"Casse-toi pauvre con »… Non je vous rassure Thierry, cette phrase ne vous est pas adressée, mais elle barre pratiquement toute la Une de Libération ce matin. "Casse-toi pauvre con"… Résumons : samedi matin, au Salon de l'Agriculture, Nicolas Sarkozy prend un bain de foule. Il croise un visiteur particulièrement irrespectueux qui refuse de lui serrer la main avec un motif plutôt douteux. Il dit au Président qu'il a peur qu'il le salisse. La réplique de Nicolas Sarkozy est cinglante : "Casse-toi pauvre con". La scène est filmée et elle est mise en ligne sur le site du Parisien-Aujourd'hui en France ce week-end... Surtout, elle intervient dans un contexte de plus en plus difficile pour le Président de la République. "Une véritable série noire", explique le quotidien... Après le pataquès de Neuilly, la controverse sur la communication des conseillers a l'Elysée, la polémique autour de la décision de saisir la Cour de Cassation sur la loi Dati sur la rétention de sûreté, la chute dans les sondages : 19 points le séparent de François Fillon, cela ne va pas très fort du côté de l'Elysée. Ce matin, bon nombre d'éditorialistes semblent choqués par ces propos. Ainsi Chantal Didier évoque un malaise… "C'est moins la politique de réforme qui se voit contestée, explique l'éditorialiste de L’Est Républicain, que la façon dont Nicolas Sarkozy exerce la fonction présidentielle. Dans un pays marqué par ses rois et par la hauteur du général de Gaulle, le pouvoir se doit de garder distance et prestige". "Ce ne sont pas vraiment des propos de salon", poursuit Jacques Camus dans La République du Centre. "Dans son rôle, Nicolas Sarkozy ne doit-il pas faire preuve de contrôle et de sang-froid face aux provocateurs ?"... Dans Le Courrier Picard, Didier Louis pose la question : "Jusqu'où peut aller la rupture ? Jusqu'a l'invective ! C'est la représentation de la fonction présidentielle qui leur est offerte que les Francais rejettent"... Jacques Guyon, dans La Charente Libre : "Comment ainsi comprendre que celui qui veut introduire la morale et l'éducation civique à l'école se laisse aller à des propos qui vaudraient une exclusion pour n'importe quel petit écolier ?"... Ce Président trop souvent à cran, comme l'explique Libération, bien peu d'éditorialistes, ce matin, défendent son attitude... Un seul se place résolument du côté de Nicolas Sarkozy : c'est Etienne Mougeotte, dans Le Figaro... "Que messieurs les assassins commencent", titre Etienne Mougeotte dans son éditorial, en référence aux réactions provoquées par la demande du Président de la République faite au premier président de la Cour de Cassation de trouver un moyen d'appliquer la loi Dati aux criminels déjà condamnés... "Il y a, à ne pas douter, matière à controverse sur certaines initiatives pressantes du chef de l'Etat sur la Shoah, la laïcité ou les sectes, explique Etienne Mougeotte... Mais on reste confondu devant le procès en sorcellerie intenté à Nicolas Sarkozy... Le Président de la République, poursuit l'éditorialiste du Figaro, gardien de la Constitution mais également en charge de la protection de nos concitoyens, a tout simplement recherché les moyens de protéger les Français"... Etienne Mougeotte s'en prend notamment à Robert Badinter, qui dénonçait ce week-end dans Le Monde "une période sombre pour la justice"... "On a envie de lui répondre, explique-t-il, que c'est plutôt une période de dérèglementation de l'esprit public quand on cherche à opposer les grands principes du droit à la sécurité légitime des Français"... Le Figaro qui nous apprend ce matin que Vincent Lamanda, le premier président de la Cour de Cassation, aurait accepté sa mission dès vendredi... Et surtout que la loi Dati, partiellement censurée par le Conseil Constitutionnel, devrait être promulguée cette semaine... "Malgré les polémiques, nous