Deux hommes : deux figures de la politique et pas mal de points communs... Tous les deux sont en état de décongélation avancée... Anciens Premiers ministres l'un comme l'autre... On ne sait toujours pas s'il faut les associer au passé ou les inscrire dans l'avenir... En tout cas, ils sont très présents dans la presse ce matin... Et d'abord à la Une du "Monde", sous le crayon de Plantu... Côté devinette, je ne fais pas durer le suspense... Il s'agit de Lionel Jospin et d'Alain Juppé... Bien sûr. Et voilà ce que ça donne chez Plantu. Sous le titre : "Campagne 2007, première vacherie", Jospin arrive avec une grosse valise portée façon sac à dos... Il s'adresse à deux hommes qui se ressemblent... Tiens... crâne d'oeuf... Je te croyais à Montréal... He ho... moi c'est Fabius. Oh pardon. Ce qui est saisissant avec Pantu, c'est que les traits de Laurent Fabius et d'Alain Juppé sont très ressemblants, mais en un coup d'oeil, on les reconnaît parfaitement... On ne peut pas se tromper. Sauf Jospin... dans le dessin. Pas sûr, cela dit, que les retours supputés des deux anciens Premiers ministres fassent rire la France... Il serait temps, en effet, explique "Le Monde", que les politiciens le comprennent : les Français n'attendent pas qu'on remette dans la course des anciens... Quelles que soient leurs qualités... Ils demandent au contraire un profond renouvellement et une nouvelle génération d'hommes et de femmes politiques... Comme c'est la règle dans les autres grandes démocraties. Maintenant, si Alain Juppé revient en 2007, remarque Philippe Reihnard dans "L'Eclair des Pyrénées", il sera en situation d'arbitre... Celui qui fut l'héritier préféré de Jacques Chirac sera en position de faire pencher la balance en faveur de Villepin ou de Sarkozy. Effectivement, comme nous l'explique "Le Parisien", Juppé est très courtisé... "Le Parisien" qui croit savoir qu'une rumeur a fait son apparition, la semaine dernière... Celle d'un gouvernement Juppé. Quand ? Ca, on ne sait pas... La stratégie élyséenne consisterait à montrer à Sarkozy que le Président dispose de plusieurs cartouches pour le contrer. Et que fait-il, pendant ce temps... Nicolas Sarkozy ? Il ratisse... Il ratisse large. Après le Karcher de La Courneuve, voilà que, dans un entretien au "Monde" qui a déjà fait beaucoup de bruit, il joue la surprise et se dit favorable au vote des étrangers pour les municipales. Pas chiche, titre "France Soir". Vous vous rendez compte, il nous pompe nos idées, proteste Faouzi Lambdaoui, le délégué national socialiste à l'Egalité des chances... Eh bien justement, "France Soir" nous rapelle que c'est la gauche qui l'avait promis, ce droit de vote aux étrangers... Il y a 25 ans. L'Arlésienne, ce droit de vote... Refusé par la droite, jamais mis en place par la gauche. C'est donc en 81 que, pour la première fois, le projet a été présenté... En 92, avec le Traité de Maastricht, les citoyens de l'Union européenne installés dans un autre pays que le leur pouvaient bénéficier du droit de vote... Mais pour les autres... Le débat revient en mai 2000 devant l'Assemblée nationale, porté par la gauche plurielle... Mais le Premier ministre de l'époque, Lionel Jospin, n'inscrira pas le texte à l'ordre du jour du Sénat. Dernier épisode : 2002... Son successeur, Jean-Pierre Raffarin, clôt de nouveau le débat, nous rappelle "France Soir"... Naturaliser les immigrés d'abord... Pour une partie de la droite, le droit de vote est une conséquence, et non un moyen, de l'intégration... Fermez le ban. Résultat : la France est l'un des derniers pays européens à refuser ce droit pour les immigrés extra-communautaires, nous rappelle "France Soir". Toute la question est de savoir si Nicolas Sarkozy est dans la conviction ou l'effet d'annonce... Il est contraint de le faire, répond le président de la Ligue des droits de l'homme. Dans une interview qu'il accorde à "L'Humanité", Jean-Pierre Dubois explique qu'il s'agit avant tout d'un coup stratégique... Sarkozy est obligé de construire une fausse fenêtre pour que sa politique inhumaine ait une apparence humaine... Il n'a pas le choix : le droit de vote des étrangers est majoritaire dans l'opinion depuis plusieurs années, estime Jean-Pierre Dubois... Les Français ont compris que c'était une revendication juste et réaliste... C'est donc l'hommage du vice à la vertu. Le Premier ministre aurait voulu ressouder la gauche qu'il n'aurait pas fait autrement... En témoignent ces 4 photos, à la Une du "Figaro" : de gauche à gauche : François Hollande, Olivier Besancenot, Marie-George Buffet, Laurent Fabius... 4 figures du tollé provoqué par l'ouverture du capital d'EDF... La gauche est déchaînée, commente "Le Figaro"... Du genre : "au secours : la gauche revient !"