Je ne sais pas trop si vous êtes "réseaux sociaux" mais j'aimerais vous parler du concept de Pop Corn Time. Ce moment où les internautes s'installent devant Facebook, Twitter etc, pour se régaler des accrochages, des prises de bec !

Ce moment où l'on assiste à un spectacle !
Ce moment où l'on assiste à un spectacle ! © Getty

Pop Corn Time donc depuis mercredi soir avec les rebondissements autour de l'affaire Benalla et hier les auditions à l'Assemblée ou au Sénat, retransmises à la télé. 

Avec le ministre de l'Intérieur Gérard Collomb, le Préfet de Paris Michel Delpuech, un film que l'on pourrait appeler : "C'est pas moi c'est lui !"

Car ce que l'on doit retenir ce matin c'est ça : chacun se défausse sur le principal intéressé: Emmanuel Macron, le grand absent, toujours silencieux. 

Le Figaro s'étonne de ce silence : "Tout va très bien Madame la marquise semble-t'on chantonner à l'Elysée" écrit Etienne de Montéty dans son édito, rappelant la fin de la chanson de Ray Ventura : Le château de la marquise, comprenez l'Elysée, est en feu. 

Dans cette affaire, écrit l'éditorialiste "La crédibilité du président est ébréchée. Emmanuel Macron aura fort à faire pour restaurer une autorité mise à mal." 

Alors ceux, maintenant, qui ont en revanche parlé. Pour le Parisien "Gérard Collomb hier s'est défaussé sur le préfet de police de Paris ainsi que sur le cabinet de l’Elysée (…) Collomb dont l’avenir au sein du gouvernement, estime Jannick Alibi, paraît fragilisé.

L'Huma, reprend ce que l'on entend souvent chez les députés de l'opposition : "On avait coutume d’appeler le locataire de la Place Beauvau l’homme le mieux informé de France. Avec Gérard Collomb à sa tête, écrit Sébastien Crépel dans son édito, le ministère de l’Intérieur est l’endroit le moins connecté du pays. Son occupant y vit à l’abri des bruits du monde".

Et Crépel de reprendre l'audition d'hier : 

"Benalla, qu’il a croisé au PC de la police, le 1er Mai ?

-Je ne le connaissais pas. 

Sa fonction, ce soir-là ? 

-Je n’en savais strictement rien.

Son vrai métier ? 

-J’ignorais sa qualité. » 

Les autres faits reprochés au garde du corps du chef de l’État ?

- Jamais entendu parler". 

En revanche nombreux sont les journaux qui ont relevé la qualité de l'audition de Michel Delpuech : "Précis, docte, avec même une certaine ironie mordante écrit le Parisien. Offensif, il a même décoché plusieurs flèches en direction de la Place Beauvau mais, surtout, de l’Elysée."

Delpuech plus convaincant que Collomb qui lui, soulignons-le, a fait rire tout son auditoire, affirmant que dimanche, avec le président Macron "ils ont parlé de cette affaire Benalla le moins possible ! Le président était plus préoccupé de la réforme constitutionnelle !

Rires des députés, Pop Corn time ! La suite demain avec de nouvelles auditions.

Si dans nos rédactions parisiennes, loin des plages, forcément on ne parle que de cette affaire ; quid des Français ?

"Ils oscillent entre incompréhension, défiance et désintérêt" nous dit Libé qui est allé voir notamment sur une plage de Théoule sur mer, dans les Alpes-Maritimes. Sarah Finger y a rencontré une sexagénaire originaire de Lorraine "blonde platine en maillot panthère qui se dit un peu choquée par cette histoire avant de reconnaître qu’elle en ignore à peu près tous les rebondissements !"

Bon ! 

Plus loin, à Théoule toujours, il y a Jean qui pense qu'Emmanuel Macron est "mal entouré". "Comment il s'appelle encore l'autre pingouin? Collomb? Ah celui là par exemple il n'est pas clair !" 

"Ex-para, poursuit Libé, Jean estime que les réseaux francs-maçons ne sont pas étrangers à cette affaire ! "

Ah ! la théorie du complot ! Une mère de famille, venue de Normandie : " Et les gens qui ont été tabassés, pourquoi n'ont-ils pas porté plainte ? Je vais vous dire : ils ont été payés pour se taire !" 

Aïe raté, madame, ils ne se sont pas tus, ils se sont constitués partie civile dans l'affaire. 

Le problème avec cette affaire c'est qu'elle nous empêche de nous intéresser aux vrais sujets !

D'habitude au mois de juillet qu'est-ce qui nous intéresse? Le Tour de France !

Et là coincé entre une victoire des Bleus en Coupe du Monde et les coups portés à l'exécutif qui risquent de lui faire avoir des bleus qui honnêtement suit le Tour cette année ?

