Ce matin, on prend d'abord la direction de l'Afrique australe... On parle du Zimbabwe... Oh soyons clair... Le sujet n'est pas en Une de beaucoup de journaux français... Seule La Croix s'inquiète de "la démocratie bafouée" au Zimbabwe... et rappelle que Morgan Tsvangiraï, arrivé en tête du premier tour de l'élection présidentielle en mars dernier, s'est réfugié à l'ambassade des Pays-Bas après avoir renoncé à participer, dimanche, au second tour... La Croix qui explique que "le leader de l'opposition espère ainsi faire monter la pression internationale contre Robert Mugabe"... Et le journaliste de La Croix, à Harare, rapporte comment "ces trois dernières semaines, Morgan Tsvangiraï a été interpellé cinq fois par la police... et comment son adjoint, détenu et inculpé pour subversion, risque la peine capitale"... Pour plus de commentaires, il faut lire par exemple la presse outre-Manche... Le Guardian constate qu'au Zimbabwe, il y a "plus de passages à tabac et plus d'enlèvements", et qu'en conséquence, il faut "se battre pour le vote"... Et la meilleure façon de se battre, c'est "l'intervention militaire"... Le Times ne voit que cette solution... parce que, analyse le journal, "l'idée que Mugabe puisse céder aux sanctions ou aux pressions diplomatiques est absurde"... Sauf que pour l'instant, on en est là, résume El Mundo à Madrid... "L'ONU blâme le climat politique au Zimbabwe et critique le gouvernement"... Du coup, la question fuse en Une du Temps, en Suisse : "Qui peut encore arrêter le tyran Robert Mugabe ?"... La réponse, il faut bien l'avouer, c'est "pas grand monde"... "Il y a peu de moyens de pression, explique Le Temps... Et la Communauté des pays d'Afrique australe fait preuve d'une solidarité douteuse"... De leur côté, "les pays occidentaux condamnent Mugabe et comprennent Tsvangiraï", résume La Croix... qui rappelle qu'en France, le Quai d'Orsay a déclaré respecter la décision de retrait de l'opposant, et que Nicolas Sarkozy s'est dit prêt à prendre avec l'Union Européenne "toutes les mesures nécessaires à l'encontre de responsables de ce qui est devenu une mascarade électorale"... L'Europe... L'Afrique... Des relations toujours un peu compliquées... Dernier exemple en date, repris cette semaine par Les Inrockuptibles... le casse-tête des musiciens africains... "Faute de visas, nombre d'entre eux ont dû annuler leur tournée des festivals européens cet été... car, explique l'hebdomadaire, en France, en Belgique ou au Royaume-Uni, ils sont d'abord vus comme des clandestins potentiels... une conséquence aberrante du durcissement de la chasse aux sans-papiers", dénonce Les Inrock... qui conclut : "Cet été, la programmation sera passablement blanchie"... L'immigration... C'est le premier dossier que passe en revue La Tribune, dans une série intitulée : "Les priorités de la présidence française de l'Union Européenne"... La Tribune qui constate qu'au sein de l'Union Européenne, l'immigration légale divise davantage que la lutte contre les clandestins... Et selon le journaliste du quotidien économique, la France... qui veut faire adopter le principe de l'interdiction des régularisations massives par un Etat sans l'accord préalable de l'ensemble de ses partenaires... aura fort à faire... La présidence française de l'Union Européenne... c'est aussi un sondage BVA-France Inter-Les Echos... que le quotidien économique résume ainsi : "les Français sceptiques sur la présidence Sarkozy de l'Union Européenne"... Et l'on revient à cette Europe qui se calfeutre... On reparle d'immigration... "Le Vieux Continent veut continuer à se protéger, à se barricader, et ce, à travers des centres de rétention", explique l'éditorialiste du Monde... "Pourquoi Vincennes a brûlé"... Le titre fait la Une de Libération... Après l'incendie qui a détruit le centre de rétention, le journal tente d'analyser les raisons du drame... Et Laurent Joffrin se demande : "La politique du chiffre revendiquée par le gouvernement peut-elle produire autre chose qu'une aggravation des tensions ?"