Dans la presse ce matin : crise de foi(e) !

Il a été pris de hauts-le-coeur quand il a vu ces images à la télévision la semaine dernière. C'était sur une chaîne publique italienne : des hommes, en file indienne, dévêtus, attendent dans le froid, dans le camp de l'île de Lampedusa ; ils vont être aspergés d'un produit contre la gale.

Une enquête a été ouverte : un député veut faire plus. Khalid Chaouki du parti démocrate, rencontré par le correspondant du Monde en Italie, a décidé de partager le sort de ces clandestins. Le voilà donc aux portes du centre. Il va sans doute y passer le réveillon de Noël. On lui donne, comme aux autres, une brosse à dents, une serviette, un pyjama. Le personnel fait ce qu'il peut pour aider, mais c'est un lieu plein de tristesse et de frustration, raconte-t-il. Dans un autre centre, près de Rome, une dizaine de sans-papiers s'est cousu la bouche d'un fil blanc pour dénoncer les conditions d'hébergement. L'Irlandaise Betty Williams, prix Nobel de la Paix, s'insurge et interpelle le Président du Conseil, Enrico Letta. "Dans quel esprit préparez-vous Noël quand tout le monde sait qu'il y a des gens en camp de concentration ?" Elle, le chef du parti démocrate et le Pape François réclament la fermeture des centres.

Le souverain pontife, l es fidèles en sont fous...

A lire la presse, on est tenté de le croire. "Les catholiques sous le charme du Pape François", titre en une du Monde. Comme un souffle d'air, il serait le J.F.K du Vatican. Enthousiasme à lire aussi dans Le Parisien / Aujourd'hui en France , l'un des rare journaux disponibles le 25 décembre. Et dans les éditos de la presse régionale : "le souverain pontife, symbole du renouveau de l'Eglise" pour Jean-Louis Hervois dans La Charente Libre

C'est une toute autre folie que nous raconte Hubert Prolongeau dans la revue trimestrielle Long Cours : le syndrôme de Jérusalem !

C'est un extrait du film d'Emmanuel Naccache et de Stéphane Belaisch sorti en 2008. Ils nous plongent dans cette atmosphère de ferveur si spéciale à Jérusalem, ville mythique, trois fois sainte, mais parfois théâtre d'étranges délires.

Pour la revue Long Cours , Hubert Prolongeau a rencontré Florence. Elle raconte son expérience du Syndrôme de Jérusalem. "Un soir, j'ai eu l'impression que quelque chose s'ouvrait à l'intérieur de moi, je me suis frotté la peau presque à me faire saigner, j'ai découpé les draps de ma chambre, pour m'en faire un toge, je suis sortie dans la rue et j'ai commencé à prêcher..." Le phénomène est connu ; des fidèles qui se prennent pour le messie : juifs, catholiques, touristes ou israëliens, pas de musulmans. Ils seraient quelques dizaines chaque année. Une folie passagère ? Une maladie ? Un service leur est dédié dans un hôpital de la ville. Les médecins essaient de les comprendre ; l'expérience leur a appris que le rétablissement est souvent spontané et facilité par l'éloignement de la ville sainte, comme pour cet américain, haltérophile, bodybuildé à souhait, qui se croyait Samson, persuadé d'être chargé de déplacer l'un des blocs de pierre du Mur des Lamentations. Tout est rentré dans l'ordre quand son père l'a ramené chez lui. Cette histoire et d'autres encore à lire dans le revue Long cours . L'article : "Lost in Jérusalem".

La crise de foie vous guette ? Crise de foie. F.O.I.E. Vous avez trop mangé hier ? Dites-vous bien que c'est un moindre mal. On a lu ce communiqué de l'Association de recherche clinique en allergologie et asthmologie (l'Arcaa), comme Le Monde , et on peut vous le dire : vous risquez bien pire ! Avis à l'inconscient qui entend savourer une demi-douzaine d'huitres : il risque urticaire, démangeaisons, malaise... Pas mieux pour la poêlée de champignons : vous pourriez faire de l'eczéma ! Vous aurez des maux de tête avec les bougies parfumées, une rhino-conjonctivite avec les moisissures du sapin, des irritations de la peau avec la neige artificielle. Que d'humour et de gourmandises ! On en trouve d'autres sur le site de Libération : un "Libé Zap'" de péchés mignons des politiques. De la tête de veau de Jacques Chirac aux chouquettes de Valérie Pécresse, en passant par les tuiles de Jérôme Cahuzac... de quoi grignoter en attendant le Père Noël ! Vous voulez savoir s'il a fini sa distribution ? Plusieurs sites, dont celui du Nouvel Obs et du Figaro , publient le lien vers cette page spéciale de Google : le Santa Tracker pour suivre le traîneau à foulée de rennes.La gueule de bois , elle est pour Rennes ! Dans L'Équipe , on parle football. Les rouges et noir, quinzièmes à l'issue des matchs aller, affichent un bilan inquiétant. Mais le quotidien sportif n'est pas du genre à voir le verre à moitié vide. On retient ces deux visages en une : Tony Parker, le basketteur, et Marion Bartoli, la joueuse de tennis, champions des champions pour L'Équipe cette année.Hauts les coeurs dans Le Parisien / Aujourd'hui en France ! Il y a aussi des bonnes nouvelles s'enthousiame le quotidien. Finie la morosité, on tire le portrait d'hommes et de femmes qui font preuve de générosité en période de fêtes. L'information positive va jusqu'à cette série d'articles frappés du tampon "bonne nouvelle". Pêle-mêle : le vote blanc reconnu, l'emploi de 178 salariés sauvé, cet instituteur enfin officiellement réhabilité 70 ans après sa révocation par le régime de Vichy, ces images réconfortantes, aussi, après la tempête. Des sourires en une de Sud Ouest , malgré un Noël à la bougie. Cela a soufflé très fort dans les Pyrénées Atlantiques, comme en Bretagne. L'émotion de Bernard Stamm Le skipper et son équipier Damien Guillou ont été secourus à la pointe Sud-Ouest de l'Angleterre. En pleine tempête, dans une vague, le bateau s'est cassé en deux. Jusqu'à quand allait-il flotter ?Plusieurs tentatives de sauvetage échouent, les deux marins tirés d'affaire in extremis . Haut le coeur !

L'équipe
Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.