mince espoir de dialogue en ukraine après des heurts
mince espoir de dialogue en ukraine après des heurts © reuters
**Il a des lunettes de ski pour se protéger des gaz lacrymogènes, une lampe de spéléologue pour voir dans la nuit et un tapis de sol autour du ventre en guise de gilet pare-balle.** Il a 27 ans, il fait moins 15 dehors. Il est sur la place Maidan de Kiev. Il dit : « Je suis en alerte militaire ». Ce jeune homme, décrit par Vincent Montgaillard dans _Le Parisien-Aujourd’hui en France_ , est l'un des visages de la contestation en Ukraine. Plus de deux mois que cela dure. Au départ, le rêve d'une révolution pacifique. Maidan, c'est encore un peu cela, comme décrit par Anna Colin Lebedev sur _Mediapart_ : des tentes, des barricades montées sur la place centrale de la ville. Du bois dans les braseros, des soupes populaires, des discours politiques sur la scène centrale, hommes, femmes, jeunes, vieux, ouvriers, stars, libéraux, nationalistes, religieux, militaires. On s'adressait à l'Europe, synonyme d'Etat de droit, on refusait que l'Ukraine se rapproche encore de la Russie, on manifestait contre un régime corrompu et de plus en plus dur. On faisait un tour sur la place et on rentrait chez soi. Les plus déterminés tenaient le camp la nuit. **Deux mois. Aucun résultat.** Opposition inefficace, pression accrue du régime sur les manifestants. Alors le vent est en train de tourner. « En Ukraine, écrit la chroniqueuse de _Mediapart_ , la protestation a eu pendant deux mois une odeur de feu de bois et de soupe au lard. Aujourd'hui, elle sent le métal, le sang et le gaz lacrymogène. » « Virage dangereux à Kiev », titre _L'Humanité_ . A 200 mètres de la place Maidan, le boulevard Grouchevski est devenu l'autre épicentre de la capitale. Pierre Avril le décrit dans _Le Figaro_ . Face à face : forces de l'ordre et manifestants les plus contestataires. Au milieu, des carcasses de bus calcinés. A droite, des volutes de fumée, à gauche, le stade de foot du Dynamo. 5 morts mercredi. L'Europe élève un peu la voix mais reste divisée : [« Ukraine, la fracture européenne » titre _L'Opinion_ .](http://www.lopinion.fr/23-janvier-2014/ukraine-fracture-europeenne-8511) L'Ukraine elle même est divisée. Il serait erroné de penser qu'elle se résume aux aspirations pro européennes rappelle _Le Figaro_ . La Russie est tout près. Ukraine partagée entre ceux qui considèrent les Russes comme des impérialistes et ceux qui voient Moscou comme un facteur de stabilité. Pour ajouter à la confusion l'extrême droite s'infiltre dans le mouvement pro européen relève _Slate_ . Photo de l'attaque des forces anti-émeute mercredi dans _Le Monde_ . Les abords de Maidan aujourd'hui : mélange de bleu marine, de gris et de blanc. **Direction la Chine à présent,** Le mélange de capitalisme et d'autoritarisme. _Le Monde_ a participé à l'opération Chinaleaks. Révélation de la presse internationale : une partie de l'élite chinoise place son argent dans des paradis offshores. Droit de suite dans le quotidien : comment le pétrole est devenu le moteur de la corruption chinoise. [Reportage d'Harold Thibault près de Chengdu, province du Sichuan. ](http://www.lemonde.fr/international/article/2014/01/23/a-chengdu-la-raffinerie-de-tous-les-pots-de-vin_4353392_3210.html)C'est l'histoire d'un complexe pétrochimique géant : 10 millions de tonnes de pétrole raffinés chaque année. Il n'aurait jamais vu le jour sans le fils d'un des hommes les plus puissants de Chine, membre du comité permanent du bureau politique et responsable de la sécurité au parti communiste. Le chantier, 4 milliards et demi d'Euros, a été lancé en 2007. Dès le début, un géologue d'un institut officiel s'y est opposé. La rivière à proximité était déjà saturée de polluants. Danger sismique aussi : l'épicentre du séisme qui a fait 70.000 morts dans le Sichuan est à 2 heures de route. Le chef du géologue lui a dit que l'affaire relevait de la politique, qu'il fallait l'approuver. Le président de Petrochina, s'était égaré à promettre qu'il ferait tout pour que le projet soit sûr