Mamadou Keita n'y croyait plus... Mamadou Keita a 35 ans... Il est marié, il a deux enfants... Il y a trois ans, il a fui son pays, la Guinée... Là-bas, il est membre d'un parti d'opposition... Et il explique avoir été arrêté et torturé à cause de ses idées politiques... Alors, en 2003, quand il arrive en France, il dépose une, puis deux demandes d'asile... Mais elles sont toutes les deux rejetées... En novembre dernier, la famille est même sommée de quitter l'appartement qu'elle occupe dans la ville de Bègles... C'est Cyrielle Blaire qui raconte cette histoire dans "La Croix" ce matin... l'histoire d'une de ces familles de sans-papiers dont les enfants sont scolarisés en France... Quand ils reçoivent l'avis d'expulsion de l'appartement, les Keita en parlent à la directrice de l'école maternelle de leur fille... Le maire Noël Mamère se mobilise... Un collectif est monté... Et le mois dernier, après publication de la circulaire Sarkozy, ils présentent une demande de régularisation... Leur demande est acceptée... L'angoisse fait donc place au soulagement, car les Keita ont eu très peur... "Ma femme pensait que ce n'étaient que des mots, mais pas moi, dit Mamadou... Quand un ministre d'Etat dit qu'il va faire quelque chose, il y est tenu... C'est sa crédibilité qui est en jeu"... Alors que va faire Nicolas Sarkozy dans ce dossier des sans-papiers, qui ont un ou plusieurs enfants scolarisés en France ?... Dans une interview au "Figaro" ce matin, il dévoile les chiffres... Pour l'instant, 14.000 demandes de régularisation ont été déposées... Au total, le ministre estime qu'il y en aura 20.000 tout au plus... Et un tiers obtiendront satisfaction... Un tiers, cela veut dire 6 à 7.000 personnes... Nicolas Sarkozy répète que la méthode est d'apprécier les dossiers au cas par cas... Et il défend cette méthode : "Entre deux options également folles, dit-il... on renvoie tout le monde, comme le souhaite Le Pen... on garde tout le monde, comme le demandent les socialistes... j'ai choisi la voie de la justice et de la raison... Je ne cèderai pas plus à l'extrêmisme de gauche qu'à l'extrêmisme de droite... Pendant des années, de belles âmes ont empêché la France de débattre des questions d'immigration... Résultat : une extrême-droite à un niveau inégalé en Europe, à part l'Autriche"... Et le ministre précise encore que "ceux qui ne seront pas régularisés ont vocation à partir, soit volontairement, soit de manière contrainte"... Nicolas Sarkozy a-t-il choisi la voie de la justice et de la raison ?... Ce n'est pas l'avis de tout le monde... "Libération" donne ce matin la parole au président de la Cimade, l'une de ses organisations qui ont soutenu ces dernières semaines les familles de sans-papiers... Question de "Libération" : "Prônez-vous la régularisation de toutes les familles d'enfants sans-papiers scolarisés, ainsi que des jeunes majeurs ?"... Réponse : "Très clairement, oui... Pour nous, le fait de scolariser ces enfants montre clairement la volonté d'intégration des parents"... Régulariser, massivement ou non, les sans-papiers... A chaque pays sa réponse... "Les Echos", entre autres, nous apprennent ce matin que l'Italie s'apprête à régulariser quelque 500.000 personnes... Cet été, Nicolas Sarkozy pose de nouveaux jalons, à dix mois de l'élection présidentielle... Jacques Chirac, lui, retrouve la place qu'il préfère depuis quelques années : celle de "grand sage" de la communauté internationale... C'est dans le conflit au Liban qu'il joue ce rôle... Et dans "La Montagne", Dominique Vallès résume les derniers épisodes... "Trois ministres sur le terrain du Proche-Orient ce week-end... Le déplacement à Beyrouth, une semaine plus tôt, de Dominique de Villepin... Des commandos présents pour assurer le rapatriement de nos compatriotes... Et Jacques Chirac pendu au téléphone pour presser les dirigeants occidentaux d'agir : l'engagement de la France, pour tenter de faire cesser les combats au Liban, et