Pour mieux comprendre le présent (c'est connu, c'est prouvé, démontré), il est toujours intéressant de regarder vers le passé... Et c'est ce qu'a fait cette semaine VSD, avec le témoignage d'une des victimes des émeutes de 1967 en Guadeloupe... On ne le sait pas toujours en métropole, mais il y a eu des émeutes en Guadeloupe en 1967... Elles ont fait plus de 80 morts et de nombreux blessés... dont Solange Yvon Coudrieu... Il avait 30 ans à l'époque... Il a perdu une jambe... Et c'est lui qui témoigne dans l'hebdomadaire... Il raconte comment il s'est fait tirer dessus, comme un lapin... On l'a visé à la jambe droite, comme on visait les esclaves qui tentaient de s'échapper... Car, de l'avis de tous ceux qui ont travaillé sur le sujet, ces émeutes de 1967 étaient bien des émeutes raciales... A l'origine, une révolte ouvrière : des ouvriers noirs qui réclament de meilleurs salaires... Face à eux, des patrons blancs qui refusent... Les ouvriers se mettent en grève... "Lorsque les nègres auront faim, ils reprendront le travail", commente alors un représentant du patronat guadeloupéen... Toujours dans VSD, l'historien Jean-Pierre Sainton rapporte que pendant trois jours, en ce mois de mai 67, il y a eu ensuite de nombreuses rafles et des ratonnades, durant lesquelles des centaines de manifestants ont été arrêtés... "Mais, poursuit-il, un grand voile pudique s'est abattu sur cette page dramatique de l'histoire nationale... En métropole, c'est l'omerta"... Voilà donc pour l'histoire passée... une histoire qui aide à comprendre ce qui se déroule aujourd'hui... Et ce qui se passe aujourd'hui, c'est que la grève se poursuit, en Guadeloupe et en Martinique : grève générale... Et les négociations qui n'avancent toujours pas... Et des violences la nuit dernière à Fort-de-France... actes de vandalisme : au moins trois véhicules ont été incendiés et plusieurs magasins pillés... Trois escadrons de gendarmes mobiles ont été appelés en renfort... "Les Antilles peinent à sortir de la longue crise sociale", titre très sobrement Le Monde... Et "les négociations piétinent", précise France-Soir... Tandis que Le Parisien-Aujourd'hui en France se propose d'expliquer "pourquoi la vie est plus chère en Guadeloupe"... "Certains parlent de conflit ethnique ou politique... Mais la crise guadeloupéenne a une cause initiale très classique : la vie chère, qui touche l'Outre-Mer bien plus que la métropole"... Le journal a mené son enquête, et comparé les prix de 15 produits de première nécessité en Guadeloupe et en métropole... Résultat : des écarts considérables... Tous les produits comparés sont très nettement plus chers en Guadeloupe... 155% plus cher, le paquet de biscuits Figolu ; 97% plus cher, le pack de bouteilles d'eau Volvic ; * 65% plus chère, la bouteille d'huile de tournesol... Alors pourquoi ?... "Eh bien d'abord, explique Sébastien Lernould, d'abord parce que la majorité des produits de base sont importés... Il y a donc le coût des transports, à quoi s'ajoutent les frais de débarquement et de sécurité des ports... mais aussi l'octroi de mer : une taxe héritée de l'époque coloniale, taxe spécifique aux départements d'Outre-Mer, et qui fait grimper les prix de plus de 7%"... Mais pourquoi les prix dans les supermarchés sont-ils également si élevés ?... Explication de mon confrère du Parisien : "Parce que la grande distribution souffre d'un manque de concurrence... En outre, un tiers du marché est détenu par les Békés, les descendants des colons"... Exemple avec le Groupe Bernard Hayot... et c'est à lire cette fois dans L'Humanité... "Sur la piste de la fortune békée"... Automobile, agroalimentaire, supermarchés : le groupe domine la grande distribution dans les départements d'outre-mer... Il a doublé son chiffre d'affaires ces six dernières années... Et pour L'Humanité, il s'agit là d'un exemple de l'injustice qui soulève aujourd'hui les îles... Des îles que certains ont d'ores et déjà choisi de quitter, ainsi que le raconte Anne-Laure Filhol dans La Croix... qui rapporte l'histoire de Caroline, partie vivre en Guadeloupe il y a un an pour suivre son mari... Lui y est installé pour des raisons professionnelles... Et ces derniers jours, Caroline a décidé de plier bagage avec ses trois enfants pour revenir vivre en métropole... un retour qu'elle explique par la montée des violences, la montée de l'insécurité, mais également celle du racisme envers les Blancs... "Le jour de mon départ, raconte-t-elle, je me suis fait traiter de 'sale Blanche' à l'aéroport"... En 1967, les Blancs disaient "sale Nègre"... Et cette semaine, dans Siné Hebdo, on apprend qu'il existe toujours une "rue Richepanse" à Sartrouville... "Débaptisons-la", demande l'hebdomadaire... Mais alors, qui était Richepanse ?... Eh bien il était officier... Et en 1901, c'est lui qui