Alors donc, nous sommes vendredi... Une fin de semaine pour un premier bilan... Celui du nouveau style de gouvernement... du nouveau style du Président... Le Figaro l'annonce d'ailleurs en Une... "Le style Sarkozy séduit les Français"... "Selon l'enquête OpinionWay pour Le Figaro et LCI, l'opinion apprécie la façon d'être du nouveau Président"... Et pas qu'un peu... Jugez le score... "91% des sondés jugent le style du Président "dynamique"... 85%, "moderne"... 75%, "décontracté"... 70% des personnes interrogées estiment que le style du chef de l'Etat... "correspond bien à leurs attentes"... et 67% pensent qu'il a raison de vouloir "mener toutes les réformes en même temps"... C'est ce que l'on appelle "l'état de grâce", explique Charles Jaigu, dans Le Figaro donc... "Etat de grâce : période d'euphorie, où tout semble favorable", dit le dictionnaire... Nicolas Sarkozy avait l'habitude de lutter contre le monde entier pour imposer ses idées... Plus besoin de démonstrations de force... Son style plaît", résume le journaliste du Figaro... Alors le style Sarkozy, c'est "un Président "Amour, Gloire et Beauté", selon Le Point... qui constate : "C'est voyant... Ca ressemble à un clip... Donc c'est populaire"... Et quelques photos comparatives... La première : Cécilia Sarkozy et les 5 enfants du couple présidentiel, le 16 mai à l'Elysée, lors de la passation de pouvoirs... "Un glamour inédit", selon le magazine, à qui cela rappelle "la modernité de Jackie Kennedy"... Autre photo : Sarkozy le jogger, en short et en sueur, avalant les marches du perron de l'Elysée... Là, "c'est du Clinton", pour Le Point... Le soir de la victoire, le 6 mai... Le futur Président danse le sirtaki pour sa femme et ses amis, au Fouquet's... En face, une image de Tony Blair jouant de la guitare électrique... "Comme lui, c'est un quinqua triomphant dans son siècle", explique l'hebdomadaire... Et puis dernier exemple de ce nouveau style... Le bras de Sarkozy passé autour des épaules d'Angela Merkel... Chirac, lui, se contentait d'un baise-main très formel... Alors là, eh bien, "Sarkozy, c'est du Bush... Instinctif, tactile, charnel"... Sarkozy Président... "Fillon chef d'équipe"... Là, c'est la Une de Challenges... Et la photo, c'est un Fillon jogger en sueur... Le Premier ministre, lui aussi, s'affiche donc en sportif... Challenges raconte, photo à l'appui, que quand il n'est pas en short, il est en combinaison de pilote... Courir, bouger... Cela inspire Daniel Schneidermann, dans Libération... C'est dans les pages Rebonds... "Chaque soir, écrit-il, le journal télévisé joggue consciencieusement... Les éditorialistes transpirent... Les opposants décrochent avant l'arrivée, en hypoglicémie... La foulée présidentielle laisse tout le monde sur place... Mais pourquoi le JT joggue-t-il quotidiennement dans la foulée présidentielle ?... Pas seulement parce qu'il est convoqué par le pouvoir... Ce ne sont, explique Schneidermann, ni Lagardère, ni Bouygues qui convoquent les journalistes aux joggings présidentiels... Si le JT joggue, c'est parce qu'il est avide d'images... et que le miracle est là : le joggueur bouge... Il lui faut aussi, au JT, des images neuves... Et alleluia : le jogguer innove... Pour autant, attention, commente le chroniqueur de Libération... Ces scènes de jogging sont moins innocentes qu'elles le prétendent... Elles ringardisent tout le reste... qui, du coup, passe inaperçu"... En attendant que le désamour arrive... car il arrivera, assure et se rassure Schneidermann... cette bonne nouvelle... "Nicolas Sarkozy est physiquement apte à exercer les fonctions de Président de la République"... Michel Richard, dans Le Midi Libre, résume donc, soulagé... "Le Président pourra poursuivre ses joggings réguliers, ses sauts de puce présidentiels et ses marathons politiques sans craindre pour ses artères... Soit, concède l'éditorialiste... Courir et sauter ne fait pas tout... Mais qui peut nier que l'intérêt et la curiosité sont fouettés par un style si nouveau"... Le style nouveau donc... C'est aussi cette petite phrase de campagne... "Je dis ce que je ferai... Je ferai ce que je dis"... Pas sûr que ce soit une bonne idée... Dans Le Nouvel Economiste, cette semaine... passage en revue de trois mesures-phare du programme économique du gouvernement... L'exonération de charges sociales et d'impôt sur les heures supplémentaires... D'accord, analyse Pierre Cahuc, professeur d'économie à l'université de Paris-I... "Le diagnostic est juste... La durée du travail est faible en France... Mais le remède annoncé est problématique... Les entreprises pourraient être tentées de déclarer des heures supplémentaires fictives pour profiter de l'aubaine fiscale"... Pour l'universitaire, "mieux vaudrait simplifier la législation sur le temps de travail, devenue totalement illisible"... Et la déduction des impôts sur le revenu des intérêts des emprunts immobiliers, censée favoriser l'accession à la propriété des Français... "Ca aurait pu être une bonne idée, si les prix de l'immobilier avaient tendance à s'effondrer... Mais ce n'est pas le cas aujourd'hui... Et on risque de relancer l'inflation immobilière", avertit Etienne Wasmer, professeur à Sciences-Po... qui s'interroge en plus sur la