éviter une catastrophe humanitaire, loin de faiblir, s'accentue... Son intervention est à la fois la plus visible et la plus déterminée... Pour l'instant, reconnaissons-le, elle n'est guère payante, sauf pour permettre aux Français de quitter la zone des dangers... Mais elle pourrait susciter un effet d'entraînement auprès des pays ayant traditionnellement un rôle déterminant dans la région, à commencer bien sûr par les Etats-Unis... Voilà en tout cas l'activité politique nationale monopolisée, en cette fin juillet, par la crise libanaise... Ce qui n'est pas sans profit pour Jacques Chirac"... Michel Noblecourt confirme, dans "Le Midi Libre" : "Dans le dernier baromètre de l'IFOP pour 'Le Journal du Dimanche', avec 38% d'opinions favorables, Jacques Chirac remonte en un mois de 11 points... Et les insatisfaits, encore à 61%, baissent de 9 points... Indéniablement, le chef de l'Etat recueille les dividendes du savoir-faire et de l'expérience qu'il met en avant dans le conflit libanais"... Alors cette guerre, à quoi ressemble-t-elle ?... Ce qui frappe, à la lecture de l'article de Renaud Girard, c'est le silence avant et après les bombes... L'envoyé spécial du "Figaro" est allée à la frontière entre Israël et le Liban, au coeur du conflit... "Lorsqu'on monte vers cette frontière, à travers les vignes, les vergers et les forêts de pins des magnifiques collines du nord de la Gallilée, écrit-il, on ne découvre la guerre que très progressivement"... Il arrive dans le village israélien d'Avivim... Il est pratiquement vidé de ses habitants... Du linge pend encore dans les jardins abandonnés, indice d'une évacuation précipitée... Et la grille d'entrée du village est simplement gardée par un conscrit de l'armée israélienne... Il l'ouvre sur simple présentation de la carte de presse... Mais en avançant dans Avivim, on découvre soudain une montagne pelée, qui s'étend toute en largeur comme un gigantesque écran de cinéma... Et ce qui n'était que sons jusque-là devient également images... En contrebas, les blindés israéliens attaquent une localité libanaise de l'autre côté de la frontière... Parallèlement, des avions larguent des missiles, et les champignons de poussière qui s'élèvent : certains sont d'une hauteur comparable à celle du premier étage de la tour Eiffel... Puis, avant la réplique du Hezbollah, un sifflement, ressemblant à un départ de feu d'artifice... Le silence revient, sans qu'on puisse l'expliquer... C'est le chant des cigales, l'odeur des figuiers et l'air délicieux de la montagne... Dans son périple dans cette région près de la frontière, Renaud Girard est également allé à Saint-Jean d'Acre... Dans le quartier arabe de cette ville israélienne, il a rencontré Sadoun le pêcheur... Il s'obstine à sortir en mer tous les matins, il accumule les poissons dans son réfrigérateur car il n'y a plus un restaurant pour les lui acheter... "Imaginez la prospérité que nous aurions tous sur cette terre bénie, dit Sadoun, si les armes s'arrêtaient de parler"... Mais les armes continuent de parler... au Liban comme à Gaza, où l'opération de l'armée israélienne, pour retrouver le soldat Shalit, est toujours en cours... Et à Gaza, nous avons affaire à de nouvelles armes très violentes... C'est le responsable de la mission de Médecins du Monde en Palestine qui témoigne dans "Libération"... En faisant le tour des hôpitaux, il a constaté sur les blessés des lésions tout à fait inhabituelles... "Tout cela ressemble, dit-il, à des effets de bombe à fragmentation, avec d'autres munitions à retardement... La Convention de Genève, poursuit-il, exclut l'usage excessif et disproportionné de la force... Or, nous avons constaté l'usage d'armes aux effets très particuliers et violents sur la population civile"... Comme le coordinateur des programmes d'urgence de l'ONU, il dénonce une violation du droit humanitaire dans la région... Et pour l'instant, les Etats-Unis sont toujours aussi discrets... Condoleezza