Sur les sites AOC et So Foot, deux journalistes osent poser le débat du boycott de la coupe du monde de football du Qatar, où plus de 6000 ouvriers étrangers sont morts en dix ans selon le Guardian. L'Obs compte la patiente montée de Vincent Bolloré dans les media, l'Express décrit l'emprise sociétale d'Amazon.

On parle d'influence...

L'influence de la Chine d'abord, qui veut conquérir les esprits comme l'économie, et qui place ses pions dans les universités françaises, et il faut lire dans  le Point, une stratégie de séduction d'entrisme d'intimidation et de corruption... Vous découvrirez l'enjeu des instituts  Confucius, des centres théoriquement voués à la langue et à la culture, vous apprendrez que le digne Institut des langues orientales a su dire non aux diplomates chinois qui voulaient l'empêcher d'inviter le  le Dalaï-lama, mais Sciences po, en revanche désinvita un jour  le chef spirituel du Thibet.

Mais vous découvrirez surtout dans le Point un grand universitaire il s'appelle Chrtistian Mestre, il fut président d'une université à Strasbourg et doyen de sa faculté de droit, il  est devenu un invité flatté et utilisé de la Chine et de ses médias d'Etat... L'an dernier, 2020, il félicitait l'Etat chinois pour sa politique contre la Covid 19 mais appelait à un procès contre les dirigeants occidentaux qui avaient enfreint les droits de l'homme pendant le coronavirus... L'année précédente, septembre 2019, le même Christian Mestre était allé au Xinjiang, où la Chine persécute les Ouighours, on lui avait fait visiter un de ces camps que l'on appelle là-bas "centres d'éducation professionnelle", et après la visite, dans un séminaire contre le terrorisme, il avait défendu la politique chinoise, dont il espérait que la France et l'Europe pourraient s'inspirer, pour "mieux contrôler la partie de la population intéressée par les appels au djihad."...

Confrontés par le Point à ses propos, Christian Mestre dément et contourne, mais le journal décrit le glissement d'un homme qui eut du pouvoir dans l'Université et qui compte en Alsace: le professeur Mestre a été nommé en décembre «déontologue de l’Eurométropole de Strasbourg », la Chine ne flatte pas au hasard...

Ce n'est pas la seule influence que des journaux désignent. Dans une livraison de combat la revue des deux Mondes veut s'opposer à l'emprise de la Turquie, dans l'islam de France, comme dans le Caucase. L'historien Jean-François Colosimo voit dans l'islamiste Erdogan le continuateur du laïque Ataturk, dans un pays où la religion et le nationalisme s'épaulent. L'Opinion nous dit  qu'Emmanuel macron rencontrera le président turc la semaine prochaine en visio conférence,.

Sur le site de débats AOC et sur celui de So foot, deux journalistes, Nicolas Guillon et Nicolas Kssis-Martov, appellent à résister au si riche Qatar et posent sur la table le boycott de la coupe du monde de football  2024. Le texte de Guillon, en ligne depuis deux jours, est né du refus d'un membre de la famille royale du Qatar de serrer la main à deux femmes arbitres... Celui de Kssis-Martov a été écrit hier après que le journal anglais the Guardian ait exposé une hécatombe. Plus de 6500 travailleurs étrangers sont morts au Qatar depuis 2010, date de l'attribution de la coupe du monde au pays, de chaleur d'accidents de maladie de suicide de mystère... On les touche  et on les voit dans le journal anglais, les chiffres sont confus et incomplets, mais Kssis-Martov, dans So Foot, fustige la gêne et le silence au nom de nos principes. "Dans le cadre de la loi sur le séparatisme il sera demandé au moindre club de quartier de signer une charte de respect des valeurs républicaines. Ne serait-il pas tout aussi logique que l’État exige que les Bleus conditionnent leur participation à une telle compétition à un minimum de critères éthiques ou moraux ? Antoine Griezmann a renoncé fort justement à un sponsor pour dénoncer le sort des Ouïghours. Les footballeurs se sont exprimés au sujet des violences policières. Kylian MBappé aura-t-il le courage de refuser de dribbler au milieu des ossements ?"

Je lis dans le Monde que la question du boycott se pose aussi face aux Jeux olympiques d'hiver à venir en chine, mais elle se pose timidement, la Chine "sanctionnera sévèrement" tout pays qui boycotterait ses jeux dit un journaliste nationaliste. Une plainte aété déposée en France contre Nike, dont les sous-traitants utiliseraient des travailleurs esclaves ouighours.  

On parle aussi d'une ambition française...

Celle d'un homme patient qui touche au but et fait la couverture de l'Obs, Vincent Bolloré qui serait sur le point de prendre Europe un et de créer ainsi "un grand groupe de media ultra-conservateur", et au-delà même des polémiques quotidiennes dont nous nous faisons l'écho ou que nous nous épargnons, on est fasciné par la constance d'un patron venu d'une riche famille, qui rit de la peur qu'il inspire, "je suis le diable qui sort de sa boite"...  il était entré dans canal plus par un trou de souris: 1,7% de sa maison mère Vivendi, à laquelle il avait vendu une chaine qui était son jouet, Direct 8, et puis tout est venu...  En 2002, devant le conseil supérieur de l'audiovisuel, il expliquait comment il transformerait son groupe pour en faire un empire audiovisuel... "Vous savez combien de temps il faut pour faire pousser un caoutchoutier? Les Bolloré ont fait fortune face aux arbres. La patience est une vertu familiale. Nous attendrons que ça pousse."

Ca a donc poussé.

Pendant ce temps, dans l'Express, c'est la journée des empires et des emprises, on nous raconte comment Amazon a p^ris les français, accrois à une entreprise dont on dit du mal mais qui ressuscite les bonimenteurs d'antan du "tout à dix francs" sur nos marchés. L'Express nous ébranle et nous amuse aussi des scrupules vaincus de l'écrivain engagé Alain Damasio,  contempteur d'Amazon car "quand on clique, on collabore à la pollution terrestre et à la destruction des emplois et à la promotion d'une vie individuelle et triste"... Oui mais ses livres s'y vendent, c'est la réalité...  Il dit qu'il triche un peu avec son éditeur Gallimard pour qu'Amazon ne vende pas trop de ses  best-sellers...

Et on parle enfin de pirates...

De gentils pirates... Qui peut-être nous aideront çà résister au temps. Ils sont dans les Echos aussi  et dans Ouest-France et le Télégramme, qui comme la République du Centre sont traumatisés par le vol de centaines milliers de fichiers médicaux qui se promènent sur le web... Ces doux pirates sont des hackers éthiques, qui aident les entreprises à tester leur défenses.
Dans Paris Match je vois des villageois joyeux  de Normandie a Saint-Senier de Beuvron, prairie verte parsemée de neige pendant le reportage, qui veulent empêcher l'arrivée  de la station terrestre de Monsieur Elon Musk, qui doit propager l'internet tombé de ses satellites. Si au moins Musk, disent ils, leur avait offert des Tesla. Ils plaisantent, évidemment.

Contact
Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.