Des pitbulls déchirent une ado à Marseille, la Provence. Le Monde raconte Zineb Redouane, morte après avoir ouvert sa fenêtre à Marseille un jour de manif. Le rêve brisé de la maison individuelle, le Parisien. On vit trente ans de plus à Chicago dans un quartier blanc que dans une zone noire, le Guardian, Slate.

On parle d'une tigresse ce matin...

Et d'un petit garçon, ils se sont rencontrés à Vernoix dans l'Yonne, où une association qui s'appelle "des griffes et des dents" élève sept grands fauves et samedi matin avait invité Enzo, qui est un chouette gosse. Il est malade, il souffre d'une cardiopathie, comprenez qu'il vit sous machine et qu'on l'opère souvent et il ne possède que les trois quart d'un coeur mais quand on aime c'est déjà c'est déjà énorme, et donc Enzo, émerveillé a croisé Moon, la douce tigresse qui parce que douce peut déambuler dans les allées du parc, Enzo l'a caressée; Moon a frotté sa grosse tête contre son tee-shirt rouge, il lui disait "ca va ma Moon", et après lis-je, il n'avait pas les mots sinon "c'est juste woah"... 

Et voilà dans l'Yonne républicaine, une histoire d'une bête et d'un enfant pour trouver le courage de la semaine, nous pourrons en avoir besoin?

Ce même samedi où Enzo caressait Moon, à Marseille, deux fauves en liberté, deux chiens pitbulls attaquaient et déchiraient une jeune femme de 16 ans, la Provence raconte la scène par deux employées d'une supérette qui prenaient leur service, il était 5.45 du matin (on travaille avant 6 heures dans les quartiers populaires)... "Un lui mordait le bras, l'autre la tenait par le chignon à chaque fois que la jeune fille voulait se relever, les pitbulls lui sautaient à nouveau dessus"... La jeune fille n'est pas morte, hospitalisée. Mais les chiens ont disparu, nous guettent-ils encore, ces deux bêtes qui disent une jungle urbaine... Et dans cette jungle, il est tant de danger.

De Marseille encore, que le Président Macron visite aujourd'hui pour un sommet méditerranéen; nous revient cette histoire qui, ne vous quittera pas. Le Monde a mis en ligne, à vous serrer le coeur, le souvenir d'une vieille dame, Zineb Redouane qui samedi 1er décembre à 18.56 est allés vers la fenêtre de son appartement parce que les gaz lacrymogènes entraient chez elle, la police affrontant casseurs gilets jaunes; Zineb était au téléphone avec sa fille Milfet, qui vit à Alger.  

« J’entends un hurlement, je l’entends encore, je l’entends toujours », témoigne Milfet. La vieille dame a reçu en plein visage une lourde cartouche GR 56 FUM LAC MP7. Au téléphone, elle crie : « Il m’a visée ! Il m’a visée ! » 

Zineb a continué à parler avec sa fille jusqu'à l'hôpital où elle allait mourir C'est une affaire connue et un scandale en cours, puisque des mots de Zineb, on accuse des policiers d'avoir délibérément visé la vieille dame, mais avant même cela, je retiens du Monde le portrait de Zineb avant, vivante, libre et bohème, amoureuse et grande voyageuse, qui avait possédé des salons de coiffure et des hôtels, qui vivait à Alger avec sa fille, son perroquet, sa tortue, ses roses, son chat, et vivait aussi à Marseille pour sa santé, elle a rencontré la mort chez nous, cela dit-il quelque chose du pays?

Le grand New York Times s'intéresse à nous ce matin et met à sa une Caroline Fessaud, française un peu pittoresque peut-être, ou juste aimante, qui câline son coq... Son Maurice que des méchants voisins envoient au tribunal parce qu'il réveille, et cette histoire de voisinage dit le Grand journal serait emblématique de notre crise identitaire, et de la nostalgie de notre passé champêtre... Est-ce vraiment, confrère, notre plus grand souci? 

