Les poursuites contre l'Etat français se multiplient ces derniers mois selon Marie Boëton de La CroixDernière en date. Le Conseil représentatif des associations noires qui assigne aujourd'hui, l'Etat pour crime contre l'humanité pour avoir eu recours au travail forcé pour 10.000 Congolais dans les années 1920, lors de la construction du chemin de fer Congo-Océan. Le mois dernier, c'était un couple de pieds-noirs qui demandait à l'Etat réparation pour avoir dû quitter l'Algérie au lendemain des accords d'Evian. Cette succession de plainte poursuit la journaliste de La Croix pose de nombreuses questions.Est-ce aux juges de réécrire l'Histoire ? Et doit-on condamner financièrement l'Etat et donc la collectivité, pour des décisions auxquelles les citoyens n'ont pas pris part ? Réponse d'un juge anonyme : "Les décisions de justice sont binaires. D'un côté les victimes, de l'autre les coupables. L'Histoire est beaucoup plus complexe et ne se prête pas à ce type de jugement.Personne ne conteste la douleur liés au déracinement des pieds noirs. Si on se risque à la considérer comme des victimes, comment réagiront les Algériens ayant vécu sous leur joug pendant des décennies ?" Aujourd'hui, les magistrats craignent une avalanche de plaintes qui risquent d'entretenir la conflictualité.

Une Monde
Une Monde © Radio France
**En Ukraine, l'Histoire elle, est toujours en marche.** On attend aujourd'hui, la nomination d'un nouveau premier ministre de transition. L'Ukraine a aussi besoin d'argent. Il pourrait être pris aux oligarques qui l'ont placé à l'étranger, selon Le Franckfürter Allgemeine Zeitung. Ils en ont amassé beaucoup. Le fils de Ianoukovitch par exemple, disposerait de plusieurs centaines de millions de dollars.Mais tous les oligarques ne sont pas à mettre dans le même panier. Certains ont par exemple, soutenu Maïdan, matériellement. Mais avec discrétion. [Le Monde a rencontré le milliardaire Viktor Pintchouk.](http://www.lemonde.fr/europe/article/2014/02/24/quand-l-oligarque-viktor-pintchouk-salue-les-heros-de-maidan_4372220_3214.html?xtmc=viktor_pintchouk&xtcr=1) Il salue aujourd'hui, les héros de Maïdan. Très apprécié des Européens, il a travaillé dur pour polir sa réputation en Occident. Mais il met aussi en garde le futur gouvernement ukrainien. Il y a présent deux pouvoirs : le Parlement et Maïdan.Les gens ont dépassé les politiciens.Et tous deux seront particulièrement attentif aussi au cas Ianoukovitch.Une chasse à l'homme est lancé relève Le Washington PostHave you seen this man ?[L'avis de recherche, photo à l'appui, est à découvrir sur le site du Guardian](http://www.theguardian.com/uk)The International New York Times a lu la page Facebook d'un officiel ukrainien personnellement impliqué dans la traque. Il faut faire vite. Plus vite que pour Saddam Hussein en Irak, pour surtout ne pas reproduire aussi ce qu'li s'est passé en Libye avec le Colonel Kadhafi qui fut tué lors de sa traque.
