Bécassine, héroine moderne, atmosphère, atmosphère à droite....le rêve d'hollande

La revue de presse, bonjour hélène Jouan

On commence par une femme ce matin, une femme à la mode

« Elle traine la réputation d’être un peu niaise, voire réactionnaire..Mais ne vous y trompez pas, « elle a la candeur et la bonté de Félicité l’héroine « d’un Cœur simple » de Flaubert, et du prince Michkine, l’Idiot de Dostoievski. Elle ne fait jamais la morale, n’a ni idéologie, ni préjugé, prend les choses comme elles sont et la vie comme elle vient. Elle ne conteste pas l’ordre social mais est foncièrement fantaisiste ». ELLE, c’est Bécassine, la bécassine de votre enfance ou de celle de vos parents, voire de vos grands parents ! Bécassine, la bonne bretonne aux sabots, à la cornette blanche immortalisée depuis 1913 par le duo Caumery et Pinchon. Dans le Figaro, Bastrid de Larminat nous fait un portrait dithyrambique de cette Bécassine qui revient furieusement à la mode : sortie d’un nouvel album par un nouveau duo, ventes aux enchères prometteuses d’éditions originales, film à venir de Bruno Podalydès conquis par cette petite bonne femme « qui désarme toute forme de méchanceté » dit il, et qui surtout est bien plus moderne qu’on ne l’imagine. Bécassine passe son permis de conduire, participe à l’effort de guerre en 14/18, voyage à travers le monde, écrit son autobiographie. Bref Bécassine presque, une suffragette qui s’ignore. « Elle est à la fois moderne et anti moderne s’enflamme le Figaro, ce qui en fait peut-être notre contemporaine » conclut il.

Bécassine, Antigone de notre époque ? Certaines s’en étrangleront sans doute. Mais elle est peut-être assez raccord avec l’atmosphère ambiante…

Atmosphère, atmosphère, celle qui prévaut au matin du débat de l’entre- deux tours entre Alain Juppé et François Fillon fait les gros titres de la presse…

Dessin de Willem dans Libération, les deux hommes s’attrapent à la gorge, Juppé lance « facho poutiniste », Fillon rétorque « Avorteur mal peigné », crucifix à la main…Ambiance… « Le bonze de Bordeaux s’est mué en Kung fu Panda » se félicite l’entourage du maire de Bordeaux dans le Parisien « j’ai l’air énervé ? lance Alain Juppé dans le même quotidien. Oui, en fait, vu sa photo, il a l’air énervé. Enervés aussi ses propos. « C’est dégueulasse quand on m’accuse d’antisémitisme ou de complaisance avec les islamistes. Il l’a déjà dit heir soir sur TF1. Oui cette campagne était dégueulasse répète t il ce matin. Cela m’a incontestablement fait perdre des voix. Donc je n’ai pas de leçon à recevoir sur la hauteur ou les bassesses des campagnes électorales » assène t il, visant à mots non couverts son adversaire, dont il continue à dénoncer la « brutalité du projet ». Vous avez cité tout à l’heure le bel article d’Anne Fulda dans le Figaro de cet Edmond Dantès qui croyait tenir sa revanche sur son destin blessé, et qui la voit s’échapper. Réplique, moins énervée mais tout aussi ferme de François Fillon, qui estime à son tour que la campagne sur l’IVG lancée contre lui « était mensongère », et du haut de son Aventin, de favori, il répond à son challenger sur la brutalité supposée de son programme « ce qui est brutal aujourd’hui dit il, c’est le chômage, l’insécurité, la pauvreté, les attentats terroristes. Il ne faut pas se tromper de sujet ni de vocabulaire ». L’opinion titre ce matin « Fight club », ça c’est pour l’ambiance.

Question programmes Hélène, beaucoup de comparatif dans vos quotidiens ce matin.

