manchester et l'enfance assassinée à la Une

La revue de presse, bonjour Hélène Jouan

La presse revient ce matin évidemment sur l’attentat de Manchester

Dans vos kiosques ce matin, la belle Une de Libération. Photo en noir et blanc d’une maman et de sa fille, la jeune fille porte le tee shirt à l’effigie d’Ariana Grande…elles se consolent toutes deux, et Libé titre, « l’enfance assassinée », « l’attentat contre la jeunesse » dit aussi la Dépêche du Midi, la Voix du Nord rend hommage « Aux enfants de Manchester »

" L'extrême jeunesse des victimes de Manchester fait symbole » écrit Denis Daumin dans la Nouvelle république du centre ouest. Et c’est un symbole, une incarnation, que la presse britannique, du Times au Daily Mirror ou au Télégraph a choisi ce matin de mettre à sa Une : Saffie Rose Roussos, 8 ans, « une gamine aux yeux étoilés de gaité » écrit Sonia Delessale Stolper dans Libé, morte hier dans l’Arena de Manchester.

Une petite fille donc parmi les 22 morts, et une ville endeuillée aussi. Pas n’importe laquelle, Manchester 2ème ville du pays, berceau de la révolution industrielle, bouillonnante d’ambitions et d’innovations. Dans le Figaro, un chauffeur de taxi qui a raccompagné gratuitement lundi des spectateurs qui fuyaient la salle de spectacle a cette jolie formule pour parler de la chaleur humaine particulière de sa ville, « A manchester, dit il, on est fait de colle, on se rassemble quand ça compte ». Une ville où est née une scène musicale unique au monde. Sur Slate.fr, Antoine Bourguilleau rend hommage à la ville de Buzzcocks, des Smiths mais aussi de l’immense label la Factory, avec Joy Division, New Order, The Fall, Oasis, Happy Mondays et les Stone Roses. Une ville rebaptisée « Madchester, une ville debout aux liens indestructibles avec la musique, avec le désir de rester vivant malgré la misère, malgré le chômage et la désindustrialisation, malgré Thatcher et maintenant les attentats imbéciles de ceux qui ne savent pas, écrit-il, que la musique fait, pour reprendre le titre d'une compilation célèbre des Smiths, plus de bruit que les bombes. ». En hommage, le magazine Nova Planet propose une play list en ligne, 65 titres de la scène musicale de Madchester, à écouter en versant une larme dans une pinte de Guinness…

Le groupe Etat islamique a revendiqué l'attentat-suicide de lundi soir perpétré par un Anglais de 22 ans d'origine libyenne.

Et la presse britannique donne quelques infos supplémentaires sur le kamikaze, Salman Abedi, 22 ans. Ses parents auraient trouvé refuge en grande Bretagne après avoir fui la Libye, mais son père serait de nouveau à Tripoli affirme le Times, le suspect lui se serait radicalisé au cours des derniers mois affirme le Financial Times, il était d’ailleurs lui-même parti en Libye il y a 3 semaines, et n’en était rentré que depuis quelques jours

Sur la ville choisie : Mathieu Suc de Mediapart raconte qu’un des terroristes impliqués dans les attentats du 13 novembre à Paris et ceux de Bruxelles, Mohammed Abrini, « l’homme au chapeau », s’était rendu à Manchester. Les 13 et 14 juillet 2015, il fait des photos, des selfies au stade de Manchester. Dans une récente audition par la police belge, il nie avoir été en reconnaissance pour des attentats sur le sol britannique, « ce n’était pas du repérage mais du pur tourisme » a-t-il dit. Mais un «concours de circonstance » qui accrédite évidemment un peu plus l’idée que le Royaume Uni est une cible privilégiée du groupe Etat islamique

