Et c'est déjà une nostalgie quand la journée commence.... Mais le sommeil oui Nicolas qui est la clé de la santé... Non seulement nous abusons du sucre, c'est notamment la Une de la croix et dans le Parisien mais nous manquons le sommeil nous fait défaut, et c'est aussi dans la Croix...

On dort de moins en moins... Nous les adultes, une heure de moins en moyenne depuis trente ans, les adolescents, une heure et demi de moins, et même les plus petits, et nous sommes en danger... 

Sylvie Royant Parola, psychiatre... 

Un adulte privé de sommeil se met en danger sur le plan cognitif, cardio-vasculaire, hormonal. Le manque de sommeil altère le cerveau des adolescents en diminuant le volume de matière grise. Et chez l'enfant, un déficit de sommeil peut entraîner des troubles de la croissance, des prises de poids, perturber l'apprentissage du langage...

Et la croix nous adjure. Nous devons, parents, protéger et accompagner le sommeil des enfants, et y compris des adolescents qui nous échappent dans leurs nuits bleutées par l'écran du smartphone...

Le sommeil est un enjeu... Humain, familial et aussi patriotique... 

Et le Figaro parle de nos troupes dont la vigilance est amoindrie par les nuits blanches... Le sommeil clé de l'efficacité du soldat... Depuis 2013, les armées travaillent sur "la gestion de la fatigue en milieu opérationnel". Il y a de la science dans l'armée et dans cet article passionnant... On découvre l'idée de la réserve de sommeil... On dort plus longtemps pendant 6 nuits pour accumuler de la lucidité avant l'épreuve du feu... Soldat repose-toi...

Le sommeil Nicolas, est aussi un révélateur de notre monde, et jusqu'au plus intime de nous-même, dans nos rêves.... Dans Télérama, un sociologue, Bernard Lahire qui publie une somme, "l'interprétation sociologique des rêves"... La sociologie ne doit pas s'intéresser qu'aux hommes éveillés... Freud avait tort dit Lahire,  "on ne peut pas tout ramener à la dimension sexuelle et à la pette enfance, le rêve est le lieu de tous les conflits de toutes les préoccupations...

On rêve aujourd'hui d'attentats et de violence, on rêve, dans des régimes dictatoriaux, d'appartements sans murs, surveillés... "Le monde social nous hante, y compris la nuit

Et à quoi donc ont rêvé cette nuit les salariés de Carrefour?

Carrefour dont le PDG Alexandre Bompard était notre invité ce matin... et qui est partout dans la presse

Et cela dit quelque chose sur l'importance d'une marque, Carrefour, "premier employeur privé du pays" rappelle l'Opinion,en lutte dans la mutation numérique.  La Une du Monde associe le plan de redressement de Carrerfour à la menace du modèle Amazon qui a ouvert, avant hier, son premier supermarché du futur dans son fief de Seattle : "un magasin sans caisses, avec des articles qui n'ont plus besoin d'être scannés et un paiement automatique par smartphone"... 

Plus de caissières donc... c'est le rêve de la grande distribution s'indigne l'humanité… On supprime les caissières pour satisfaire les profits et, dit un syndicaliste, des actionnaires voraces...

Mais cette lecture, de classe, ou sociale, ou à l'échelle humaine, est minoritaire dans nos journaux... Libération raconte l'inquiétude de salariés dans des Carrefours de Grenoble... 

Mais ailleurs, on s'empresse autour du jeune général de la guerre économique, Alexandre Bompard un objet de désir. l'homme "qui veut révolutionner" la grande distribution, le Parisien, qui a "un plan choc", le Figaro, l'homme d'un "électrochoc", les Echos, le roi Midas de la distribution, l'Opinion. C'est l’esthétique du chef et le frisson du nouveau monde...

"Carrefour et la France, même combat", proclame l'opinion. "Le gouvernement, au lieu de s'inquiéter des salariés, devrait s'inspirer de Carrefour"... D'ailleurs, cela se fera? Bompard est au business ce que Macron est à la politique, parole de l'oracle des puissants Alain Minc cité dans Nice Matin. Et l'éditorial,  insiste il faut s'adapter ou mourir.

Voilà qui nourrira nos rêves. 

S'adapter ou mourir, ou bien résister. On trouve ce dilemme français dans nos journaux. A quelques pages d'écart, la Montagne raconte aussi bien le refus du département de la Corrèze de supprimer des classes dans ses écoles, le département se révolte contre l'Etat, que l'émerveillement d'une entreprise de la Creuse, Avenidor, qui a conçu un prototype de maison passive -qui ne consomme pas d’énergie, et cela intéresse les chinois... 

S'adapter pour ne pas mourir. C'est le slogan des temps... La Provence fait sa Une et consacre deux pages à Big Brother qui nous veut du bien. La surveillance électronique par l'intelligence artificielle, qu'il faudrait mettre en place pour arracher Marseille à l'insécurité.  Le Président de la région Renaud Muselier veut installer des systèmes de reconnaissance faciale à l'entrée des lycées, scanner les jeunes pour éviter les intrusions. N'ayons pas peur de protéger nos enfants, disent les politiques... Un lycée n'est pas une prison, disent des parents... De toute manière ont est déjà fiché partout disent des jeunes, adaptés...

Et un roman policier pour finir

Qui sonne comme une histoire ancienne, où seuls s'exposent le coeur et l'ambition trahie des hommes. C'est dans Vanity Fair.  L'histoire du meilleur flic français qui voulait aussi avoir le meilleur indic pour ramener les meilleures affaires, et qui s'y est perdu... Le flic s'appelait François Thierry, vedette des stups, qui était allé chercher dans une prison espagnole Sofiane Hambli, star des dealers et trompe la mort, et avec son indic, sorti de taule et branché sur des téléphones inviolable, Thierry montait des coups pour attirer le trafic dans nos villes, et là, faire tomber les réseaux.  Tout s'est effondré quand une cargaison de drogue qui devait servir d'appât a été prise par les douaniers. On lit une fatalité et une chute qui peut nous poursuivre dans nos rêves...

L'équipe
Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.