Et la France perd un rêve...

Celui de la maison individuelle, et cette histoire-là, que le Parisien développe sur deux pages, est plus sérieuse que Maurice, car la maison, le carré de pelouse où les enfants gambadent, était vraiment l'espérance d'une vie dans ce pays, mais pour les moins riches, les plus modestes, le rêve se dérobe, « un peu partout sur le territoire, les tractopelles s'arrêtent, les constructeurs mettent la clé sous la porte, les logements ne sortent plus de terre »… En 2018, le nombre de maisons individuelles vendues est ainsi tombé à moins de 120 000, contre 135 000 en 2017, soit une chute de 11,3 % en un an. et cet effondrement ne vient pas de rien, mais de la suppression de l'APL, l'aide personnalisée au logement, qui aidait 30000 foyers chaque année, et de l'étranglement du prêt à taux zéro, rogné de moitié dans les zones rurales et les villes de moins de 100 000 habitants, cette France à la bascule que l'on dit périphérique... 

Et voilà donc de quoi méditer sur la France qui se dérobe aux français... Il est d'autres injustice ailleurs. Slate reprend une enquête ahurissante du Guardian qui compare deux quartiers de Chicago, l'un blanc de verdure et de jogging, l'autre noir de bitume et de gangs... On vit chez les blancs jusqu'à 90 ans, on espère chez les noirs vivre à 60 ans... 

De quoi nous plaignons nous? Nous avons nos défaites...  Carrefour se retire de Chine, les Echos, et notre candidate a été battue par un chinois pour diriger la FAO, l'agence de l'Onu contre la faim dans la monde, le Figaro mais enfin... Nos bleu-e-s ont battu le Brésil,  hier « au bout du suspense » dit Paris-Normandie, « Délivrées » proclame l'Equipe et le Monde voit chez les filles une ressemblance avec les garçons de 98… Des jeunes français chantent la marseillaise en simili uniforme blanc dans les centres du service national, se réjouit le figaro… 

Nous nous préparons à l'horreur climatique, qu'exacerbe Libération en nous racontant les 50 degrés et plus qui ont frappé l'inde... nous n'en sommes pas encore là mais bien alertés pourtant sur la canicule qui commence aujourd'hui. Dans l'avalanche de conseils, je retiens un petit article dans le journal digne d'une région heureuse,  le Télégramme: sur les réseaux sociaux, les bretons chambrent le reste du pays, car la Bretagne sera moins touchée qu'ailleurs, et elle que l'on a moqué pour son climat humide, la voilà la région idéale où il fait bon vivre.  « Nous sommes en 2019 après Jésus Christ. Toute la Gaule est occupée par la canicule. Toute ? Non ! Une région d’irréductibles Gaulois résiste encore et toujours : LA BRETAGNE ! ». Un vent frais dans la solennité du jour... Même si la douceur bretonne s'abime ce matin de la perte d'une si belle et vieille maison du centre de Dinan, un joyau architectural qui avait traversé les siècles, dit Ouest-France, depuis le XVe, la bâtisse de la mère Pourcel, si souvent photographiée a brulé hier, ne négligeons pas cette tristesse là.

Et on parle d'odeur pour finir...

De fragrances sublimes, qui doivent illustrer de chef d'oeuvres du Louvre. Elles ont été conçues à la demande du musée par la maison Buly, une marque de beauté, des punks de la cosmétique dit le Figaro raconte l'aventure de punks de la cosmétique, qui ont donc décrété que La Victoire de Samothrace sent la fleur blanche et la myrrhe,  et  « Conversation dans un parc « de Gainsborough est un bouquet anglais, très délicat et lumineux, autour de la menthe

poivrée, de la bergamote et de la rose, les parfums seront vendus la semaine prochaine dans ce vieux musée qui se transforme...

L'équipe
Contact
Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.