L’Irlande change dans un référendum sur l’avortement, que racontent Libération, la Croix (qui change aussi) le Figaro et le Monde… Une maman raciste et un fils au fusil, dans le Pays roannais. Un antiquaire à Gaza, dans le Monde, Danièle Gilbert dans VSD, et Matthieu Gallet (et sa maman) dans Vanity fair.

Le panneau d'une activiste faisant campagne pour le "Oui" au référendum sur la suppression de l'interdiction de l'IVG
Le panneau d'une activiste faisant campagne pour le "Oui" au référendum sur la suppression de l'interdiction de l'IVG © AFP / BARRY CRONIN

Un coup de fusil pour commencer...

Tiré par un paysan au nom de sa maman, ce que l'on ferait pour sa maman. C'est dans le pays roannais, voici. Le 16 mai dernier, au lieu-dit Le Saudet à Saint-Alban-les-Eaux, un couple se promène avec ses trois enfants, en lisière d'un champ, la femme est voilée. "Ce qui vaut au petit groupe une pluie d'insultes racistes par la propriétaire des lieux, une femme de 76 ans. Son fils  se lève alors et tire par sa fenêtre un coup de fusil de chasse pour faire fuir la famille."

L'affaire témoigne de la confrontation de deux mondes, celui de Christian Labouré, qui se décrit ainsi, "je suis un peu raciste c'est tout" et que son avocat défend ainsi : "À la campagne, on se sent vite agressé, à la campagne, on n'aime pas bien les Arabes, dans ce contexte violent. Pourquoi cette famille se promène-t-elle à 21 h 30 ? C'est tard pour des enfants en bas âge. " 

Et en face, la République et la France contemporaine incarnée par la substitut Sofia Doukhane qui citait Primo Lévi, cet écrivain italien déporté à Auschwitz, qui contemplait "le danger de l'homme ordinaire..."

Christian Labouré comprendra-t-il, en prison, que le monde a changé ? 

Et l'Irlande aussi est en train de changer... 

L'Irlande, où l'on vote aujourd'hui pour, peut-être, en finir avec l'interdiction de l'avortement. Et nos journaux -Le Monde notamment- racontent des histoires poignantes de femmes. Mais on voit surtout comment un pays se réveille un jour moderne, ayant légalisé le mariage gay par référendum. Le monde des villes triomphe de la vieille église et des campagnes.

"Si le oui l'emporte, c'est la fin de l'Irlande que j'ai connu, la naissance d'une nouvelle Irlande, de la génération twitter et d'une moralité basée sur les réseaux sociaux..." dit un monsieur Flanagan du comté de Roscomon, dans Le Figaro mais ce n'est pas si simple... Dans Libération, à Shannonbridge, 206 habitants où l'on se chauffe à la tourbe, Terry 72 ans, va voter pour l'avortement... et ajoute : "Ce vote devrait être interdit aux hommes ; qui suis-je pour juger ce qui est bon pour le corps d'une femme"...

L'homme irlandais change, le curé irlandais aussi. L'association des prêtres catholiques a demandé à ses adhérents de ne pas se mêler du référendum, en tant qu'hommes mariés et sans enfants... C'est raconté dans La Croix, qui décrit tout en finesse le dilemme irlandais, et que le journal catholique ne se prononce pas contre l'IVG est aussi un signe de changement...

Le monde change. La vérité est polyphonique dit dans la Croix un philosophe, Jean-Marc Ferry, qui participe  au festival Philosophia de Saint-Emilion, "un subtil mélange de conférences, de balades philosophique, d’apéro philo" me dit Sud-Ouest, et ceci est au moins aussi tentant que le splendide "Viva la technologie" organisé par nos amis des Echos et dont le magazine décrit quelques merveilles.

Le monde change, l'Equipe change-t-elle ? Qui met à la une, une splendide équipe de football, où l'on parle des femmes de l'olympique lyonnais à nouveau championnes d’Europe.

Les gens changent. Il y a dans VSD des photos d'un couple, Valérie Trierweiler, première girlfriend de France jadis et qui filerait aujourd'hui le parfait amour avec un ancien rugbyman et le sourire vient à la comparaison des physiques, ce genre de sourire pas très fin, qui témoigne qu'au fond, l'homme ne change pas... 

La Nature est dans nos journaux...

Et VSD est un curieux journal, qui à côté des photos, de Valérie Trierweiler raconte un homme qui  apprend aux aigles à voler. Il rééduque littéralement ces rapaces élevés en captivité. 

Il est donc des fous épris de notre planète, il est temps dans ce monde envahi de plastique, nous dit l'Obs. Prenez un peu de temps et dans Télérama tout vert lisez Stefanio Mancuso, un neurobiologiste italien convaincu de l'intelligence des plantes. Elles communiquent, ressentent, cherchent le son de l'eau. Il faut quitter Aristote, qui nous a dit le premier que les végétaux ne possédaient qu'une âme de bas niveau, et revenir à Démocrite, pour qui les arbres étaient des hommes renversés.

Il est des fous, il est des pionniers, il est des gardiens de l'humanité, tel cet homme que le magazine du Monde rencontre, il s'appelle Salim Elrayes, qui tient une boutique d'anquités au fond du souk de Gaza, et quand tout autour brûle, cet homme pieux rêve sur un vieux livre,  "Following the equator", de Mark Twain, édition de 1899, "il y a une dédicace élégante, vous croyez que c'est vraiment sa signature ?"  On l'ignore mais on aimerait le croire..

Des histoires de parents dans la presse

Cette semaine où le président Macron vantait les mamans pour parler des banlieues et les parents qui abritent les enfants.

Dans le Parisien, Nathalie et Emmanuel Tran, dont la petite Mayline, s'est étouffée à 3 ans en avalant une petite saucisse d'apéritif, un knacki ball de chez Herta. Elle aurait pu mourir, elle est encore là. Ils se battent. 

On a des parents dans la voix du Nord, qui avaient amené leurs enfants jouer aux Bois-Blancs, Plaine des vachers, et qui ont été tabassés devant leurs enfants pour s'être opposés à des jeunes gens à moto qui voulaient faire un rodéo au milieu des bambins. 

On nous parle des parents de Jacques Dutronc dans VSD, c'est la journée VSD, qui a retrouvé Danièle Gilbert, animatrice des midis de notre enfance, et qui se souvient que les parents de Dutronc l'aimaient bien, et Françoise Hardy en était jalouse. Danièle Gilbert assez punk, et qui confie aussi que le grand journaliste Yves Mourousi eut une aventure avec David Bowie.

A propos d'hommes beaux, Vanity fair nous parle d'un homme qui venait de Villeneuve-sur-Lot pour conquérir Paris, et qui était assez beau pour qu'on lui prête dans les rumeurs parisiennes des liaisons tantôt avec Frédéric Mitterrand puis avec Emmanuel Macron, mais qui était surtout un homme de pouvoir et de modernité. Donc Matthieu Gallet, patron de Radio France jusqu'à sa condamnation pour n'avoir pas respecté les procédures d'appels d'offre dans son précédent poste à l'INA, Gallet serait tombé - c'est la thèse de l’article - par la volonté des pouvoirs, socialistes puis macroniens. Un jour Agnès Saal qui lui avait succédé à l'Ina, lui a avoué que sa ministre de tutelle, Fleur Pellerin, lui avait demandé de sortir ses dossiers compromettants. 

Gallet a ensuite appelé sa maman qui lui a dit ceci : "Tu aurais dû l'enregistrer". 

L'équipe
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.