Question de circonstance posée par vos quotidiens ce matin : le brexit pourrait- il altérer la coopération anti-terroriste en europe ? L’Opinion rappelle que Thérésa May avait brandi dans sa lettre d’enclenchement du brexit, la menace de voir cette coopération affaiblie si la Grande bretagne ne parvenait pas à un accord avec l’union européenne. Coup de bluff sans doute pour peser davantage sur les négos en cours avec bruxelles, « aujourd’hui personne ni sur le continent, ni sans doute encore plus depuis hier au Royaume uni, n’imagine se tirer une balle dans le pied en se coupant des services du renseignement britannique, l’un des meilleurs au monde » explique Jean Jacques Mével dans le Figaro

On termine par un pied de nez, celui du dessinateur Urbs dans Sud Ouest. « Terrorisme, la police anglaise sous tension s’inquiète un responsable de sa majesté. Un sbire lui susurre « HUMM Sir, il y a un souci concernant l’agent 007 »…Hommage à Moore, Roger Moore dont on a appris hier la disparition

Retour à la politique en France Hélène…

Avec un ministre de la cohésion des territoires Richard Ferrand, épinglé par le Canard Enchainé ce matin, pour un montage immobilier au profit d’une sci détenue par sa compagne quand il était directeur des Mutuelles de bretagne. Montage qui n’a rien d’illégal mais néanmoins fort avantageux pour ladite compagne. Ce matin, le ministre défend « ce choix économique de bonne gestion » et parle de « dénonciations calomnieuses »

Un candidat investi par la République en Marche Alain Tourret, épinglé lui aussi, par Mediapart cette fois, pour avoir largement puisé dans sa cagnotte d’Indemnité de frais de mandat alloué à tout député, pour se payer télévision, tickets de ciné, golf et séjour au club med. C’est en épluchant les Macron leaks, les boites mail piratées et rendus publiques à 2 jours du second tour de la présidentielle, que mediapart est tombé sur ces « petits arrangements ». Alerté par l’enquête de Mathilde Mathieu, Alain Tourret a fait savoir qu’il avait déjà remboursé 16 000 euros.

Interview dans le Figaro de la nouvelle secrétaire d’Etat à l’égalité hommes/femmes, Marlène Schiappa revient sur la polémique autour du harcèlement dont se sont dites victimes les femmes dans le quartier de la Chapelle Pajol à Paris, quand d’autres dénonçaient une manipulation raciste « à chaque fois que des femmes dénoncent une situation de harcèlement, elles ont raison de le faire, dit-elle. Et attention, le féminisme ne doit pas avoir de barrière idéologique, la bannière de l’anti-racisme ne doit pas devenir une barrière. Ceci dit, ajoute t elle, il faut faire attention aux manipulations politiques à chaque fois des quartiers populaires sont mis en cause. Marlène Schiappa qui souhaite faire verbaliser systématiquement par la police de proximité les injures sexistes

« Je n’aurais pas dû donner autant de place à Sens commun, c’était une connerie », c’est ce que le Parisien faisait dire samedi à François Fillon. Et bien non, c’était pas une connerie. Le Figaro affirme ce matin que l’ex candidat a passé un coup de fil au président de Sens commun pour démentir les propos qu’on lui avait prêtés. « Je suis fier d’avoir défendu avec vous des valeurs communes et je sais la force de votre mobilisation » lui aurait-il dit

On termine par le feuilleton Cyril Hanouna

Hanouna, largement aussi réceptif semble t il aux attaques portées au portefeuille qu’à la procédure de sanction enclenchée par le CSA… Sur le site du Monde, Luc Vinogradoff narre dans le détail la façon dont les marques qui diffusaient de la pub dans l’émission Touche pas à mon poste ont été méthodiquement assaillies sur twitter, après l’émission du 18 mai. Un journaliste avait diffusé leur liste exhaustive. Pression publique très forte qui a poussé ces dites marques à prendre leur distance, plus effrayées peut-être par le scandale que par l’homophobie de l’animateur, même si à chaque fois, dans des annonces quasi copiées/collées, ces marques mettent en avant leurs « valeurs ». Leur retrait aurait coûté à la chaine de Bolloré la bagatelle de 200 à 250 000 euros par jour a calculé le Figaro…Résultat de la campagne en tout cas,

Hanouna présente ses excuses, « je regrette », lettre à lire sur le site de Libération

Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.