Alors donc, le gouvernement s'active... C'est l'antienne de ces derniers jours... En Une de vos journaux, vous trouverez donc aujourd'hui, pêle-mêle... "Fillon veut tout changer"... Le Parisien-Aujourd'hui en France parle là du contrat de travail... "Le nouveau bouclier fiscal voté dès cet été", affirme Le Figaro... Les Echos précise, sur un autre dossier "impôts", que "les intérêts d'emprunts immobiliers seront déductibles pour les acquisitions signées à partir du 6 mai"... Libération analyse, plus largement, "la rupture au pas de charge"... et décrypte "un semestre à venir de réformes tous azimuts"... Dans les hebdos du jour, vous lirez aussi des dossiers sur "le système Sarkozy", dans Le Point... "la révolution Sarkozy", dans L'Express... Une révolution qui touche l'Europe... C'est le constat, ce matin, du Financial Times, après la journée de Nicolas Sarkozy à Bruxelles hier... Le quotidien économique britannique explique qu'hier, "le Président français a averti le monde qu'il espérait que l'Europe prenne une position beaucoup plus dure dans les négociations commerciales internationales, et qu'il ne permettrait pas que les fermiers de son pays soient vendus au plus bas prix possible"... Mais le plus intéressant ce matin, dans la presse, ce sont les questions... D'abord celle en couverture du Nouvel Observateur... Sur une photo de Bernard Kouchner... "Félon ou pionnier ?", interroge l'hebdomadaire... C'est bien toute l'interrogation... Les ministres de gauche de Sarkozy sont des traitres, dit-on à la direction du PS... Leurs proches, en revanche, affirment qu'ils sont des éclaireurs... Et Le Nouvel Obs analyse que "oui, solitaire, le rallié est un félon... Mais qu'à plusieurs, ils posent question"... "Le ralliement de Kouchner, Jouyet, Hirsch, Besson... Les tentations d'Hubert Védrine, Claude Allègre, de Jacques Attali, et peut-être demain de Jack Lang... cela commence à faire beaucoup"... Et le magazine poursuit... Rue de Solferino, au siège du PS, on explique que ce sont tous, là, des atypiques... Alors atypiques, oui, sans doute, chacun à sa manière, concède Le Nouvel Obs... "Mais tous ont apporté leur pierre à la gauche, et ont contribué à élargir son assise... L'ouverture au monde ou à l'entreprise pour les uns... Le réalisme économique, ou l'ancrage associatif et la noblesse de l'action caritative pour les autres... Si Nicolas Sarkozy a pu débaucher ces hommes-là, analyse toujours Le Nouvel Observateur... c'est qu'il s'intéresse à la gauche et à son fonctionnement depuis longtemps... "Depuis près de 20 ans, il cultive les amitiés du camp d'en face... Jacques Attali, ou encore l'historien aujourd'hui décédé Jean-Michel Gaillard... Dans la sphère politique aussi, Sarkozy a toujours entretenu, à l'Assemblée nationale, de bonnes relations avec, par exemple, Julien Dray... Dray qui jugeait, rappelle le magazine, "qu'il aurait pu être gaucho, car il conceptualise tout de suite"... Bonne entente également avec Malek Boutih... qui avait expliqué, avant de se faire taper sur les doigts par le PS, que "Sarkozy redonnait l'envie de la politique"... Le Nouvel Obs est allé demander aussi aux proches du Président de la République quelles étaient les motivations de cette ouverture gouvernementale... Alors elles sont politiques, mais pas seulement... Selon eux, on aurait tort de sous-estimer l'effet qu'a produit le "tout sauf Sarko" sur l'intéressé... "Pourquoi tant de haine ?", a-t-il répété en fin de campagne... Bref, conclut L'Obs, "le nouveau monarque veut aussi être aimé"... Et si finalement l'ouverture menée par Nicolas Sarkozy, c'était le résultat de l'échec de la gauche ?... Pas seulement l'échec électoral du 6 mai, non... Un échec plus profond... L'incapacité, en fait, à laisser toutes leurs places aux idées neuves... Et aussi l'incapacité à former de jeunes politiques... C'est ce qu'on peut lire en conclusion du portrait de Rachida Dati, dans Le Monde... Rachida Dati, la ministre de la Justice, "Sarkozette sans complexe"... "Issue d'une famille nombreuse, de parents immigrés maghrébins, la ministre de la Justice étonne tous ceux qu'elle rencontre... Elle possède, explique le journaliste du Monde, le goût de la réussite et une ambition décomplexée"... Et le portrait se conclut par le regard de Jacques Attali, l'ancien conseiller du Président Mitterrand... Il avoue une certaine admiration pour cette personnalité, qu'il juge compétente... Mais il exprime un