"Halte au massacre et à l'indifférence"... L'interpellation est signée des Dernières Nouvelles d'Alsace... On parle du Darfour... conférence internationale à Paris oblige... "C'est où le Darfour ?", se demande Le Progrès... "C'est loin... tellement loin qu'il faut des mois pour que la nouvelle d'une tuerie au Darfour nous parvienne, nous émeuve, enfin nous mobilise... 200.000 morts en 4 ans, sans que le monde réagisse", dénonce le journal... Le Darfour... si cela vous a échappé au cours des 4 dernières années... c'est un endroit coincé sur la carte de l'Afrique de l'Ouest, entre le Soudan et le Tchad... Voilà pour la géographie... Pour la géopolitique, c'est autre chose... Jusqu'à il y a peu dans le giron de la France-Afrique, c'est une région où les Occidentaux perdent aujourd'hui du terrain, du pouvoir... Et ils le perdent au profit de la Chine... Du coup... c'est bien là la grande satisfaction de cette conférence mondiale sur le Darfour... les Chinois en seront... Dans Libération, Thomas Hoffnung rappelle que "Pékin achète les deux-tiers du pétrole soudanais, et fournit des armes à Khartoum... Bref, c'est un allié primordial du régime d'Omar el-Béchir... Et à ce titre donc, un acteur majeur dans la recherche de tout règlement de la crise"... Les Chinois qui sont, selon les observateurs, à l'origine du retournement de Khartoum... Les autorités soudanaises viennent d'accepter le déploiement d'une force militaire internationale... Et Marie-Louise Roubaud, dans La Dépêche du Midi, explique que c'est peut-être "la preuve de ce qu'affirment les Américains... à savoir que les Chinois mènent leur diplomatie de façon très différente... qu'ils ne parlent pas en public de ce qu'ils font... Mais que s'ils sont très discrets, ils peuvent être aussi très efficaces"... Alors si vous ne vous êtes pas intéressés au Darfour jusqu'ici... dans L'Humanité, "retour sur les origines d'une crise"... et la conclusion de Camille Bauer... une conclusion partagée peu ou prou par tous les observateurs... "Peu de résultats concrets devraient sortir de la réunion d'aujourd'hui... d'autant plus que l'Union africaine n'a pas apprécié de ne pas avoir été prévenue, et boycotte donc l'événement"... Sinon... Sinon ce titre du Herald Tribune : "Rice et son homologue français en sommet sur le Darfour"... Bernard Kouchner ne s'est pas encore fait repérer par les confrères de la presse anglo-saxonne... Elle, c'est ce week-end que l'on s'est penché à son chevet... L'Europe... Alors des nouvelles ce matin, dans vos journaux... Eh bien, après avoir été au bord de la crise de nerfs, elle a l'air d'aller beaucoup mieux, l'Europe... Le Figaro, du moins, ne cache pas sa satisfaction... "L'Europe redémarre avec le mini-traité"... Même ton optimiste pour La Croix... "L'Europe dit oui à l'avenir"... C'est "le traité qui sauve l'Europe", pour Libération... Oui, mais à quel prix ?, se demande L'Humanité... qui juge : "Mini-traité, maxi-embrouilles"... Bon, vous l'avez compris... Ce matin, c'est le temps des analyses et décryptages... Premier du genre... celui du secrétaire d'Etat aux Affaires européennes... Jean-Pierre Jouyet confie au Figaro... "La France est de retour au coeur du dispositif européen... Le couple franco-allemand est de retour... mais pas comme un couple qui s'impose aux autres partenaires européens... C'est un couple qui agit en concertation avec eux"... Dans son éditorial, Pierre Rousselin confirme... "L'Europe peut désormais sortir de son nombrilisme, et voir plus loin que ses querelles internes à propos de ses institutions... Dans des domaines aussi divers que l'immigration, l'énergie, la conduite de l'économie ou le traitement des dossiers internationaux, il est temps que l'Europe soit de retour pour gagner la confiance de ses citoyens"... Sauf que... "il est loin d'être acquis que la France et l'Allemagne aient avant longtemps les moyens de fixer à cette Europe un cap et une ambition à la hauteur des enjeux planétaires", regrette Dominique Garraud dans La Charente Libre... Oui, c'est vrai, concède Marc Semo, dans Libération... "C'est un traité Frankenstein... recousu à la va-vite, bricolé avec de larges bouts du défunt traité constitutionnel... S'il était indispensable, cet accord est loin d'être insuffisant"... Pour l'éditorialiste, "l'Europe redémarre... Mais c'est toujours plus clairement une Europe à deux vitesses... avec, d'un côté, des pays comme la Grande-Bretagne, qui veulent la réduire à un grand marché... et de l'autre, ceux qui tâtonnent encore sur la route à suivre"... C'est la même analyse qui fait regretter à Romano Prodi, dans La Repubblica, "la perte de l'esprit européen, de l'esprit communautaire"... Des déçus donc... Des mécontents aussi... Dans L'Humanité, interrogations sur le signe : "Mais où est donc passé le non des Français lors du référendum de 2005 sur la Constitution européenne ?"