Quand je serai grand, je ferai pompier... Quand je serai grande, je ferai maîtresse... Moi, je ferai journaliste à la radio... Moi, je ferai présidente du MEDEF... Je ne sais pas, Laurence Parisot, quel était votre rêve quand vous étiez enfant... Peut-être vouliez-vous déjà vous occuper des intérêts du patronat français ?... Non ?... Vous vouliez faire quoi ? (...) Si je vous pose la question, c'est que Mon Quotidien... le seul journal des 10-14 ans, qui paraît tous les jours... a lancé le mois dernier un concours : "Mon Quotidien t'offre ton rêve"... Les jeunes lecteurs ont donc été sollicités pour envoyer leurs projets... Et ce matin, le journal nous livre ceux qui ont été sélectionnés... Mais il faut les départager car, au final, seuls deux des rêves seront réalisés... Alors donc, en voici certains... Vous me direz votre préféré... - Plonger avec des requins ou des poissons tropicaux... - Chercher des os de dinosaures avec des paléontologues... - Interviewer Barack Obama... - Avoir une girafe... - Ou encore visiter le château de Versailles en costume de reine... Laurence Parisot : le costume de reine, Obama, les requins, les dinosaures, ou plutôt la girafe ? (...) Eux, en tout cas, ils ont réalisé leur rêve... même si c'est un rêve par défaut... C'est à lire dans L'Express... dossier signé Anne Vidalie... "Ma cité, c'est la City"... un dossier où l'on ne parle pas (c'est assez rare ces jours-ci) de la crise qui touche le quartier des affaires britannique... Non : c'est un dossier sur ces jeunes diplômés français d'origine maghrébine ou africaine qui sont partis s'installer outre-Manche... Parce qu'à Londres, ils trouvent un emploi et des responsabilités que bien souvent Paris leur refuse... Vous lirez le témoignage de Marwane, 29 ans, crack des mathématiques financières, qui travaille aujourd'hui dans une banque londonienne, après avoir fait ses études en France... "Je suis sorti major de mon école d'ingénieurs, raconte-t-il, ex-aequo avec une Chinoise... Et nous avons été les deux derniers à trouver un stage"... Même expérience pour Oilid, Parisien de 30 ans, aujourd'hui responsable marketing chez un fabricant britannique de moteurs... "Dans ma promo de DESS, raconte-t-il, les seuls qui ont galéré pour trouver du travail, ce sont les 4 Maghrébins... Alors qu'en Angleterre, poursuit-il, les employeurs raffolent des doubles cultures... Je parle arabe, j'ai vécu en Tunisie... Ici, c'est vécu comme une richesse et une preuve de ma capacité d'adaptation"... Lila, Myriam, Kamel partagent le même sentiment... Tous ont la chance d'avoir réussi... même très bien réussi... Mais tous se plaignent de la discrimination qu'ils ont eu à subir en France... C'est cela qui les a décidés à choisir l'expatriation... Laurence Parisot, ce n'est pas désolant qu'en France, on en soit toujours là : des diplômés Bac+5 ou Bac+6 qui font les frais de leur patronyme ou de leur couleur de peau ? (...) Je vous conseille en tout cas la lecture de ce dossier, dans L'Express : "Ma cité, c'est la City"... La City qui, comme tous les quartiers d'affaires du monde, n'est bien sûr pas épargnée par la crise financière... "Sentiment d'abandon doublé d'une rancoeur croissante", nous explique Virginie Malingre... "Depuis la faillite de Lehman Brothers, la plupart des quelque 5.000 salariés de la banque en Angleterre ont le sentiment que New York a laissé tomber Londres... C'est par les journaux qu'ils ont appris qu'une partie des activités de leur société serait reprise par Barclays, pas par leurs ex-collègues américains... 'Aujourd'hui, raconte un financier, personne ne nous donne plus signe de vie'"... Du coup, l'heure est au sauve-qui-peut... comme le raconte aussi Mélanie Delatre, dans Le Point... "Golden boy... cherche job"... "Les jeunes golden boys des banques d'affaires ont sans doute beaucoup de défauts... Mais ils ont au moins une qualité : ils ne manquent pas de réactivité"... Très rapides pour tenter de se recaser... "Il n'empêche : pour 10 salariés de Lehman qui sauveront leur tête, 100 resteront sur le carreau et viendront grossir encore un peu plus les rangs, déjà bien étoffés, des bataillons de traders chômeurs à la recherche d'un emploi dans la finance"... La crise financière qui fait ce matin encore la Une de la quasi-totalité de vos journaux... Avec d'abord ses répercussions sur la politique américaine... Même titre pour Le Figaro et Le Parisien-Aujourd'hui en France : "McCain suspend sa campagne"... Le candidat républicain à la Maison Blanche a même demandé à Barack Obama de reporter le premier débat télévisé qui doit les