pertinence de construire une France de propriétaires, alors que l'on voudrait des salariés plus mobiles... Quand à Pierre-Cyrille Hautcoeur, autre professeur d'économie parisien, il conseille fermement de ne pas supprimer les droits de succession... "D'ores et déjà, 80% des successions en ligne directe ne sont pas assujetties à l'impôt... Et quand on sait que les héritiers ont en moyenne autour de 50 ans, c'est bien avant qu'il faut encourager la transmission du capital... Il faudrait donc mieux encourager les donations en franchise d'impôts"... La mise en garde du Nouvel Economiste est donc claire... Politique économique : "attention aux effets secondaires"... "Face à un Président de la République un peu chien fou, qui confond vitesse et précipitation, le mieux, pour la France, serait une cohabitation"... La phrase est signée du socialiste Jean-Christophe Cambadelis... Elle est reprise par Paris-Normandie ce matin... Mais bon... en lisant la presse ce matin, ce qu'on peut dire aux socialistes, c'est : "Faut pas rêver"... Il n'y a que chez La Fontaine que la tortue bat le lièvre... Parce que les analyses des commentateurs, ce matin, ne sont pas tendres avec le PS... Pour Bruno Théveny, dans Le Journal de la Haute-Marne, ce sont "les législatives en rase campagne"... "Pour le PS, il s'agira de limiter les dégâts, pour que l'opposition, à l'Assemblée, soit significative... C'est une maigre consolation, constate l'éditorialiste, pour les adeptes, il y a peu, du "gagnant-gagnant", contraints de se contenter du paradis perdu"... C'est "le naufrage du PS", pour Philippe Waucampt dans Le Républicain Lorrain... Et l'éditorialiste prévoit que "le 18 juin au matin, la rénovation de la gauche aura des allures de Saint-Barthélémy"... Dans La Croix, Peter Gumbel, grand reporter à Time Magazine, dresse le portrait de la gauche qui gagne... "D'Helsinki à Madrid, en passant par Londres et Berlin, la gauche moderne est une gauche qui s'est transformée, afin d'ouvrir la porte à l'avenir... La gauche qui gagne, c'est la gauche qui accepte le marché... qui accepte que des richesses inégalement partagées sont préférables à l'appauvrissement de tous... La gauche qui gagne... c'est encore celle qui dépense bien sans dépenser trop... celle qui ose licencier les mauvais enseignants, les policiers corrompus ou les fonctionnaires inutiles... celle qui fera confiance aux Français pour comprendre que le gouvernement n'est pas le Père Noël"... On espère pour eux que rue de Solferino, ils sont abonnés à La Croix... Et puis ce matin... il y a aussi, dans vos journaux, le retour de François Bayrou... "Il prône le rassemblement", explique Le Parisien-Aujourd'hui en France... "Il repart à la bataille", pour Le Figaro... mais on est loin de l'enthousiasme... "C'est sans trop d'illusions, note le journal, que le MoDem va tenter de limiter la casse"... Confirmation dans Libération, avec ce titre : "Bayrou cherche un MoDem de développement durable"... Oui... "Le rêve est passé", analyse Pierre Taribo, dans L'Est Républicain... "Après la sensation d'ivresse de la campagne présidentielle, François Bayrou a aujourd'hui la gueule de bois... Le voilà contraint de tout remettre en jeu... Avec 10% aux législative, il créerait une vraie force... A 8,5%, on s'éloignera du paradis électoral, mais ça restera correct... En dessous, c'est l'échec pour ce Don Quichotte lancé contre les moulins à vent du bipartisme... Mais l'orgueilleux Béarnais préfère être au pain sec électoral que baisser la tête devant l'UMP"... Et c'est ce qui le rend sympathique à Jean-Marcel Bouguereau, dans La République des Pyrénées... qui s'écrie : "Il faut sauver le soldat Bayrou !"... Pour finir... week-end prolongé... vacances... Si vous comptez partir... jouer les touristes... Un conseil : restez chez vous... Le touriste français, personne n'en veut... C'est à lire dans Le Parisien-Aujourd'hui en France... "A l'étranger, le Français n'est jamais content... En plus, il est le plus mauvais en langues étrangères... Il refuse le plus souvent de goûter la cuisine étrangère... Et il est impoli"... Alors, côté impolitesse... Il n'y a que les Russes qui nous battent... Ils sont jugés plus rustres que nous... Et côté ouverture culinaire... si le Français cherche à tout prix un steack-frites à l'autre bout du monde... il est tout de même battu par les Chinois, qui trouvent toujours un restaurant asiatique ailleurs... et les Britanniques, qui goûtent tous les hamburgers du monde... Alors si les hôteliers européens recensent les Français parmi leurs pires clients... Qui sont les meilleurs ?... Eh bien, ce sont les Japonais... C'est eux qui décrochent le titre de meilleurs touristes de l'année... Discrétion, politesse, curiosité et respect des coutumes locales... Des qualités à s'en rendre malade... Chaque année, une centaine de Japonais, en visite à Paris, sont hospitalisés, explique Le Parisien... victimes de ce que l'on appelle "le syndrome de Paris"... une sorte de dépression due au décalage entre la France dont ils avaient rêvé à Tokyo et celle qu'ils découvrent sous la Tour Eiffel... Et le Français râleur ?... Eh bien lui, il va bien, merci... Bonne journée...

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.