L'Indépendant décrit des villas HLM moisie. Gérald Darmanin saisi par la polémique pour une phrase sur Napoléon, les juifs et l'usure -l'Obs, Mediapart. Libération dresse le portrait d'un gourou naturopathe et d'une région propice aux chamans. L'Equipe dit l'amour qu'inspire un footballeur que son destin a manqué.

On parle d'une princesse...  

Qui se prénomme Minnie, comme la fiancée de Mickey, mais attention d'une tout autre extraction, la princesse Minnie de Beauvau-Craon dont le Figaro dit la révolution: hier, à Nancy, elle a topé avec l'Etat qui va prendre en main la gestion de son domaine, le château de Haroué près de Nancy, le Chambord lorrain, 365 fenêtres 52 cheminées 12 tourelles et 4 ponts mais combien de dettes et trop peu de visites. La princesse Minnie s'est battu, elle organisa des opéras de plein air, elle vendit aussi des trésors du château  et le ministère de la Culture alors fronçait les sourcils, la princesse allait-elle disperser du patrimoine national? Ainsi se toisent les princes et la République, mais parfois l'histoire se finit bien. L'Etat et la Princesse se sont rencontrés par des amis communs, dont Stéphane Bern, griot du sang bleu et macronien. Minnie de Beauvau-Craon continuera d'habiter son château que l'Etat va administrer et ce partenariat serait une première, et la Princesse convertie voudrait l'étendre à d'autres nobles demeures menacées, au nom de notre art de vivre. "Le sentiment de propriété doit évoluer dit-elle, il faut que les propriétaires changent de mentalité"... Entendez vous une tendre Marseillaise, une nuit du 4 aout sans violence?  

Pendant ce temps dans l'Oise un château splendide ni privé ni public, il appartient çà l'Institut de France, échappe à la ruine grâce à une subvention exceptionnelle de l'Etat, 4 millions et demi pour sauver Chantilly, nous apprend le Monde. Chantilly criait famine, le Rassemblement national en avait fait un tract et le domaine s'était offusqué d'être instrumentalisé nous racontait le Parisien la semaine dernière, cela n'arrivera plus...  

Pendant ce temps en Bretagne, François de l'Escale Jouan de Kervenoael, châtelain à Pontivy, dix-huitième du nom, mais dans le civil simple technico-commercial à temps partiel, raconte au Télégramme son combat pour son château de Talhouet, un bijou de 20 pièces, décrépit "dans toute sa splendeur", les peintures piquées, un trou dans le plancher du grenier, et aussi le froid. Sans rien demander à personne François se chauffe, malin, au bois mort de son domaine c'est moins cher que le fuel, il fait bion au château, il pense un jour nous le faire visiter...  

Pendant ce temps loin des châteaux, la moisissure règne dans les villas HLM de la Cité Bellus à Perpignan, vous voyez dans l'Indépendant des photos d'une décrépitude qui ne charme personne, ces pavillons sont neufs, deux ans, mais mal construits invivables, les habitants sont des gitans, ils ajoutent, "mais nous sommes français, on a droit au respect"...  Ah ça ira.  

Et on parle encore de citoyenneté...  

Et de cette idée pas si simple, être français au passé, au présent... 

Sur le site de l'Obs, un article intrigue , "Gérald Darmanin accusé d'antisémitisme pour son livre sur le séparatisme islamiste"... L'Obs nous guide dans une polémique lancée samedi dernier par une journaliste, Sarah Benichou, qui relevait sur twitter un extrait du livre du ministre de l'Intérieur, "Le séparatisme islamiste, manifeste pour la laïcité"... Gérald Darmanin propose de décliner aux musulmans la rude politique de Napoléon en direction des juifs, et il écrit ceci. L'Empereur, je cite, "s’intéressa à régler les difficultés touchant à la présence de dizaine de milliers de Juifs en France. Certains d’entre eux pratiquaient l’usure et faisaient naître troubles et réclamations »...  

Et la formulation fait réagir, le fondateur du site Mediapart Edwy Plenel a évoqué à la télévision « les pires clichés antisémites de notre histoire»; et plus posément sur le site du journal vous lirez un long article historique qui fait justice de ces clichés, et rappelle à quel point Napoléon fut brutal. Les juifs n'étaient pas "présents" en France mais étaient devenus citoyens en 1791, soudain ils furent rétrogradés....    

On peut dans cette histoire méditer sur les mots, qui croit les maitriser?    

Dans les pages politiques des journaux, on glose des mots du pouvoir dans la crise de la Covid, le Parisien ronronne avec Jean Castex qui aurait abandonné le slogan inventé par Emmanuel Macron, "freiner sans enfermer", pour le remplacer, lui-même, le stylo à la main par le "Dedans avec les miens, dehors en citoyen" que l'on sait, préféré à "chacun chez soi prudents dehors", que Gabriel Attal revendique pourtant dans le Courrier picard...    

Bien joliment sur le site Figaro vox, un prof de droit, Nicolas Molfessis, moque ce pouvoir qui nous autorise à rencontrer chez nous ceux qui vivent dans nos maisons... Lisez... Mais ce n'est pas si drôle. La Voix du Nord sur une page oppose a la com le visage de Didier Coulomp mort dimanche de la Covid, de ne pas avoir été vacciné, il allait prendre sa retraite...   

On parle enfin d'un gourou... 

Qui fait  boire des jus de légumes crus à ses adeptes en leur assurant qu'ils y trouveront la solution à tout, cancer y compris. Ce n'est pas la première fois qu'on évoque dans nos journaux l'inquiétant youtubeur Thierry Casasnovas, complotiste qui fraie avec Soral et Dieudonné,  mais qui est aussi conseiller municipal d'un village Taulis, où il épate parfois. Mais le très long portrait que lui consacre Libération raconte aussi un bout de France au sud, le Vallespir,  terre de croyance de montagne sacrée propice à l'éclosion, des shamans, des gourous...

Dans l'Equipe, ce jour de France Ukraine,  vous lirez une autre secte, gentille, celle des admirateurs de Fares Bahlouli, 25 ans attaquant français du FC Metal Kharkiv, troisième division ukrainienne., qui jadis fuit promis, jeune a la plus belle des carrières, ce n'est pas arrivé... Mais sur internet des fans inlassables continuent d'espérer en lui, où peut-on se procurer son maillot?   

Le Monde explore la Martinique dont Marc Pulvar était un combattant ami des pauvres admiré, mais il aussi dit sa fille Audrey,  un monstre qui abusait de petites filles, parmi elles la fille de l'immense écrivain Edouard Glissant...  L'article finement chemine entre mémoires ranimées ou défaillantes ou masquées nostalgie, l'âme d'un pays.  La Croix raconte aussi la Guadeloupe qui bravement essaie de s'arracher à la culture des armes à feu...   

Le Parisien nous rappelle que les livres pour enfants Monsieur et Madame fêtent leurs 50 ans,; en janvier dernier dans la Voix du Nord on apprenait que les jeunes lecteurs pouvaient voter jusqu'au 31 mars pour choisir de nouveaux personnages... Avec honte, je me propose, Monsieur Lapsus. Hier, bouleversé par la vie qui émanait de la si belle enquête de la Croix sur ces adultes qui vivent avec la mucoviscidose, je l'ai attribuée au journal la Vie. Pardon encore d'avoir croisé deux journaux qui savent nous donner des raisons d'espérer.

Contact
Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.