explique Mathieu Delahousse, deux voies devraient être suivies cette semaine par l'Elysée et le ministère de la Justice... Pour le gouvernement, il s'agirait de missionner Vincent Lamanda comme haut magistrat, et non de saisir la Cour de Cassation comme une institution à part entière... La mission serait en quelque sorte personnelle, et non institutionnelle... La seconde voie pour imposer la rétention de sûreté serait beaucoup plus classique, explique notre confrère : la loi Dati, amputée des dispositions censurées, pourrait être publiée au Journal Officiel dès cette semaine, puis promulguée par Nicolas Sarkozy en y ajoutant, au plus vite, de nouvelles dispositions applicables aux délinquants sur le point de sortir de prison"... Les autres titres de la presse… Avec ce témoignage, dans Le Parisien-Aujourd'hui en France, d'une enseignante : Claudie Martens... Après le ministre de l'Education nationale, les syndicats d'enseignants, c'est la justice qui va se pencher ce matin sur le site de notation des profs not2be.com... Ce site a été assigné en référé devant le Tribunal de Grande Instance de Paris par différents syndicats, mais aussi par 6 enseignants, dont Claudie Martens : "J'ai le sentiment d'avoir été jetée en pâture, explique cette prof notée à son insu... Ce n'est pas tellement la note qui m'a choquée, mais le fait que mon identité se soit retrouvée sur la place publique... Il y a une atteinte à la personne, et ça fait mal"... Depuis qu'elle a saisi la justice, son nom a disparu de la Toile... Mais elle pose la question : "Comment les lycéens réagiraient-ils si l'on mettait en ligne leurs bulletins ?"... Les prix des produits alimentaires à la Une également… Beaucoup de vos journaux régionaux, mais aussi La Tribune évoquent également cette enquête publiée par 60 Millions de Consommateurs... une enquête qui révèle que les prix des produits laitiers et céréaliers se sont littéralement envolés entre le mois de novembre et le mois de janvier... des hausses entre 5 et 48%... Ainsi L'Indépendant évoque "la liste noire de 60 Millions de Consommateurs", et parle de "la valse des étiquettes des produits alimentaires... "Les prix s'envolent dans les rayons", note Le Courrier Picard... "Produits alimentaires : les prix flambent", titre Nice Matin... Qui est responsable ?... A qui la faute ?... Au bénéfice de qui se fait cette hausse ?... Tout le monde se renvoie la balle, semble-t-il : producteurs, industriels, distributeurs... Une certitude ce matin, on connaît la victime : c'est le consommateur... Et puis on terminera cette revue de presse avec un sourire... à la Une de France Soir et du Figaro... Le sourire bien sûr de Marion Cotillard... Les photos ne datent pas de cette nuit, où elle a remporté l'Oscar de la Meilleure Actrice à Hollywood pour son rôle dans "La Môme" d'Olivier Dahan, mais elles datent de vendredi soir, à l'occasion de la cérémonie des Césars... "Marion Cotillard à la conquête de l'Amérique", titre Le Figaro... un titre un peu daté, certes, puisque Marion, ce matin, a conquis l'Amérique... "J'ai toujours eu de grands rêves", explique la jeune actrice... "Mais ce n'est pas la statuette qui est importante... L'essentiel, c'est toute l'aventure que je vis actuellement aux Etats-Unis, et la façon dont ils ont accueilli le film"... Marion Cotillard nous explique ce matin que, pour interpréter Piaf, elle s'est beaucoup inspirée de Simone et Léontine, ses deux grands-mères, dont l'une va bientôt avoir 99 ans... "Deux êtres, nous dit-elle, avec qui j'ai passé plus de 30 ans de ma vie, et qui m'ont beaucoup inspirée pour le rôle"... Tout ce que l'on peut souhaiter désormais à Marion Cotillard, c'est de vivre une aussi longue vie, et surtout de nous faire rêver encore longtemps...

Stéphane LENEUF

Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.