En ce lundi 25 décembre, les journaux – qui ne sont pas nombreux – ont, dans leur grande majorité, choisi de nous donner à lire des histoires de Noël.

Des histoires heureuses, des histoires qui se terminent bien. 

La presse, la plupart du temps, nous parle de ce qui va mal et, dès lors, en la parcourant, il peut arriver qu’on déprime. Mais aujourd’hui, c’est donc l’inverse et certains y verront peut-être « l’esprit de Noël »… Voire le Saint Esprit – après tout, c’est de circonstance. En tout cas, force est de constater que ce matin, ce ne sont ni les drames de l’actualité, ni même les peurs qui font la Une, non : ce sont les bons sentiments.

Les nobles sentiments.

« De bonnes nouvelles pour Noël », titre par exemple SUD OUEST, en revenant sur « une année d’histoires qui redonnent le sourire »… Des histoires de courage, d’héritage, de sauvetages qui se sont déroulées ces derniers mois dans la région… Le sauvetage d’un skieur dans les Pyrénées-Atlantiques. Il est, tout d’abord, tombé dans un cul-de-sac, une chute de 50 mètres, puis il a été emporté par une avalanche et il a vraiment cru sa dernière heure arrivée. Mais, coup de chance, un hélicoptère l’a repéré et sauvé le lendemain. Selon le quotidien, il est « le miraculé des neiges »… 

Un autre sauvetage dans LE JOURNAL DE SAÔNE-ET-LOIRE. C’était hier au Creusot : un incendie dans un immeuble, provoqué par une bougie posée sur une couronne de Noël. Les flammes ont dévasté l’appartement d’une femme de 90 ans, et c’est un passant qui est venue la sauver. Il s’appelle Emmanuel, il est garagiste et témoigne dans le journal : il a ouvert la porte, partout de la fumée, elle était allongée par terre, le visage légèrement brûlé… Et il l’a donc extraite au plus vite de son logement… « Mais je ne suis pas un héros, commente-t-il modeste. J’ai fait je pense, ce que tout le monde aurait fait dans cette situation. »

Les nobles sentiments font aussi, ce matin, la Une de LA PROVENCE. « Sentinelles du cœur » : c’est le titre, et la photo montre un garçon tout sourire un stylo à la main… Pour Noël, 1.500 enfants de la région PACA ont envoyé des dessins et des lettres aux soldats de l’opération Sentinelle, qui passent les fêtes loin de chez eux… 

Des enfants, là encore, dans LE COURRIER PICARD : les enfants hospitalisés au CHU d’Amiens qui, grâce à l’action de plusieurs associations, ont pu découvrir à leur réveil ce matin des cadeaux dans leur chambre. Ce sont les infirmières de nuit qui sont venues les déposer.

Et puis, dans LE PROGRES DE LYON, cette fois, c’est l’histoire de Jean-Claude. Il a 63 ans, son métier c’est tailleur de pierre, et il a vécu pendant seize années dehors… Les nuits dehors, le froid glacial. Seize années de galère – la sienne et celle des hommes et des femmes aussi dont il a croisé le chemin… Il raconte la violence, l’alcool et la drogue… Ce père de famille qui avait perdu tous les siens dans un accident de voiture… Ensuite : la déchéance. Il est mort dans la rue… Cette ancienne boulangère rejetée par ses proches après être tombée enceinte d’un homme marié… Ensuite : la déchéance. Elle est morte dans la rue. Mais pour sa part, Jean-Claude vient de retrouver un toit… Un couple d’anciens SDF, très actifs dans le milieu social, lui a proposé un deux-pièces à partir du 1er janvier. « Une histoire qui a tout d’un conte de Noël », note Thomas Lacondemine, qui signe le papier. Mais il précise que la situation de Jean-Claude ne doit pas faire oublier la triste réalité des sans-domiciles-fixe. D’ailleurs, c’est aux autres qu’il pense lui-même – à tous les autres, dehors… « Je me dis que des familles ou des entreprises pourraient leur ouvrir leur porte, explique-t-il en s’interrogeant : au fond, elles risquent quoi, si ce n’est de leur donner un peu d’espoir ? » 

Et ce mot, « espoir », on le retrouve également à la Une de MIDI LIBRE… « Le monde célèbre Noël avec espoir », titre en effet le journal,  précisant qu’aujourd’hui, ce sont plus d’un milliard de catholiques qui fêtent la naissance de Jésus à travers le monde… L’espoir, notamment en Irak… Reportage à Mossoul, où les églises ont repris vie depuis le départ des djihadistes du groupe Etat Islamique.