Une var
Une var © Radio France
**A la Une de la presse également ce matin, les 20 ans de l'assassinat de Yann Piat.** C'était le 25 février 1994, sur une route de la ville de Hyères. L'élue était abattu de 6 balles. Var Matin y consacre ce matin, 3 pages. Des zones d'ombres demeurent sur cet assassinat. D'après Jo Arnaud son chauffeur, les jours précédents sa mort, elle était terrorisée. Le procès n'a pas vraiment permis d'établir les mobiles. On a parlé de vengeance.Et que sont devenus les accusés ? Gérard Finale, le commanditaire est mort en 2010. Idem pour Lucien Ferry le tireur, l'an dernier, d'une méningite foudroyante. Le pilote de la moto lui, est toujours en prison, mais pour une autre affaire. Pour Jean-Marie Le Pen, le président d'honneur du FN et proche de Yann Piat, sa mort ressemble aujourd'hui, à un secret d'Etat. **Adoption bloquée et médecins qui défient la loi sur la procréation médicalement assistée.** L'information est parue dans LE MONDE hier. Et on en parlait tout à l'heure dans le journal de 7 heures.L'histoire de ces couples de femmes lesbiennes qui ont reçu des avis négatif pour l'adoption de leurs enfants nés de PMA à l'étranger. Motif invoqué par les procureurs ?La filiation maternelle a été frauduleusement établie. Mais il existe des couples de femmes qui ont bénéficié de la PMA en France. Enquête du magazine TêtuAinsi l'histoire de Christine et Séréna. C'est le gynécologue qui leur a proposé. Pas de compensations financières réclamées, juste le prix des consultations et des échographies. L'insémination elle, n'a pas été mentionnée dans le dossier médical. Le médecin leur a tout de même expliqué qu'il ne pouvait pas proposer de donneur.Le Cecos, la banque de spermes, n'autorise pas le don aux couples de femmes. Ce sont donc elles qui ont amené le donneur. Leur expérience ne serait pas exceptionnelle selon les associations homosexuelles. Le docteur Bernaille, gynécologue-obstétricien à l'hôpital de Champigny affirme ne pas le pratiquer dans son établissement.Mais il dit lui aussi à Audrey Bastide Banegas de Têtu, ne pas être surpris par ce témoignage. Officiellement, les médecins qui pratiquent eux-mêmes l'insémination risquent jusqu'à 5 ans de prison et 75.000 euros d'amende. Mais selon le docteur Bernaille, le risque est moins important qu'il n'y paraît.Au pire... il aura un blâme dit-il. En juillet dernier, l'Académie nationale de médecine a envoyé à tous les gynécologues français un questionnaire confidentiel d'état des lieux. Les résultat pourraient servir au Comité consultatif national d'éthique, saisi de cette question par le gouvernement. **Quoi d'autre dans la presse ce matin?** A lire dans Le Parisien - Aujourd'hui en France, l'alerte aux pesticides aux Antilles. Selon un rapport médical, les produits répandus sur les bananeraies seraient dangereux pour la population. Un cancérologue avait déjà alerté les pouvoirs publics en 2007. D'après une pédiatre antillaise, le nombre de cancer de la prostate a doublé là bas en 30 ans.Explosion aussi de l'obésité chez les enfants et de la prématurité sexuelle qui oblige à un traitement par hormones. Ces accusations sont fausses affirment les producteurs de bananes qui mettent en avant une filière qui emploie directement 10.000 personnes. **Enfin la mort hier, d'Harold Ramis.** L'information a été donnée par Le Chicago Tribune. Ramis, c'était l'un des acteurs de SOS Fantôme. l'intello à lunettes. Mais c'était surtout le réalisateur d'un jour sans fin rappelle [Le Huffington Post.](http://www.huffingtonpost.fr/2014/02/24/harold-ramis-mort-sos-fantomes-un-jour-sans-fin_n_4847953.html?utm_hp_ref=mostpopular)L'expérience prouve d'ailleurs écrit [Bruno Icher dans Libération](http://next.liberation.fr/cinema/2014/02/24/harold-ramis-rejoint-ses-fantomes_982708), qu'il est difficile de trouver une individu raisonnablement cinéphile de moins de 35 ans, qui, en entendant le nom de Ramis ne se met pas aussitôt à déclamer ceci.Ramis a fait des films. Mais aucun n'a égalé selon [Jean-Marie Pottier sur Slate,](http://www.slate.fr/culture/83875/mort-harold-ramis-un-jour-sans-fin) aucun n'a égalé le degré de culte d'Un jour sans fin. C'était une comédie brillante et métaphysique où l'on voyait Bill Murray, météorologue grognon d'une chaîne de télévision locale revivre en boucle la même journée celle d'un reportage sur le «jour de la marmotte» en Pennsylvanie. Le film compte parmi ses fans la Nasa et Barack Obama. Et moi. Un jour sans fin, version revue de presse... imaginez juste Patrick.
L'équipe
Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.