... Pour Pierre Laurent, pas de doute... "Le vote a été trahi"... "La signature de Nicolas Sarkozy au bas du traité conclu ce week-end contredit la parole souveraine du peuple français... Mais, souligne l'éditorialiste, la ratification n'interviendra pas avant plusieurs mois... Ca laisse du temps aux Français pour avoir le dernier mot"... Et sinon en France... Eh bien, dans l'Hexagone, c'est le PS qui retient l'attention... Ségolène Royal en Jeanne d'Arc, à la Une de Libération... un dessin de Willem... Ségolène sur le bûcher... "Le divorce est consommé", explique le journal... "Les opposants à Ségolène Royal ont profité de son absence au Conseil national pour instruire son procès et confirmer le bail de François Hollande jusqu'à fin 2008"... Alors d'accord... "Le pire n'est jamais sûr... Mais avec les socialistes, il devient chaque jour un peu plus probable", analyse Renaud Dély dans son éditorial... "L'opposition est réduite à l'état de cendres... Le peuple de gauche déprime... Et le PS sombre dans le tout-à-l'égo"... Et sous la plume de Dély, tout le monde en prend pour son grade... "L'individualisme forcené d'une femme qui se croit habitée d'une mission peut inquiéter... La violence de ceux qui se coalisent pour lui faire barrage n'a rien de rassurant... Alors oui, pour renverser les chapelles désuètes, Royal joue la base contre le sommet... les militants, contre les éléphants... En rechignant à changer de vitrine, le PS lui rend aussi une fière chandelle"... Alors reste à savoir si les militants n'auront pas le tournis... Parce que le risque est là, pour Alexandre Morel dans La Montagne... entre les éléphants, les jeunes lions et la gazelle... Ségolène Royal, objet de beaucoup de critiques ce matin... Celles d'Olivier Picard par exemple, dans Les Dernières Nouvelles d'Alsace... Pour lui, "l'opération survie du Parti Socialiste prend des allures de mauvais téléfilm... L'héroïne s'échappe de son rôle de candidate à la Présidentielle... Elle se croit désormais investie d'une espèce de mission illuminée... La championne de la nouvelle gauche pour 2012, ce ne peut être qu'elle"... Devant autant de déchirements... devant aussi peu de volonté pour refonder le Parti Socialiste... que diriez-vous d'être plus radical ?... Jean-François Kahn n'hésite pas, dans Marianne... Il explique "pourquoi il faut dissoudre le PS"... Le commentateur constate que, sous sa forme actuelle, le Parti Socialiste est incapable de faire face à la droite et au nouveau capitalisme... Il est donc urgent de tout renouveler : les hommes, les structures, les idées, les projets et les alliances... Parce que "si on fait le ménage, on le fait totalement... On ne se contente pas de désigner des boucs-émissaires... Au PS aujourd'hui, personne n'a rien compris, personne n'a rien appris... Il n'y a donc rien à attendre"... Et pour Jean-François Kahn, "ce n'est pas seulement la gauche qui a besoin de cette renaissance... c'est la République"... Allez, pour finir... en ce lundi matin, une petite question... "Au bureau, tutoyez-vous votre patron ?"... C'est dans le cahier Réussir du Figaro... Et la réponse, eh bien c'est non, à 57%... En fait, c'est dans les grands groupes que l'on se donne du "tu"... pour cause de bilinguisme... le "vous" n'existant pas en anglais... Mais le "tu" n'est pas évident pour tout le monde... Chez Thalès, il a fallu une note de la direction, en 2001, pour préciser que les employés n'étaient plus obligés de porter le costume et la cravate... et que le tutoiement était permis entre tous les collaborateurs... "Le "tu", explique Anne Jouan, c'est un mode de relation qui remet en cause les rapports hiérarchiques, pour un management plus direct"... Parce que, rapporte-t-elle, "la hiérachie, c'est comme les étagères... Plus il y en a, moins on s'en sert"...

Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.