Bref, le bonheur de ne rien faire... Par moment, ne rien faire : voilà ce qui nous manquerait... Du temps et de l'argent... Finalement, c'est assez éloigné des conditions retenues par Flaubert... Eux, de l'argent, ils en ont beaucoup... Ils en ont encore beaucoup... mais un peu moins qu'avant, si l'on en croit La Tribune... "60 milliards envolés : la chute des grandes fortunes à la Bourse de Paris", titre le quotidien... "Le patrimoine coté des dix principales familles de l'industrie française a sérieusement fondu ces derniers mois... Bernard Arnault : 17 milliards d'euros de perte potentielle... François Pinault : 2,9 milliards d'euros... Martin Bouygues : 2,1 millards d'euros... Serge Dassault : 1,9 milliard d'euros de perte potentielle"... "Il ne s'agit, pour le moment, que de pertes virtuelles, nous explique le journal, puisque en Bourse, la perte, comme le gain, n'intervient qu'à la vente des actions... Mais ce sont des calculs qui donnent le vertige... Et ces milliards partis en fumée vont quelque part manquer à l'économie française"... C'est aussi le point de vue défendu par Philippe Mabille, dans son éditorial... "La France, vieux pays catholique et latin, est réputée ne pas aimer les riches, particulièrement les siens... Voir la crise financière les appauvrir ne devrait donc faire de peine à personne... Pour autant, poursuit-il, à ce grand jeu de Monopoly mondial, les pauvres n'ont rien à gagner... Avoir des riches en mauvaise santé n'a jamais fait une économie prospère... Et il y a fort à craindre que rien de bon ne sorte de cette maladie des milliardaires, dont les premiers symptômes commencent à faire sentir leurs effets délétères sur l'emploi"... Et puis il arrive également que certains riches fassent le choix de ne plus l'être... C'est le cas de ce golden-boy devenu moine des cités, à Marseille... Peut-être avez-vous déjà lu cette histoire... Mais si ce n'est pas le cas, je vous conseille la lecture du Parisien... ou de Famille Chrétienne, qui consacre sa Une à cet homme tout sourire, au parcours étonnant... Il a 47 ans, et il s'appelle Henry Quinson... Mais certains peut-être disent "Quinsonn", car il est né d'un père franco-américain, et il a grandi à New York, où il a entamé une brillante carrière de trader... "A 26 ans, il gérait ainsi un portefeuille de 15 milliards de dollars pour Indosuez, soit l'équivalent à l'époque du budget d'un pays comme la Tunisie", raconte Benjamin Coste, dans Famille Chrétienne... "Salaire mirobolant et stock-options à la clé : s'il avait continué, il disposerait aujourd'hui d'un appartement à Paris, d'un duplex à Manhattan, et peut-être même d'une villa à Rome", ajoute Philippe Baverel dans Le Parisien... Mais il n'a pas continué... Il a changé de voie, radicalement... Et donc, il est devenu moine... Il y a un peu plus de 10 ans, il a fondé une communauté de prière dans l'un des quartiers nord de Marseille... Tous les matins, il donne des cours d'anglais dans un lycée voisin... Il dit que son salaire annuel représente la prime mensuelle qu'il touchait à Indosuez... L'après-midi, il accueille tous ceux qui frappent à sa porte : des SDF, des enfants qui ont besoin de soutien scolaire, des immigrés qui lui demandent de remplir pour eux des papiers administratifs... L'ex-golden boy ne regrette rien... "L'homme, dit-il, peut avoir d'autres buts dans la vie que la course à l'argent"... Aujourd'hui, il a moins d'argent... mais il profite plus de son temps... Et au Parti Socialiste aujourd'hui, c'est le temps des comptes : on recompte les bulletins, là où il y a soupçon de triche... Les Unes des journaux, ce matin, sont essentiellement consacrées à la situation du PS... PS comme "Parti Suicidaire", annonce ainsi Libération... "Ségolène Royal menace de recourir à la justice pour barrer la route à Martine Aubry... Les deux camps s'accusent mutuellement"... Bref, c'est "La foire d'empoigne", constate Le Figaro... "La déchirure", titre de son côté La Croix... qui s'interroge : "Une conciliation est-elle possible ?"