et compatible avec l'environnement. Il est aujourd'hui en détention. Et il est trop tard pour revenir en arrière. Réflexion d’un manifestant : « 38 milliards de Yuan ont été dépensés dans cette affaire : qui prendrait la responsabilité de revenir sur la décision ? » **De la Chine à la Corée du Nord** A la Une de la revue [_Charles_ ](http://www.scopalto.com/revue/charles), un dossier « Comprendre François Hollande », on en a déjà parlé. Mais aussi le premier jour d'un français à Pyonyang. C'est signé Yann Moix. Peut-on rire de tout ? La question est revenue dans l'actualité ces derniers temps. On peut même rire d'une dictature, en en faisant quasiment une pièce de théâtre. Personnage central : Monsieur Hong. « Il a 30 ans, le teint beige, la coiffure d'un jouer, le costume affairé d'un trader, le sac en bandoulière. C'est un yuppie du matin calme. » C'est lui qui ne lâchera pas l'écrivain d'une semelle tout au long de son séjour. Arrivée à l'aéroport, on monte dans le bus. Moix dit "merci" en coréen au chauffeur. Monsieur Hon sort son carnet. « - Où avez vous appris ce mot ? - Au collège en sixième, il y avait quelqu'un dans ma classe qui... - quelqu'un de coréen ? - oui - garçon, fille ? - Une fille - En quelle année ? - 1979-80 Monsieur Hong, faisant cliquer son criterium et choisit une page neuve de son carnet : - Vous avez son nom ? - Oublié - Oublié ? Pourtant vous vous souvenez comment on dit merci en coréen et ce n'est pas facile de se souvenir comment on dit merci en coréen depuis 1979-80 » Le séjour se poursuit, Moix multiplie les mines pour le stylo mine. « Monsieur Hong, vous savez qu'en France les élèves frappent les professeurs ? » Monsieur Hong blêmit. « Une lumière d'automne frappe le paysage, écrit. Un calme cotonneux enveloppe les corps qui marchent, reviennent des champs et vont quelque part. Ce n'est pas seule géographie qui dépayse. C'est l'écoulement du temps à travers elle. » **Quoi d'autre dans la presse ?**
Webdoc Syrie Mediapart
Webdoc Syrie Mediapart © Radio France
Voyage à l'Est. En Syrie. [C'est à voir sur _Mediapart_ . Un webdocumentaire ](http://www.mediapart.fr/documentaire/international/syrie-deux-ans-de-guerre-au-quotidien)réalisé par des combattants syriens pour raconter cette guerre. Ni rôle, ni statut officiel, ni moyens de la république pour la conjointe du président. C'est ce que souhaitent les Français à 54% selon un sondage dans _Le Parisien_ . Quelles que soient les circonstances, Valérie Trierweiler est toujours première dame : elle devrait bien décoller pour un voyage humanitaire en Inde ce week-end selon le journal. Dans _Le Parisien_ encore, le village qui propose des grenades lacrymogènes à ses habitants. Après l'agression d'un retraité, conseil municipal extraordinaire ce soir à Magnac-Lavalette-Villars en Charente. Le maire proposera d'acheter en gros pour les habitants des bombes lacrymos, des chainettes de sécurité pour les portes et des éclairages automatiques.
Sud-Ouest
Sud-Ouest © Radio France
L'immeuble [« Le Signal » symbole de l'érosion du littoral dans le Sud-Ouest](http://www.sudouest.fr/2014/01/23/soulac-33-evacuation-imminente-des-habitants-de-l-immeuble-le-signal-menace-par-l-ocean-1438820-3193.php). Cet immeuble de 78 logements toujours plus près de la mer va être évacué à Soulac en Gironde. C'est la Une de _Sud Ouest_ avec ce titre : « Signal de détresse » Et puis - voyage à l'Est - ce matin à Melbourne, Australie, demi finale de l'open de tennis : Nadal-Federer. De nouveau un chef d'œuvre ?
L'Équipe - 24.01.2014
L'Équipe - 24.01.2014 © Radio France
« Il réveille des fantasmes qu'on croyait enfouis » écrit _L’Equipe_ . Ces dernière années, rappelle Frédéric Bernès, les duels entre les deux géants du tennis des années 2000 se sont tous déroulés de la même manière : « Le coup droit lasso de Nadal qui concasse à petit peu le revers de Federer (…) Mais tant qu'il y aura des Federer Nadal, on arrivera toujours à croire qu'un moment d'anthologie nous attend. » Bon week-end !
L'équipe
Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.