... Comme le dit Jorge d'Hulst dans "Libération Champagne", Dominique de Villepin a rendu un énorme service à son opposition... Jusqu'à présent, la gauche était atone... Maintenant, elle va pouvoir à nouveau protester d'une même voix, et défiler ensemble. D'où ce titre-électrochoc de "L'Humanité" : "EDF, privatisations : le coup d'Etat permanent"... Et un éditorial à l'avenant... Signé Pierre Laurent... Le gouvernement a préparé son coup bas dans le dos de la Nation, écrit-il... Cela s'appelle un déni de démocratie... Tout commande de s'y opposer. Aux antipodes de cette lecture, l'édito de Pascal Aubert dans "La Tribune"... Sous le titre : "Lumière !"... A part les derniers tenants du collectivisme dans notre pays, écrit notre confrère, on voit mal qui pourrait, de bonne foi, s'insurger contre cette volonté de retourner l'entreprise publique à ses légitimes propriétaires : les usagers et les contribuables, qui sont presque souvent les mêmes. A lire dans "Libération", un document assez exceptionnel : l'interview d'un djihadiste... Ex-dirigeant de la Jemaah Islamiya... L'organisation terroriste qui est à l'origine des attentats en Indonésie. Avec sa mine pimpante de bobo singapourien, cet homme de 36 ans ne laisse en rien soupçonner son passé... Et pourtant... Il a bel et bien prêté main forte... Et aujourd'hui, s'il parle, c'est qu'il est repenti, et plus encore : il aide la police indonésienne à traquer les terroristes. Vous lirez donc ses confidences... Ce qui est assez rare... "Libération" affirme que c'est une première en France... Où il raconte qu'au début il s'est contenté de suivre le mouvement, fier et heureux... Peu importait qui le payait, et pourquoi... Aller défendre les frères musulmans, c'était le principal. Apprentissage du maniement des armes au Pakistan... Parcours du terroriste... Cette interview aide à mieux cerner la menace à laquelle sont confrontés tous les pays où vivent et grandissent des jeunes, manipulés par l'idéologie meurtrière de l'islamo-terrorisme... Ce que Patrick Sabatier, de "Libération", qualifie de "génération djihad". L'homoparentalité, dont nous avons parlé à 7 heures et quart avec Sandrine Oudin... L'homoparentalité toujours sous le joug de la loi du silence, nous rappelle "Le Parisien"... Oui, la France reste frileuse, reprend "Libération"... Et on ne peut pas s'étonner que la majorité de droite bétonne le statu quo sur la question, car elle bénéficie de la juridiction Jospin, qui a imposé une sorte de "coïtus interruptus"... Gérard Dupuy veut nous dire que le PACS, en fait, a dégonflé en partie la revendication d'un mariage homosexuel. On manque de recul, on doit se poser des questions, estime le psychanaliste Jean-Pierre Winter, dans "Le Parisien"... Alors que sa consoeur Geneviève Delaisi de Parceval affirme que les enfants de couples homosexuels ne se portent ni mieux ni moins bien que les autres... D'ailleurs, plus d'un Français sur trois est favorable à l'adoption d'un enfant dans ces conditions... Le dernier sondage effectué sur la question, en mai 2004, l'atteste... Comme quoi, la société est prête, sans le savoir, commente Jean-Daniel Lévy, de l'Institut CSA. L'autre sujet de société, vous le trouverez dans "Le Parisien", ce matin, qui en a fait un choix éditorial... Car il est le seul journal à aborder une question qui concerne 700.000 personnes : les mises sous tutelle. Il y a bien une réforme en cours... Un projet... Mais il est tellement consensuel... Tellement "planplan" qu'il ne risque pas de changer les choses... D'où la colère que pousse le médiateur de la République, Jean-Paul Delevoye, dans l'interview donnée au "Parisien"... "Il est anormal, dit-il, qu'un système dont la vocation est de protéger soit ainsi dévoyé"... Car effectivement il y a de gros problèmes, dont nous allons parler avec vous, Valérie Urman... Rédactrice en chef des pages "Vivre mieux" dans "Le Parisien". Bonjour... Pourquoi dit-on que le système est dévoyé, justement ? Des abus de la part des tuteurs ? Merci, Valérie Urman... Du "Parisien"... Qu'on devrait d'ailleurs appeler "Le Parisien-Aujourd'hui en France"... Mais disons que "Le Parisien", c'est une commodité orale... Alors que les journalistes de ce quotidien ne m'en tiennent pas rigueur... C'est un peu comme si on appelait leur journal par son prénom. Voilà : le mot de la fin, c'est "France Soir" qui nous le donne aujourd'hui... Avec cette information, nichée dans un petit encadré, au bas de la page 19, dans la rubrique "Chut !"... Confidentiel, si vous préférez. Vous vous souvenez de l'épisode "Ségolène et les machos"... Parmi ceux qui avaient dérapé, on trouvait Laurent Fabius... Ce qui était étonnant de la part d'un homme habituellement élégant... Lorsque Ségolène Royal avait laissé entendre qu'elle pourrait se présenter en 2007 si François Hollande le lui demandait... Laurent Fabius avait dit : "Et qui va garder les enfants ?"... Eh bien, l'explication, elle est peut-être dans l'encadré de "France Soir"... Où l'on apprend que Thomas Fabius, le fils de son père... Se démène comme un beau diable pour dégotter des budgets... Avec succès, puisqu'il vient de signer un joli contrat avec Total pour une crèche, qui verra bientôt le jour à La Défense... Oui, Thomas Fabius est spécialisé dans l'installation de crèches... Eh oui... Qui va garder les enfants ?

Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.