"Avoir 20 ans en 2006"... C'est le Focus du Monde... Le quotidien du soir fait le portrait d'une génération qui vit entre dépendance et précarité... Accès tardif à l'emploi, multiplication des contrats de travail, fragilisation des trajectoires... Pour la jeunesse actuelle, cette situation se traduit par une baisse du niveau de vie, un accès difficile au logement et, globalement, une perte d'autonomie... Les jeunes, constate également Le Monde, s'ils sont en moyenne plus diplômés que leurs aînés, sont également moins riches et moins actifs... Et du côté des statistiques... en 2002, 17% des 30-35 ans ont connu un "déclassement" par rapport à leurs parents... L'ascenseur social est tombé en panne, conclut Le Monde... "Le CPE, qui devait être un remède aux yeux du Premier ministre, est devenu un révélateur d'angoisse... C'est cette angoisse que le Villepin nouveau, si nouveau il y a, devra traiter pour parvenir éventuellement à sortir de cette crise, de SA crise, par le haut"... C'est l'éditorial de Francis Laffon, dans L'Alsace, ce matin... Alors à Matignon, tout à l'heure... pas de doute : syndicats et Premier ministre auront tout cela en tête... "Villepin-syndicats : la rencontre", titre Le Républicain Lorrain, genre "rencontre du troisième type"... En même temps, vos journaux mettent globalement peu d'espoirs dans la réunion d'aujourd'hui... Sud-Ouest résume bien la tonalité : "A Matignon, sans illusions"... C'est un "dialogue forcé", pour Libération... "Une première tentative pour trouver une issue à la crise", constate Les Echos... 20 Minutes n'est pas très optimiste non plus : "Villepin opte pour le minimum syndical"... Il n'y a en fait que Le Parisien-Aujourd'hui en France pour se faire péremptoire : "Le CPE est mort", titre le journal, qui analyse : "Quelle que soit l'issue de ces pourparlers, le contenu et la philosophie du CPE semblent d'ores et déjà compromis"... Le mot qui revient le plus souvent ce matin, c'est "hussard"... Et le hussard, bien évidemment, c'est Dominique de Villepin... "Un hussard sûr de soi", pour Libération... "Par son action à la hussarde, le Premier ministre a cristallisé tous les mécontentements contre lui", pour Hubert Coudurier dans Le Télégramme... Pierre Fréhel, dans Le Républicain Lorrain, constate, lui, que si "le hussard de Matignon est un homme pressé, les confédérations, elles, ont le temps... Du coup, personne ne sait lequel des deux camps consentira à baisser le pavillon"... Donc aujourd'hui, c'est "l'AG de Matignon", comme le dit La Dépêche du Midi... Bref, on va discuter... "Les choses auraient dû commencer par là", s'énervent vos éditorialistes... Bernard Revel dans L'Indépendant, ou encore Jacques Camus dans La République du Centre... Parce que, aujourd'hui, si "le dialogue s'amorce, note Ouest-France, la rue se durcit"... "Les casseurs passent un cran au-dessus" pour France Soir... "Et pour la police, rapporte Le Figaro, le climat devient de plus en plus tendu"... Il faut dire, analyse Libération, que "le CPE souffle sur les banlieues mal éteintes"... Le journaliste de Libé s'est rendu à Drancy et Bobigny, en région parisienne, où les défilés anti-CPE voient cohabiter la mobilisation lycéenne et le retour des violences urbaines, note le journaliste... Les violences urbaines, justement... celles qui ont émaillé la manifestation parisienne d'hier... Les photos des casseurs en action sont dans Le Parisien... Pour ceux qui n'ont plus 20 ans... "L'Internet moins cher et plus facile"... C'est Le Parisien-Aujourd'hui en France qui explique : l'opération "Internet accompagné" propose aux 50% de Français toujours pas équipés de profiter d'offres moins chères, assorties d'une assistance personnelle... "Les oubliés d'Internet aidés par l'Etat", confirme Le Figaro, qui précise que ce programme, destiné à séduire les réfractaires, devrait permettre de créer de nouveaux emplois de service à domicile... des emplois qui pourront être payés avec le fameux "chèque emploi-service universel"... Bref, conclut Le Figaro : "si vous faites partie des adultes qui ont raté le train des nouvelles technologies, cette opération est pour