Rice est aujourd'hui au Proche-Orient... Elle dévoilera sans doute un peu plus son regard américain sur cette crise... Pour Stéphanie Fontenoy, dans "La Croix", l'un des objectifs de l'administration Bush, à l'occasion de cette crise, c'est de construire une alliance des pays arabes modérés contre le Hezbollah, tout en donnant à Israël la possibilité de démanteler les bastions terroristes... George Bush voudrait se saisir de la crise actuelle comme d'une occasion pour faire évoluer les pouvoirs dans la région, en renforçant l'opposition des Arabes sunnites contre le terrorisme chiite... La Maison Blanche aurait l'intention de dcemander à l'Arabie Saoudite et l'Egypte de faire pression sur la Syrie pour qu'elle rompe ses liens avec le Hezbollah et l'Iran... Ah le beau Tour !... un Tour à visage humain... A l'image de "La Dépêche du Midi" et du "Républicain Lorrain", beaucoup d'éditorialistes s'enthousiasment ce matin pour la 93ème édition de la Grande Boucle, qui a vu la victoire de l'Américain Floyd Landis hier à Paris... "Ce Tour a été palpitant et indécis, pratiquement jusqu'à son terme, tout en offrant un visage humain", écrit Dominique Garaud dans "La Charente Libre"... Alors, visage humain, vraiment ?... Et non plus visage des savants fous du dopage ?... Dominique Garaud a des doutes... et Pierre Taribo avec lui, dans "L'Est Républicain"... "Inconsciemment, écrit-il, il y a toujours des doutes sur l'aptitude du monde cycliste à changer... Certes, la grande lessive qui a précédé le départ a singulièrement rétréci le champ des tricheurs potentiels... Mais il y a eu dans le vélo tant d'entorses à l'éthique et à la loyauté qu'on reste sur la réserve"... Sur la réserve aussi, Jean-Philippe Mailly, dans "La Voix du Nord"... Une statistique lui suffit pour étayer sa thèse : "Ce Tour a été couru, à la moyenne générale, de 40,784 kilomètres-heure, ce qui en fait le troisième plus rapide de l'Histoire... derrière 2003 et 2005... C'est l'égal des années Armstrong... Et là, on ne peut invoquer le meilleur revêtement des routes ou l'évolution du matériel"... Grande lessive avant le départ, mais toujours des doutes à l'arrivée... L'édito de "L'Equipe" fait la synthèse : "L'édition 2006 a ouvert une brèche... Le cyclisme, et avec lui le sport professionnel tout entier, a le devoir de s'y engouffrer"... Alors que "Le Parisien" fait sa Une sur les amours d'été... dans "Les Echos", c'est un grand cri d'amour à destination des femmes qui est lancé... Alors ce n'est pas très glamour puisque le titre de l'article, c'est "les femmes, premier moteur de la croissance"... Mais l'analyse de Aude Zisseniss de Thuin est très intéressante... "Les statistiques sont formelles, dit-elle : depuis 1970, dans le monde, sur trois nouveaux jobs créés, les femmes en ont pris deux... Et l'arrivée de cette nouvelle main-d'oeuvre a davantage alimenté la richesse mondiale que le capital injecté dans les entreprises ou l'augmentation de la productivité... Sur la dernière décennie, le recours accru aux femmes dans les pays développés a contribué, plus que la Chine, à la croissance mondiale... Après avoir touché les pays occidentaux, le phénomène se reproduit maintenant dans les pays émergents... Les femmes sont aussi de plus en plus dirigeants, managers, entrepreneurs... Et ce n'est qu'un début, car les filles réussissent mieux que les garçons dans le système scolaire, et elles entrent plus massivement à l'université... Pour bon nombre d'observateurs, nous sommes entrés dans l'ère de l'économie féminisée... Alors, tout n'est pas réglé, loin de là : différences de salaires, plafond de verre qui les empêche d'accéder aux échelons ultimes... La société ne fait pas encore toute leur place aux femmes... Il le faudra car, conclut l'article, leur propre responsabilité sur le devenir du monde et la marche des sociétés s'accroît... Elles doivent, et elles veulent, l'assumer"...

Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.