisez les récits de vos ancêtres... C'est grâce aux viticulteurs de Bourgogne que l'historien Emmanuel Leroy-Ladurie avait réussi à remonter l'histoire du climat en Bourgogne jusqu'en 1370... Quand au goût du Pinot Noir… là on ne sait toujours pas !!! Bonne Journée

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.