regret... "que la gauche n'ait pas su faire aussi bien avec elle, ou avec d'autres comme elle"... Les jeunes et la politique... Comment renouer un dialogue concret, pour une meilleure compréhension ?... pour plus d'engagement aussi ?... Un reportage, dans La Croix, donne une idée... A Bobigny, "un speed-dating politique"... Bon, le speed-dating, vous connaissez... au moins de nom... Ces rencontres chronométrées entre célibataires à la recherche de l'âme soeur... Eh bien là, explique La Croix, l'association d'éducation à la citoyenneté "La Balle au Centre" a repris le principe... Les participants se réunissent en groupes de 15 à 20 personnes... s'asseoient en cercle autour de chaque candidat... un candidat qui a 15 minutes pour répondre aux questions... avant de changer de groupe... Alors à Bobigny, ce sont 5 candidats aux législatives qui ont participé à cette nouvelle forme de débat participatif... le député UDF sortant, maire de Drancy, Jean-Christophe Lagarde... Fodé Sylla, le candidat du Parti Radical de Gauche... Myriam Benoudiba,, pour le PS... Franck Contat, des Verts... et Dominique Berrou, pour la LCR... En face d'eux... eh bien beaucoup de jeunes qui n'ont pas l'habitude des meetings politiques, constate La Croix... L'entourage des candidats fait la même analyse... "Il y a plus de jeunes ici que dans un meeting classique"... L'un des participants... Mamadou, 23 ans... a apprécié l'initiative... "On peut les relancer tout de suite... Les candidats nous répondent, au lieu de parler tous en même temps"... Des candidats qui sont parfois désarçonnés, note La Croix, par la variété des questions... de la plus vague : "Quel est votre programme ?"... à la plus pointue : "Qu'avez-vous fait pour protéger tel espace vert à Bobigny ?"... Bref, pas de tout repos, la soirée... Mais les 5 candidats se disent tous heureux de cette expérience... et n'excluent pas de la renouveler, entre les deux tours du scrutin... L'engagement des jeunes dans l'action... dans la défense des convictions... et donc, peut-être, dans la vie politique... Ca peut se faire aussi par l'exemple... Retour sur l'annonce du Président Sarkozy de faire lire, chaque année à l'école, la lettre de Guy Môquet... C'est L'Humanité qui ouvre le dossier ce matin, avec un cahier spécial intitulé "Qui était vraiment Guy Môquet"... 8 pages de retour historique... Et Pierre Laurent explique... "Quoi de plus juste qu'un hommage soit enfin rendu par la Nation toute entière au martyre de Guy Môquet ?... L'Humanité n'entend pas bouder la reconnaissance nationale à laquelle accède le jeune résistant communiste... Et le journal fera tout pour lui donner pleinement honneur et sens"... Et l'éditorialiste explique encore que ce dossier de L'Huma a été conçu pour remettre la lettre d'adieu de Guy Môquet à ses parents dans son contexte... Le débat sur cette lecture obligatoire a lieu également, depuis plusieurs jours, dans les pages Rebonds de Libération... Ce matin, c'est le directeur de la rédaction, Laurent Joffrin, qui s'y exprime... "Oui, il faut lire la lettre de Guy Môquet", écrit-il... "Et soyons franc : si n'importe quel autre homme politique que Nicolas Sarkozy avait fait cette proposition, aurait-on polémiqué sur le sujet ?... Alors oui, c'est peut-être un calcul politique... Mais il faut juger sur les actes, plus que sur les intentions... Or l'acte est juste... Déchirant à tous égards, le texte est un magnifique exemple d'héroïsme, manifesté dans la lutte la plus indiscutable qui soit : celle qui a opposé la Résistance aux barbares hitlériens... Quel mal peut-il faire ?", interroge Joffrin... Dans le cahier spécial de L'Humanité, à lire pour s'en convaincre... de larges extraits du texte rédigé par Louis Aragon, en hommage aux 27 hommes fusillés le 22 octobre 1941... "Vous pouvez haïr le communisme... Vous ne pouvez pas ne pas admirer ces hommes... Ces hommes représentent la France mieux que ceux qui les ont désignés aux bourreaux allemands", écrit le Témoin... Le Témoin, c'est ainsi qu'Aragon signe ce texte clandestin... Ce 22 octobre 1941, le plus âgé des fusillés avait 66 ans... le plus jeune, Guy Môquet, 17... Dans L'Huma, vous relirez la lettre de ce dernier... Vous découvrirez aussi quelques phrases écrites à leur famille par ceux qui sont tombés à ses côtés... Toutes sont émouvantes, bien sûr... Mais au-delà, elles tracent autant de portraits de héros...

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.