Même Macron n'y va pas ! C'était pourtant prévu pour demain. On aura compris pourquoi. En tout cas du jamais vu depuis Pompidou.

Alors il faut dire aussi que le Tour il ne passionne plus comme avant depuis un moment. 

Depuis notamment que des coureurs écrasent tout. On a eu Indurain, puis Armstrong et ensuite Froome avant peut être Thomas. Froome et Thomas sifflés sur les podiums, frappés dans l'Alphe d'Huez par les spectateurs cette année. 

Comment en est-on arrivé là? Peut-être à cause d'une amnésie totale de la part des instances sportives. 

C'est l'été, sortons des sentiers battus et ouvrons le numéro estival de La Revue Dessinée, ce trimestriel qui nous raconte l'actu présente ou passée en dessins. 

"Le cycle infernal", c'est un récit signé d'un journaliste qui nous manque, Pierre Ballester, très belle plume qui parlait de vélo dans l'Equipe avant de s'intéresser de trop près aux affaires de dopage, ce qui lui a valu sa place. 

Ballester et Youssef Daoudi pour l'illustration nous offrent 31 pages sur la période Armstrong. C'était après l'affaire Festina, il y a tout juste 20 ans.

Rappelez-vous, Lance Armstrong, un coureur américain qui revient sur le Tour après une longue absence due à un cancer du testicule et à des lésions cancéreuses au cerveau. Ballester et Daoudi nous racontent, parfois avec humour, le retour en grâce de cet ancien malade qui remporte sept tours de France. 

Et si je vous parlais d'amnésie c'est qu'au lendemain de l'affaire Festina, toute la caravane du Tour saluait sans ciller les performances d'Armstrong. 

Toute sauf quelques un, dont Ballester qui nous les rappelle ces performances.

Par exemple la puissance qu'il développait lors d'un contre la montre en 1999 : 450 watts durant 68 minutes. L'équivalent serait de courir 125 tours de pistes d'athlé quasiment au maximum de ses capacités. 

Autre exemple : les pulsations cardiaques d'Armstrong lors de l'ascension d'un col. 200 battements par minutes durant un quart d'heure. 

Comme si Usain Bolt courait son meilleur sprint durant 5 kilomètres !

Voilà, la Bédé raconte ça mais aussi les déboires de Pierre Ballester qui faisait un peu trop le journaliste alors qu'il travaillait pour un quotidien, L'Équipe, dont le propriétaire était et est toujours l'organisateur du Tour. 

C'est passionnant et ça nous permet de suivre le Tour moins bête.

La Revue Dessinée dans les librairies uniquement.

Après avoir plombé l'ambiance finissons avec des sujets sympas

Oui mais pas avec cette histoire dans le Parisien sur un porte clé connecté. A la rentrée il sera imposé aux élèves d'un lycée privé parisien et permettra de signaler leur absence en cours et préviendra les parents. Finie l'école buissonnière. Inacceptable ! crient parents et élèves dans une pétition. 

Le maire de l'Hospitalet-près-l'Andorre a réussi à réunir les fonds pour créer une maison d'accueil de mamans en difficulté
Le maire de l'Hospitalet-près-l'Andorre a réussi à réunir les fonds pour créer une maison d'accueil de mamans en difficulté © AFP / Fabien Boutet / Photononstop

Non je vais plutôt vous parler de ce combat mené par le maire d'un village ariégeois. On lit cela dans les Échos. Il s'appelle Arnaud Diaz, son village c'est l'Hospitalet près l'Andorre. C'est une superbe région mais le village se meurt. En vingt ans il est passé de 166 à 90 habitants ! Et du coup menace sur l'école à classe unique.

Alors, les deux maîtresses ont eu une idée : créer une résidence sociale pour mères isolées. Ainsi, écrit Laurent Marcaillou, leurs enfants repeupleraient l'école !

Les mamans, elles, explique le maire, pourraient faire des p'tits boulots : "des heures de ménages ou dans le tourisme et le commerce qui ne trouvent pas preneurs." 

Alors Monsieur le Maire s'est battu pour que le projet aboutisse. Il a tout fait pour rencontrer des ministres, pour parler de l'initiative dans la presse, a organisé des manifestations, diffusé des vidéos sur Youtube afin de convaincre département, région et état.

Et figurez-vous qu'ils y est parvenu : 650 000 seront débloqués et en septembre 2019 ouvrira La maison des cimes. Six logements, pour mères isolées en difficulté qui préparent un projet d'insertion. Et leurs enfants qui donc sauveront l'école !

Eh ben vous savez quoi ? Moi j'irai bien donner un coup de main à ce maire et à ces mamans. Et je propose de temps en temps d'aller leur faire des quoi ? Ben oui, des pop-corns !

L'équipe
Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.