8H30 l’heure de la revue de presse, bonjour hélène jouan

On commence par un coup de gueule de la presse belge

Ambiance pas franchement « chaton » entre le rédacteur en chef de la Libre Belgique et la presse française, http://www.lalibre.be/debats/edito/c-est-pas-moi-c-est-lui-le-jeu-dangereux-de-la-presse-francaise-565353fb3570ca6ff9201879 édito signé Françis Van de Woestine, intitulé « c’est pas moi, c’est lui, le jeu dangereux de la presse française ». Le journaliste belge s’offusque des commentaires français, ceux du Monde en particulier, sur le thème : « la sympathique Belgique est devenue une plaque tournante du djihadisme, le pays doit se ressaisir »

D’abord écrit l’éditorialiste, on n’a pas attendu que la rédaction du Monde débarque à Bruxelles pour dénoncer les failles des services belges dans la lutte contre le terrorisme. Ensuite pointe t il, si certains auteurs des attentats sont effectivement passés par Bruxelles ou Mollenbeck, d’autres n’ont jamais quitté l’hexagone sauf pour aller se « former en syrie ». « La condescendance française n’a décidément pas de limite » écrit il.

« Les critiques seraient plus faciles à accepter si elles venaient d’un Etat qui serait un modèle du vivre ensemble et de l’intégration ». Si c’était le cas, conclut il grinçant, le Fn parti raciste et xénophobe ne serait pas le premier parti de France. Mais sans doute, les responsables du FN ont-ils été formés en Belgique »…3 points de suspension

A lire dans le Figaro, pour appuyer, un peu, le coup de gueule de notre confrère belge, un « portrait » de la ville de saint denis où a été mené l’assaut du Raid mercredi dernier. Une ville qui est un concentré de « communautarismes » écrit la journaliste, malgré les dénégations de certains de ses élus ou habitants qui disent « c’est pas pire ici qu’ailleurs »…Saint-Denis-Mollenbeck, 2 villes, 2 pays et les mêmes maux…

Au jeu de « c’est pas moi, c’est lui », autre cible ce matin dans la presse, l’europe passoire

« La Grèce, cheval de Troyes malgré elle des jihadistes » titre Aujourd’hui en France/ le Parisien. Le quotidien revient sur le parcours de deux des kamikazes du Stade de France, passés par l’île de Léros en Grèce. Avec un stratagème mis en place par les passeurs depuis des mois. A l’approche des côtes, les migrants se sabordent, pour obtenir un statut de naufragé et justifier l’absence de papiers. Un garde côte témoigne, « Oui, début octobre, on les a sauvés des eaux, ces deux kamikazes donc, parmi un groupe de 109 personnes ». « On ne mesure pas cette passoire qu’a été la Grèce pendant des mois raconte un français vivant sur l’ile, pendant que l’europe accablait la grèce pour sa dette, elle avait oublié que cette frontière grecque était aussi la sienne ».

Un manque de contrôle corroboré par le patron de Frontex, l’agence européenne chargée de la surveillance aux frontières. Fabrice Leggeri qui rappelle que jusque là, les Etats européens avaient refusé de déléguer à Frontex ce qu’ils considéraient comme relevant de leur souveraineté nationale. Chacun faisant implicitement confiance à l’autre pour jouer son rôle…Alors vendredi, les ministres de l’intérieur et de la justice se sont enfin prononcés pour que Frontex contribue à cette surveillance, notamment en ayant accès aux fichiers Schengen ou Europol. Mais Fabrice Leggeri, nous prévient : il faudra au mieux un délai d’un an pour que ce règlement européen soit adopté…

Dans la presse également ce matin, toujours des questions sur « comment repérer sur le sol français, les éventuels apprentis jihadistes » ?