fut envoyé par Bonaparte en Guadeloupe pour y rétablir l'esclavage... Et puis il y a autre chose, dans Siné Hebdo, cette semaine : un dossier réalisé en partenariat avec le site Bakchich, qui met en cause certains proches de Bertrand Delanoë dans une affaire immobilière... Dossier signé Eric Lafitte et Nicolas Beau... "Petits arrangements entre amis à la Mairie de Paris" : ça, c'est le titre de Bakchich... "A Paris, l'immobilier se pose un Pelat" : ça, c'est le titre de Siné Hebdo... Pelat : P-E-L-A-T... comme Olivier Pelat, fils de Roger-Patrice, qui fut un grand ami de François Mitterrand... Olivier Pelat est à la tête d'une société d'équipement immobilier... Et d'après cette enquête, il aurait bénéficié d'informations privilégiées sur les chantiers immobiliers de la capitale, à travers des notes internes de la Mairie de Paris qui lui ont permis d'avoir une longueur d'avance sur ses principaux concurrents... Le directeur de cabinet de Roger Madec est mis en cause... Roger Madec, maire PS du XIXème arrondissement de Paris, adjoint de Bertrand Delanoë... Autre affaire, à lire cette fois dans Le Parisien-Aujourd'hui en France... Ca n'a plus rien de politique... Il s'agit d'un fait-divers : une affaire de détournement de fonds... Mais les sommes détournées sont telles qu'elle mérite l'attention... Cela s'est passé dans la société Cryospace-Air Liquide, société qui construit des réservoirs pour la fusée Ariane... L'assistante qui s'occupait des achats a détourné, quatre ans durant, pas moins de 13 millions d'euros... 13 millions d'euros !... Avec son concubin, elle a été mise en examen et écrouée au mois de septembre... Ils ont reconnu les faits... Lui, a monté des sociétés factices pour profiter des fonds détournés... Et tous les deux menaient grand train : une Ferrari pour lui, une Jaguar pour elle, des voyages à l'île Maurice, aux Seychelles, en République Dominicaine... tout cela grâce à un système bien rodé de fausses factures... Autre affaire de fausses factures, et là ça redevient politique... C'est à lire dans Le Canard Enchaîné... "Sarko préside à l'enterrement des fausses factures de son fief"... Une affaire dans laquelle apparaît le nom d'une très proche amie du Président de la République : Isabelle Balkany, en charge des collèges des Hauts-de-Seine... "Mais sur la pression du chef de l'Etat, et avec la bénédiction du procureur Courroye, l'enquête devrait finalement finir à la poubelle", affirme Le Canard... Le Canard Enchaîné qui fait toutefois sa Une sur une autre affaire... l'affaire dont tout le monde parle depuis quelques jours : l'affaire Pérol... Ce qui donne ce titre, à la Une : "Affaire Pérol : Sarko n'est généreux qu'avec ses amis... Rien dans les mains, tout dans les proches !"... Le Canard Enchaîné qui évoque l'histoire d'un "coup de force de l'Elysée" dans le mariage bancaire entre les Caisses d'Epargne et la Banque Populaire... "Coup de force", dit Le Canard... "Coup de bluff", dit de son côté Libération... "Le coup de bluff de Sarkozy sur Pérol"... Hier, le chef de l'Etat a laissé entendre que la Commission de déontologie avait validé la nomination de François Pérol à la direction du futur groupe... "Mais ce n'est pas vrai, explique Grégoire Biseau... La Commission de déontologie n'a pas encore été saisie du cas Pérol"... "Sarkozy ment, Pérol passe", titre du coup Libération... Même accusation, sous la plume de Laurent Mauduit, sur le site MédiaPart... Lui également affirme que le Président a menti... Et il dénonce "une affaire gravissime", témoignant (je cite) "d'une République à la Poutine"... Et ce matin, Claude Guéant a annoncé que c'est Xavier Musca qui remplacerait Pérol au poste de secrétaire général adjoint de l'Elysée... Pour le reste, la plupart de vos journaux régionaux s'interrogent sur les conclusions du Comité Balladur... lequel préconise notamment de réduire à 15 le nombre de régions françaises... "L'Alsace mariée à la Lorraine ?", se demande L'Est Républicain... "Vers la fin des Pays de la Loire ?", se demande Le Courrier de l'Ouest... Tandis que Le Courrier Picard s'inquiète, parce que la Picardie est dans le collimateur... Tous vos journaux reviennent par ailleurs sur la visite hier de Jacques Chirac au Salon de l'Agriculture... Photo de l'ancien Président dans Libération, dans Le Figaro, dans Le Parisien... qui, tous, parlent d'un accueil extrêmement chaleureux... On lui a lancé des "bravo"... Certains lui ont demandé de revenir... "Chirac en 2012 !", lui a lancé un visiteur... "Pourquoi seulement en 2012 ?", a souri l'intéressé, qui a passé trois heures dans les allées du Salon, deux fois plus que son successeur Nicolas Sarkozy qui, tout le monde l'a noté, ne s'est pas arrêté aux stands de la Martinique et de la Guadeloupe.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.