... France-Soir a compté "35.000 immigrés illégaux logés l'an dernier dans ces centres de rétention en France"... "35.000 vies entre espoir et crainte"... crainte de l'expulsion... "Centre de rétention administrative : la neutralité de l'appellation révèle la gêne qu'il y a à nommer officiellement certaines réalités", écrit ce matin Bernard Revel dans L'Indépendant du Midi... "Mais sous ces termes neutres, le sort des plus démunis parmi les démunis arrive à percer le vernis des discours officiels, grâce aux actions humanitaires... Elles sont plus que jamais nécessaires, pour nous rappeler que les chiffres n'existent pas, et que seuls comptent les hommes"... Dans Les Dernières Nouvelles d'Alsace, l'indignation d'Olivier Picard : "Qui pourrait imaginer que les pensionnaires de ces endroits sinistres n'ont commis, après tout, aucun crime ?... Leur seule faute, c'est d'avoir été attirés par la lumière d'une nation dix fois plus prospère que leur terre natale... Alors, que la France doive maîtriser ses flux migratoires, c'est une évidence... Mais, quelle que soit sa politique d'immigration, elle a l'ardente obligation d'être loyale, juste et honnête... une obligation qu'hélas, regrette l'éditorialiste, elle ne respecte pas"... Et en Une de Ouest-France, Alfred Grosser, professeur à l'Institut d'études politiques de Paris, demande que la directive européenne sur le retour des étrangers soit revue... Et il en profite pour rappeler que "les principaux pays d'accueil des millions de réfugiés, à travers le monde, sont des pays pauvres... Plus de 3 millions d'Afghans réfugiés au Pakistan... Un million et demi d'Irakiens en Syrie, et un demi-million dans la petite Jordanie"... Alors, au regard de cette comparaison, "notre pratique à l'égard des demandeurs de papiers présente pour le moins des manques"... Et sinon, que peut-on lire d'autre dans la presse ?... Quelques retours sur le déplacement de Nicolas Sarkozy au Proche-Orient... "A Jérusalem, M. Sarkozy loue les valeurs d'Israël", titre Le Monde... "A la Knesset, il réaffirme la nécessité d'un Etat palestinien", souligne le journal... "Sarkozy vante Israël sans oublier la Palestine" reprend Ouest-France... "Nicolas Sarkozy, avocat de la paix", pour Le Télégramme... Mais, se demande Rémi Godeau dans L'Est Républicain, "le Président français a-t-il les moyens de jouer les arbitres dans ce dossier ?"... En Une du Figaro, vous lirez "le palmarès de la sécurité ville par ville"... l'état de la violence dans 400 agglomérations de plus de 20.000 habitants... où la région parisienne rafle les 10 villes les moins sûres du pays... Mais aussi la ville la plus sûre de France, avec Marly-le-Roi, dans les Yvelines... Et puis, bien sûr, vous lirez beaucoup de choses sur le pouvoir d'achat... et d'abord sur la campagne de pub gouvernementale sur ce même thème... "Propagande !", s'écrie Frank de Bondt, dans Sud-Ouest... "Ce n'est pas le rappel des mesures prises qui va résoudre les problèmes des Français", selon l'éditorialiste... Dans L'Alsace, Patrick Fluckiger rappelle que "sous Lionel Jospin, le gouvernement avait mobilisé 6.000 panneaux publicitaires et fait passer 300 messages radio pour vanter les 35 heures... D'ailleurs, la comparaison n'est pas sans intérêt, souligne le commentateur : dans un cas comme dans l'autre, quand le gouvernement appelle les publicitaires à la rescousse, c'est parce que les promesses ne sont pas suivies d'effets"... Ce qui choque Bruno Théveny, dans Le Journal de la Haute-Marne, c'est "le coût global de cette communication : 4,33 millions d'euros... Gloups !, fait l'éditorialiste : n'aurait-il pas été plus judicieux de placer une telle somme ailleurs ?"... Le coût de la pub, à rapprocher de la deuxième revalorisation du SMIC... Le chiffre fait la Une de L'Humanité : "8 centimes pour la France qui se lève tôt"... Le journal explique, ironique, que "c'est l'augmentation horaire, sans le moindre coup de pouce... la hausse du pouvoir d'achat selon François Fillon". Pour un peu, ça ressemblerait presque à une pub de la SNCF un jour de grève...

Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.