Et on parle d’espoir aussi sur le site MEDIAPART – avec, ici encore, de nobles sentiments. Direction le Proche-Orient, papier de Chloé Demoulin. « En Cisjordanie, l’espoir d’un soulèvement pacifique »… Et, de fait, c’est l’espoir qui domine dans ce reportage, lequel relève que désormais, de plus en plus de Palestiniens ont décidé de se tourner vers des formes de résistance non-violente. La non-violence en lieu et place de la lutte armée. 

Il y a trois semaines, Donald Trump déclarait que les Etats-Unis reconnaissaient Jérusalem comme capitale d’Israël. Consternation dans la quasi-totalité du monde et, bien sûr, en tout premier lieu, dans les différents territoires palestiniens. Il y a eu des affrontements… Il y a eu plusieurs morts… Cela étant, de l’avis des observateurs, la contestation est restée assez limitée… « Mais cela va s’amplifier dans les prochaines semaines », se désole à l’avance Mustafa Barghouti, homme politique palestinien. Mais, comme il milite en faveur de la résistance non violente, il veut croire, dans le même temps, à la progression du mouvement pacifiste… « Un mouvement qui, dit-il, n'a pas encore atteint son apogée. Mais cela arrivera, comme en Afrique du Sud. »

Même optimisme pour le militant Ali Abu Awwad, qui a créé un centre dédié à la non-violence. Elevé dans un camp de réfugiés par une mère très politisée, membre de l’Organisation de libération de la Palestine puis du Fatah, il a, lui, découvert le pouvoir de la résistance pacifique en prison… Arrêté pour avoir jeté des pierres et des cocktails Molotov pendant la première intifada, il s’est plongé, derrière les barreaux, dans la lecture des livres de Nelson Mandela, de Gandhi, Martin Luther King« Ma vision politique et mon cœur en ont alors été bouleversés », confie-t-il. Nouvel électrochoc quelques années plus tard, quand il assiste à une rencontre organisée par sa mère avec une Israélienne ayant perdu un enfant dans le conflit… « C’était la première fois de ma vie que je voyais une Israélienne pleurer en face de moi, raconte-t-il Avant, je ne pouvais pas imaginer que les Juifs pouvaient avoir des larmes. »

Et, depuis, comme d’autres – ils ne sont pas encore majoritaires, loin de là, mais espèrent le devenir – Ali Abu Awwad est persuadé que la non-violence est la seule solution pour régler le conflit israélo-palestinien… Eduquer les enfants… Changer les dirigeants… Ecouter la parole des femmes – ces femmes israéliennes et palestiniennes qui ont manifesté ensemble en octobre dernier – pied de nez à ceux qui pensent que le dialogue entre les Juifs et les Arabes est impossible… Ali Abu Awwad résume le défi actuel en un slogan : « Ne soyez ni pro-palestinien, ni pro-israélien… Soyez pro-solution. » 

Et quelles sont donc les solutions pour passer un joyeux déjeuner de Noël ? 

Eh bien oui : hier c’était le réveillon, aujourd’hui c’est le déjeuner. En famille, le plus souvent… Avec un oncle ou une belle-mère dont la spécialité est d’envenimer les discussions avec des sujets polémiques… Sur le HUFFINGTON POST, Marine Le Breton nous explique ainsi comment répondre aux pires arguments qu’on entend sur l’affaire Weinstein et sur les violences faites aux femmes… La séduction à la française… C’est une chasse aux sorcières… On ne peut plus draguer… Sur le site : un petit manuel qui explique ce qui différencie la drague et le harcèlement… 

Sur RUE89, un conseil temporel : si vous allez chez vos parents, ne restez pas trop longtemps… Trois jours, grand maximum… Davantage, ça risque de dégénérer… 

Pour que le déjeuner se passe bien, vous pouvez également décider de lire à table « Pour Macron, c’est tous les jours Noël », le texte hilarant qu’Isabelle Roberts et Raphaël Garrigos publient sur leur site LES JOURS… Un conte de Noël à l’attention du président de République… Président bionique, écrivent-ils, et ils l’imaginent encore à l’Elysée dans 10 ans… Avec Barack Obama comme ministre des Affaires Etrangères et un Manuel Valls transformé en robot diffuseur d’air chaud.

Pour que le déjeuner se passe bien, faites en outre attention si vous devez ouvrir des huitres… C’est dangereux, très dangereux, et comme s’en inquiète AUJOURD’HUI LE PARISIEN, les professionnels de la chirurgie de la main pourraient, à l’avenir, être de moins en moins nombreux… Formation au rabais… Les médecins du secteur font part de leur colère… 

Enfin, dernier conseil : surtout ne donnez pas trop à manger à vos animaux… Eh oui, Noël c’est pour tout le monde, y compris les toutous, y compris les matous… Mais, comme nous l’explique LA DEPECHE DU MIDI, ils risquent, eux aussi, crises de foie et indigestions. Donc pas trop de gourmandises, pas trop de bûche ni de chocolats… Et vous verrez, tout se passera bien !

L'équipe
Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.