Donc, ça n'existe pas... Le délit de solidarité n'existe pas... C'est en tout cas ce que vous avez dit sur France Inter il y a trois mois, Monsieur Besson... Mais "peut-être est-ce simplement un problème de vocabulaire", note ce matin Gilbert Laval dans Libération... qui nous raconte l'histoire d'un ressortissant guinéen... Il s'appelle Salimou Fofana... Il a 45 ans... Il est marié, il a des enfants... Il est manutentionnaire dans une entreprise agricole de la région de Rodez... Et il a ses papiers... Il est en règle donc... Pourtant, la semaine dernière, une peine d'au moins cinq mois de prison avec sursis a été requise contre lui... Que lui reproche le Parquet ?... D'avoir occasionnellement hébergé, et certaines fois nourri, l'un de ses compatriotes, qui, lui, est sans papiers... "N'avoir pas laissé son ami à la rue et le ventre vide quand il passait le soir : voilà sa faute", commente le journaliste de Libération, en évoquant "le délit d'humanité d'un Guinéen à Rodez"... Est-ce que donc, si l'on parle de "délit d'humanité", cette fois vous êtes d'accord pour dire que ça existe, Monsieur Besson ? (...) Sur le sujet, les journaux continuent toutefois de se mobiliser... notamment deux des satiriques du mercredi matin... Dans Siné Hebdo, vous retrouverez cette semaine encore le "Manifeste des 144"... "Appel pour abroger la loi qui criminalise l'entraide envers les sans-papiers"... Quant à la pétition de Charlie Hebdo contre ce que le journal appelle le "délit de solidarité", elle a déjà recueilli 22.000 signatures... Et dans Le Canard Enchaîné (autre hebdo satirique), à la Une : un dessin de Cabu sur le remaniement... Dessin qui montre le chef de l'Etat en train de compulser un annuaire... Et au-dessus de son épaule, on voit son épouse qui lui dit : "Après Frédéric Mitterrand, regarde si tu trouves un Gérard Blum ou un Kévin Jaurès"... référence à l'arrivée du neveu de l'ancien Président de gauche au ministère de la Culture... Pour tous les journaux ce matin, c'est bien la véritable surprise dans ce qui n'est sinon, tout du moins dans les apparences, qu'un jeu de chaises musicales... Le remaniement donc... Frédéric Mitterrand qui remplace Christine Albanel... "un événement majeur", semble indiquer ce matin la Une du Figaro... Je vous conseille vraiment de jeter un oeil à la Une du Figaro... En arrière-plan : une photo du palais de l'Elysée... avec, à gauche, les visages de Brice Hortefeux et de Xavier Darcos : le premier part à l'Intérieur, le deuxième aux Affaires sociales... A droite, les visages de Luc Chatel et de Michèle Alliot-Marie : le premier arrive à l'Education Nationale, la deuxième à la Justice... Et au centre, grande photo de Frédéric Mitterrand... Le montage est fait de telle sorte qu'on a presque le sentiment que c'est lui le nouveau Président... Lui que Valérie Sasportas, dans les colonnes du journal, décrit comme "un homme visionnaire et mélancolique... Au lendemain de la soirée des Molières, qu'il avait magistralement orchestrée, écrit-elle, Frédéric Mitterrand déclarait se sentir comme un saltimbanque chinois jonglant avec sept assiettes... 'Un jour, je finirai bien par en laisser tomber une', disait-il"... Frédéric Mitterrand qui, nous explique Le Figaro, est en outre un ami du couple Sarkozy, notamment de Carla... Elle a beaucoup d'amis, Carla... Vous trouverez le visage du nouveau ministre de la Culture à la Une de très nombreux journaux ce matin... A la Une de France-Soir : "Un Mitterrand ministre de Sarkozy : quel talent !", applaudit le journal... "Sarkozy enrôle Mitterrand", titre plus sobrement Le Parisien-Aujourd'hui en France... Tandis que Libération fait sa Une sur "La farce tranquille"... allusion au slogan du Tonton de celui que Nord Eclair appelle "le neveu adoptif"... Nouveau portrait dudit neveu, sous la plume de Gérard Lefort, dans Libé... Il évoque "un dandy solitaire et brillant, un féru de têtes couronnées, qui a su imposer une personnalité romanesque, incarnée notamment par ses 'bonsoir, bonsoir' télévisés"... Quasiment tous les éditoriaux traitent aussi de son arrivée... Henry Lauret, dans Le Télégramme, évoque "une prise de guerre plus médiatique que politique"... Car "Frédéric Mitterrand n'est pas un