Projets économiques et sociaux, résumés de façon assez judicieuse par Sud-ouest « Un des projets est libéral, l’autre aussi ». Ca c’est fait. Mais c’est évidemment sur les questions dites « sociétales » que le débat est engagé. « Au secours, jésus revient » s’alarme Libération chapelet à la Une, qui regrette que « dans ce vieux pays sceptique et laïque, la religion sous sa forme la plus rigide occupe désormais le devant de la scène ». « Le pape, combien de circonscriptions ? » s’interroge Joffrin, « Fillon, candidat des cathos » dénonce Marianne. "Une parfum d'année 3°" s'alarme Politis. Et puis après l’Ivg, la loi Taubira, les droits des homosexuels, dont vous venez de parler, autre début de polémique suite aux propos tenus hier matin par François Fillon. Parlant des intégristes musulmans, il a déclaré « qu’il faut combattre cet intégrisme, comme dans le passé ajoute t il, on a combattu une forme d’intégrisme catholique, comme on a combattu la volonté des juifs de vivre dans une communauté qui ne respectait pas toutes les règles de la république française ». Mais de quoi parle t il, de quand parle t il ? Coup de fil qu’on imagine courroucé du grand rabbin de France Haim Korsia raconté dans le Monde : il a tenu à souligner que le « communautarisme juif qui a pu exister jadis, n’était en rien le choix des citoyens de confession juive mais la conséquence de la non acceptation par la société française d’alors de leurs semblables ». Plus explicite, le dessinateur Johan Sfar a publié cette nuit un dessin, on y voit un homme réagir à ces propos « Ce n’est pas vrai, lorsque l’état français nous a mis l’étoile jaune, on l’a portée très docilement ». « Finalement je vais voter à la primaire de droite »conclut il.

Le résultat imminent de la primaire de droite en ravit cependant certains…

« Culbuto » en premier lieu, le Parisien ressort le vieux surnom donné à François Hollande pour raconter que le score canon de françois Fillon a été une divine surprise pour le président. « Merci Fillon », analyse également Cécile Cornudet dans les Echos. « le clivage gauche droite est réactivé, veut lire le président dans le scrutin. Ne pas être le favori des sondages est un avantage se rassure t il également.» Bref il y va ! Quand ? Le 1er, le 3, le 10 ? La presse fait son loto. Mais c’est désormais une évidence. Même si quelques-uns de ses « amis », lisent surtout dans ce 1er scrutin, que les Français ont choisi de sortir les sortants…C’est le cas de Manuel Valls, qui pose ses petits cailloux blancs avec une longue tribune consacrée aux oubliés de la mondialisation dans les Echos, ou encore d’Emmanuel Macron, qui fait de nouveau la Une de Match cette semaine, « en marche avec Brigitte… »Exposer mon couple, c'est sans doute une bêtise. Ce n'est pas une stratégie qu'on reproduira" avait il pourtant dit en mars 2016. Bon, on ne va pas lancer tout de suite, le compteur des promesses non tenues

En bref enfin dans l’actualité Hélène

La Turquie d’Erdogan. Le parlement européen se prononce aujourd’hui même sur le gel des pourparlers d’adhésion avec Ankara, les euro députés socialistes voteront finalement pour, avec les conservateurs et les libéraux. Même si le gouvernement français, aux côtés de l’Allemagne, gêné par le pacte migratoire signé avec la Turquie s’y oppose nous dit le Figaro. A lire dans la Croix, « la mise au pas de l’enseignement en Turquie » par le président Erdogan. De l’universitaire où tous les supposés opposants sont suspendus, à la primaire, où ce sont désormais les écoles religieuses qui sont encouragées. Et pendant ce temps-là, nous dit la presse sous forme de brève, l’écrivaine Asli Erdogan, accusée d’avoir collaboré avec un journal pro kurde reste dans les gêoles d’Istanbul, alors même qu’un tribunal avait ordonné sa remis en liberté

Dans l’Obs, enquête accablante d’Emmanuelle Anizon sur le « chasseur de jeunes filles », le photographe David Hamilton accusé de viol par l’animatrice Flavie Flament, aujourd’hui confortée par le témoignage d’autres victimes, témoignages terrifiants.

Et puis enfin, le gendarme du Paf va-t-il couper le chique à Baba, alias Cyril Hanouna ? Après un énième dérapage, le CSA a décidé d’engager une procédure de sanction contre C8 et l’émission « Touche pas à mon poste ».Les messages des téléspectateurs, 4914 plaintes contre le seul Hanouna nous dit le Parisien, semblent pousser le CSA à une vigilance accrue. Hanouna sera entendu, mais n’a pas l’air super inquiet « on est en direct donc forcément, y aura toujours quelques dérapages » a-t-il prévenu hier, en direct donc dans son émission. Le Csa tranchera…dans plusieurs semaines !

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.