... "Et dire que l'arrivée des femmes au premier plan devait tout changer et promouvoir la politique autrement !", se lamente Bruno Dive, dans Sud-Ouest... "Elizabeth 1ère et Marie Stuart, Diane de Poitiers et Catherine de Medicis : l'Histoire fourmille d'exemples de ces femmes implacables dans la lutte pour la domination... Mais Ségolène et Martine feraient plutôt penser à ces reines mérovingiennes : Frédégonde et Brunehaut, qui se combattirent sans relâche au VIème siècle, à coups de meurtres et de trahisons... Aucune des deux n'a la grandeur d'âme suffisante pour tendre la main ou pour jeter le gant", poursuit l'éditorialiste... aux yeux duquel la seule solution aujourd'hui serait de faire revoter les adhérents... Même sentiment pour Olivier Picard, dans Les Dernières Nouvelles d'Alsace... "C'est, dit-il, la seule solution pour espérer rendre au PS un peu de sa crédibilité perdue"... Sauf qu'"à moins d'une énorme surprise, estime de son côté Jacques Guyon dans La Charente Libre, la commission qui se réunit aujourd'hui devrait entériner l'élection de Martine Aubry"... Et "au final, conclut Paul-Henri du Limbert dans Le Figaro, deux Parti Socialiste pourraient bientôt cohabiter au sein d'un seul : il y aura le PSS (le Parti Socialiste de Ségolène) et le PSM (le Parti Socialiste de Martine)... C'est une scission qui ne dit pas son nom, mais qui a l'avantage de sauver les apparences"... Et c'est d'ailleurs la crainte formulée par François Hollande (c'est toujours à lire dans Le Figaro)... Philippe Labro a rencontré l'encore Premier secrétaire du PS... Il a recueilli ses confidences, qui reprennent quasiment mot pour mot l'édito du journal... "Si on ne maîtrise pas les démons, dit Hollande, on risque de se retrouver avec deux Parti Socialiste"... "Au secours Jean Jaurès : ils sont devenus fous !", s'emporte du coup Michel Vagner dans L'Est Républicain... "Ils sont devenus fous", se désole également Laurent Joffrin dans Libération... Les autres titres de la presse, ce matin... Le même sujet à la Une de L'Eclair et de La République des Pyrénées : l'expulsion, à Pau, d'un couple d'Albanais et de ses 4 enfants... Ils viennent d'être renvoyés vers le Kosovo... Le préfet du département assume : "La loi, dit-il, doit s'appliquer à tous"... Dans Le Parisien-Aujourd'hui en France, vous lirez que chaque expulsion de clandestin coûte à la France 21.000 euros... conclusion d'un rapport publié par le Sénat... Sur le site Internet Bakchich : "Petit grain de sable dans les affaires de Bernard Laporte"... Une association environnementale vient de déposer plainte pour "excès de pouvoir" à l'encontre du secrétaire d'Etat aux Sports... En cause : une autorisation d'extension accordée à l'un de ses campings... Bakchich qui nous apprend par ailleurs que, nonobstant ses démentis, Bernard Tapie serait bien à la recherche d'une villa sur les bords du Lac Léman... C'est en tout cas ce qu'affirme son ami, l'intermédiaire André Guelfi... "Quand Bercy aide par erreur les grandes surfaces"... C'est à lire dans les pages saumon du Figaro... "Depuis cet été, Leclerc, Auchan, ainsi que Leroy-Merlin ont étendu certains de leurs magasins sans autorisation, profitant d'une erreur contenue dans une circulaire du ministère de l'Economie"... Sachez que le numéro de L'Humanité a été totalement rédigé ce lundi par de jeunes lecteurs du journal... "Reportages, analyses, entretiens : découvrez leur regard sur le monde", annonce le quotidien... Tandis que Libération, lui, a confié plusieurs de ses pages à Valérie Lemercier... La comédienne qui joue en ce moment au Palace, à Paris, signe notamment un édito intitulé "Errements", dont voici l'une des phrases : "Depuis les réformes agraires et ses points d'interrogation qui, ces jours-ci, ressemblent de plus en plus à des points de suspension, voire de suture, ce qui masque à peine les bases ultra-fragiles de ce gouffre béant, ce sont bien les nouvelles sociétés dysfonctionnelles débarrassées des préjugés doctrinaux... Et l'événement pourrait bien faire jurisprudrence dans le petit Landerneau des Etats-membres"... On ne comprend rien, mais c'est normal : c'est fait exprès... C'est juste savoureux... Ce matin, si vous achetez Libé, vous en aurez pour votre argent...

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.