homme de gauche", précise Patrice Chabanet dans Le Journal de la Haute-Marne... En 1995, il avait appelé à voter pour Jacques Chirac... "Il n'est donc pas une recrue de la politique d'ouverture", abonde Le Républicain Lorrain... N'empêche, explique Philippe Palat dans Le Midi Libre, "bombarder Frédéric Mitterrand à la culture, c'est un triple bon coup pour Nicolas Sarkozy... d'abord parce qu'il associe le symbolique patronyme de l'ancien Président à une politique de droite... ensuite parce qu'il offre un portefeuille sur mesure à une personnalité reconnue du monde des arts... enfin parce qu'il provoque la confusion dans l'opposition"... Tous les journaux, ce matin, livrent donc leur analyse de ce remaniement... "Un remaniement qui conforte les ministres de Bercy", note à sa Une La Tribune... "Un remaniement qui surprend par son ampleur", souligne Les Echos... "Huit arrivées, huit départs"... Vous lirez un peu partout les portraits des nouveaux venus... Vous lirez également les raisons de l'éjection des sortants... Tout autre sujet, à la Une de La Croix : une enquête sur les "biens mal acquis" des dirigeants de pays pauvres... "L'argent sale des dictateurs" : c'est le titre à la Une... Une enquête menée par le CCFD-Terre Solidaire... Le CCFD, c'est le "Comité catholique contre la faim et pour le développement"... Prestigieux hôtels particuliers à Paris, châteaux en France, voitures de luxe, jets privés... Il y a deux ans, le Comité avait déjà mené l'enquête et détaillé une partie des biens des chefs d'Etats parmi les plus pauvres de la planète... Le document dénonçait les milliards d'euros détournés par ces dirigeants, notamment africains... Deux ans après, nous explique Olivier Tallès, l'ONG revient à la charge, à travers une deuxième étude qui sera rendue publique aujourd'hui... Benoît Collombat en parlait dans le journal de 8 heures... "Biens mal acquis : à qui profite le crime ?" : ça, c'est le titre de l'étude... En tête du palmarès des dirigeants qui ont détourné le plus d'argent, figurent des chefs d'Etat aujourd'hui décédés, Saddam Hussein notamment... Mais d'autres sont encore en exercice, comme le Président Eduardo Dos Santos, qui gouverne l'Angola d'une main de fer depuis 1979... Il est soupçonné d'avoir détourné 3 milliards d'euros des caisses de l'Etat, notamment par le biais de commissions sur les ventes de pétrole... Le Président de la Guinée est également mis en cause, de même que le Président du Kazakhstan et celui du Cameroun... Et puis il y a la responsabilité de la France qui, semble-t-il, a bien du mal à restituer les biens mal acquis... De la fortune de Saddam Hussein par exemple, seul son yacht aurait été rendu à l'Irak... 23 millions d'euros resteraient toujours bloqués aujourd'hui à la Banque de France... Le titre du papier : "La France reste timorée sur les 'biens mal acquis'"... C'est à lire dans La Croix... Et pour le reste, Frédéric... Quels conseils de lecture, dans les journaux, ce matin ? Allez voir, dans L'Humanité, un papier sur le Bac... Le journal nous explique un sujet distribué aux candidats au Bac technologique, Bac STG... Il était demandé aux candidats de justifier une procédure de licenciement d'une salariée pour "défaut de performance"... Joli sujet de dissertation... Mais aujourd'hui, les syndicats font part de leur surprise... Allez lire, dans Les Echos, l'histoire de la banquière la plus célèbre d'Israël... Elle s'appelle Sherry Arison... Elle est propriétaire de la banque Ha Poalim... Et elle explique dans un livre qu'elle est en communication avec l'au-delà... Elle a eu des visions prémonitoires, très souvent... sauf pour la crise financière, qu'elle n'a pas vue venir... La banque en fait les frais... Les journaux reviennent également sur l'arrivée de Jean-Claude Dassier à la tête de l'OM... "Faut-il être journaliste pour devenir président ?", s'interroge L'Equipe... Réponse: tout dépend président de quoi... Et puis j'ai noté cette info à la Une du Courrier Picard: "La salle était fermée, la fête n'a pas eu lieu"... On ne sait pas quelle était la salle. On ne sait pas quelle était la fête... Mais une fête annulée, c'est tout de même très dommage.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.