vous"... C'est en Une de La Croix : le souvenir d'un drame qui, quelles que soient nos croyances, a été le nôtre... "Il y a dix ans, les moines de Tibhirine"... Le quotidien catholique est retourné dans l'Atlas, sur les traces de la mémoire de ces moines, artisans du dialogue avec l'islam... La tragédie reste encore largement inexpliquée, et le restera sans doute longtemps, analyse le correspondant de La Croix à Alger puisque, dit-il, écrire qu'il existe plusieurs hypothèses quant aux responsables de ce crime (dont l'une implique les services de sécurité algériens) est devenu un acte de sabotage de la paix en Algérie... Conséquence : les médias algériens, sous le coup de cette loi qui les somme de se taire, ne savaient plus, cette semaine, comment évoquer le dixième anniversaire de Tibhirine... Comme si étouffer cette commémoration arrangeait bien aujourd'hui les autorités algériennes... Rien à voir... On retraverse la Méditerranée, direction Marseille... Le procès de l'OM... Les comptes rendus en sont généralement truculents... Dans la presse, ce matin, Le Parisien ou La Provence reviennent sur la journée d'hier... "Robert Louis-Dreyfus au bord des larmes"... C'est ce qui a marqué La Provence... "Eh oui, constate Le Parisien : RLD a découvert les scandales de son club... Il lui aura fallu 9 jours d'audience pour réaliser à quel point le club de l'OM avait été au coeur d'un système de fraudes généralisées"... "L'audience m'a révélé ce qui m'avait été dissimulé, et qui heurte ma morale", a avoué l'actionnaire principal de l'OM devant le tribunal, hier... Le journaliste de La Provence a bien entendu ses propos, mais il reste dubitatif... "Avec ce procès, écrit-il, Robert Louis-Dreyfus a pris conscience de l'ampleur du désastre... non pas pour ses finances, mais pour son image et celle de l'OM... Et pour sa défense, l'heure est sans doute venue de jouer perso"... On reste dans le football... et dans le foot côté "gros sous"... avec "ce que gagnent vraiment les joueurs du PSG"... C'est dans Le Parisien-Aujourd'hui en France... Et au sommet de la pyramide : Bonaventure Kalou, avec 180.000 euros par mois... Selon Le Parisien, c'est le salaire brut... Alors vous retirez les cotisations sociales, et vous ajoutez les primes... On reste dans le sud de la France, mais on part dans le futur... C'est La Provence qui nous emmène sur les routes de PACA en 2020... "Comment roulera-t-on dans la région ?", se demande le quotidien marseillais... Eh bien, très mal... Il y aura des bouchons, toujours plus de bouchons... Si les comportements individuels ne changent pas, il faudra une heure de plus pour aller de Marseille à Nice... "Des prévisions d'autant plus énervantes, se désespère le journal, qu'à cette époque le baril de pétrole sera à 100 dollars, et donc le litre d'essence deux fois plus cher qu'aujourd'hui... Il faut donc s'attendre à devoir changer de comportement... Sur les routes, les vitesses seront vraisemblablement réduites, et l'on espérer une meilleure offre de transports collectifs... A Avignon, lundi prochain, doit débuter un débat de 4 mois, qui doit permettre d'inscrire noir sur blanc les mesures à prendre dans les 15 prochaines années"... Toujours dans le futur... Avoir 20 ans en 2100... Eh bien, ce sera les pieds dans l'eau... Dans Libération, "avis de trop hautes mers pour 2100"... L'eau pourrait monter de 4 à 6 mètres en 100 ans, selon des chercheurs américains... Des prévisions qui sont nouvelles puisque, jusqu'à présent, les scientifiques pronostiquaient une élévation de 10 à 90 centimètres... Oui, mais voilà : a priori, l'Antarctique et le Groenland résistent moins bien que prévu au réchauffement climatique, et fondent donc plus vite... Du coup, ce sont plusieurs centaines de millions de personnes des terres agricoles, mais aussi des grandes villes portuaires, qui sont menacées par la montée des eaux... Sans compter les îles... Et pas besoin d'aller loin : l'île de Sein par exemple, au large du Finistère, n'est qu'à un mètre et demi au-dessus du niveau de la mer... Faites pousser les branchies… Bonne Journée.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.