Avec un dossier de Libération sur le « terreau salafiste », cette mouvance radicale de l’islam et un focus sur l’imam de Brest, qui montre, si on en doutait encore, que rien n’est simple ! L’imam de Brest, vous vous souvenez,c’est celui qui expliquait à de jeunes enfants « qu’Allah transforme soit en porc soit en singe, ceux qui écoutent de la musique ». L’affaire semble entendue, imam radical, parmi ceux que Manuel Valls s’est promis d’expulser après les attentats du vendredi 13. Et bien oui, évidemment, mais… « depuis qu’il est là, les jeunes préfèrent se consacrer à l’islam plutôt que de dealer » plaident certains habitants de la cité HLM. Oui, sauf que, « certains enfants de 10 ans vont à la mosquée plutôt qu’à la médiathèque, et que quand on fait un goûter d’anniversaire, ils nous demandent s’il y a du porc dans la tarte aux pommes » s’alarme une animatrice qui constate une fracture entre des enfants élevés dans les valeurs de la république et ceux élevés dans les valeurs de l’Islam. Alors l’imam de Brest, médiateur ou prédicateur dangereux ? Le sociologue Raphael Lioger entend faire une distinction entre le fondamentalisme de cet imam, qui reste dans une logique individualiste et intime, et le jihadisme. D’ailleurs l’imam est devenu lui-même une cible de l’état islamique,qui l’a menacé de mort. « En fait, plus on est fondamentaliste, assure liogier, moins on peut glisser dans l’action terroriste ». Une stratégie du « rempart », pas forcément partagée par tous…une pétition locale pour l’expulsion de l’imam a déjà recueilli 40 000 signatures

On passe maintenant à la Cop 21…sans totalement tourner la page du terrorisme

« Le réchauffement climatique facteur de guerre ? c’est pas sérieux » s’insurge Bruno Tertrais dans l’Opinion. Bruno Tertrais maitre de recherche à la fondation pour la recherche stratégique, qui exhume une vieille interview de votre collègue Laurent Fabius au JDD en mai dernier dans laquelle il déclarait « le dérèglement climatique favorisera de plus en plus les conflits violents dans les pays émergents. C’est en définitive la question de la paix ou de la guerre pour les générations à venir ». « Ces thèses ne sont pas sérieuses » assène donc Tertrais. Rien dans l’histoire détaille t il, ne prouve qu’il y a un lien entre rareté des ressources et conflictualité. Du Darfour à la Syrie en passant par les printemps arabes. Mieux lorsque les catastrophes surviennent dit il, les désastres conduisent souvent à réduire le risque de conflit, par exemple il y a eu détente entre la grèce et la turquie au lendemain du tremblement de terre de 99. « Les guerres naissent des choix et des erreurs des hommes : la nature de l’Etat est bien plus importante que l’état de nature » conclut il

Vous faites un lien Ségolène Royal entre réchauffement climatique et guerre? L’émergence de l’ état islamique pas grand-chose à voir si ?

Les attentats hélène, et ses conséquences en termes économiques pour finir

C’est le patron du Groupe Galeries Lafayette Philippe Houzé qui l’assure : le « Non », ric rac, des salariés du BHV à l’ouverture des magasins le dimanche est une conséquence du climat post attentat, affirme t il. Il s’attendait à un vote favorable des employés de cette filiale des Galeries Lafayette ; mais les salariés ont été « impressionnés par l’ambiance du moment selon lui. Philippe Houzé qui utilise à son tour l’argument des attentats, et de la chute de l’activité du BHV ces derniers jours, pour dire, » sans le volume d’affaires des 52 dimanches travaillés, nous ne parviendrons pas à l’équilibre ». « Le bon sens l’emportera t il ? nous n’excluons pas un nouveau référendum quand les esprits seront calmés » assure t il au Figaro Economie

La presse économique, les Echos en tête qui s’emballe ce matin sur le « méga exil fiscal » du géant de la pharmacie, Pfizer qui vient d’avaler Allergan, l’inventeur du Botox pour délocaliser son siège social en Irlande et faire baisser ses impôts de 25 à 18%...Une « inversion fiscale » qui fait hurler aux états unis, démocrates et républicains confondus

Enfin, on termine par un test Patrick…Riez vous plus à Benny Hill ou aux Monthy Python ?

C’est un signe que tout va bien ! C’est une très sérieuse étude menée par le centre de recherche sur la démence, dévoilée dans le Figaro, qui montrerait que 9 ans avant l’apparition d’Alzheimer, les premiers symptômes de la maladie

sont..le changement d’humour !les malades préfèrent tout à coup les comédies burlesques aux comédies absurdes ou satiriques. Bref quand on n’est plus capable de saisir le 2nd degré, faut s’inquiéter !!

L'équipe
Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.