opposer... "McCain panique et suspend sa campagne", précise, du coup, Libération... Impression similaire dans le Washington Post... qui souligne que la demande de McCain survient au moment même où deux nouveaux sondages montrent qu'il décroche face à Obama... "Avec cette décision-surprise, le candidat républicain tenterait de se donner une vraie stature présidentielle", estime aussi le Wall Street Journal... en rappelant que McCain a comparé la situation d'aujourd'hui aux Etats-Unis à celle qu'ils ont connue après les attentats de 2001... Tous vos journaux s'intéressent par ailleurs aux réponses apportées par la France... "La France à la recherche d'une parade à la récession", titre ainsi Les Echos... "Que peut faire Sarkozy face à la crise ?", se demande, de son côté, Sud-Ouest... en rappelant que le chef de l'Etat doit détailler son analyse aujourd'hui à Toulon... "Il va tenter de rassurer les Français, et les convaincre qu'il tient le cap", annonce La Croix... Il va faire du "bla-bla", résume L'Humanité... C'est l'édito de Claude Cabanes... "Le Président de la République n'aura à opposer à la crise financière que des paroles verbales... Après 'bling-bling' à New York, à Toulon ce sera 'bla-bla'"... Vos hebdos font également leurs gros titres sur la crise financière... "Où va le capitalisme ?... Les clés pour comprendre", annonce Le Nouvel Obs... Tandis que Le Point, lui, fait le point sur "tout ce que Nicolas Sarkozy pense mais ne peut pas dire"... On citera les phrases suivantes : - "La situation budgétaire est épouvantable"... Il le pense, mais il ne peut pas le dire... - "La compétitivité de nos entreprises est lamentable"... Il le pense, mais il ne peut pas le dire... - "Nous ne pouvons pas baisser les impôts"... Là encore, affirme Le Point, il le pense, mais il ne peut pas le dire... - Comme il ne peut plus dire qu'il est "le Président du pouvoir d'achat"... Effectivement, il ne peut plus... "Elle fait sourire les partisans d'une renaissance de l'empire soviétique"... C'est ce que raconte Vincent Jauvert, dans Le Nouvel Observateur... qui, à Moscou, a notamment rencontré Mikhaïl Leontiev, le commentateur politique le plus célèbre de Russie... Depuis dix ans, chaque soir, sur la première chaîne de télé, il délivre les messages les plus radicaux du Kremlin à des dizaines de millions de téléspectateurs... Et donc, il est heureux, parce que "maintenant, dit-il, c'est sûr, l'occidentalisation de la Russie n'aura pas lieu"... "Tout est devenu clair : nos maux, la crise financière comme l'agression de la Géorgie, viennent tous des Etats-Unis... Nos gouvernants vont en tirer les conséquences et franchir le Rubicon"... - "C'est-à-dire ?", demande mon confrère... - "C'est-à-dire que nous allons enfin nous replier sur nos propres forces : nos réserves, notre gaz, nos armes, notre Etat... Enfin, nous allons, sans complexes, nous appuyer sur nos vrais amis : ceux du temps de l'Union soviétique... Enfin, petit à petit, nous allons reconstruire notre empire"... Un objectif confirmé par plusieurs membres du sérail... Ainsi ce député, Konstantin Kosachev... Oui, dit-il, les partisans d'un retour à l'empire sont chaque jour plus nombreux et plus puissants dans le pays... Poutine et Medvedev considèrent que la situation géopolitique est telle qu'ils ont une chance historique de rebâtir une sorte d'URSS moderne... Mais l'opinion russe suivra-t-elle le régime ?... Réponse d'un conseiller en relations publiques du Kremlin : "Nous travaillons l'opinion publique depuis tellement d'années, et avec tellement de moyens que, croyez-moi, elle acceptera tout"... A lire donc dans Le Nouvel Obs... "Les faucons de la Grande Russie"... Le Parisien-Aujourd'hui en France fait sa Une sur la disparition du petit Antoine... "La mère d'Antoine en garde à vue"... France-Soir titre sur "l'augmentation des arnaques aux prestations familiales"... "Le coût total des fraudes : 60 millions d'euros"... Libération fait sa Une sur "la pénurie de crèches"... "Qui va garder les enfants ?"... Question que se posent peut-être Sophie Marceau et Christophe Lambert... Ils sont à la Une de Paris-Match... le torse nu, couvert de sable... "Duo d'amour en Colombie"... Ils ont l'air très heureux... Et puis, pour finir... cette petite information, puisée dans Gala... la rubrique Chuchotements... qui évoque l'aventure arrivée à Lionel Jospin... Fin chineur, l'ancien Premier ministre a jeté son dévolu sur une échelle de bibliothèque repérée dans un vide-greniers du 6ème arrondissement de Paris... Problème : Jospin est venu à bicyclette, et a donc dû pédaler avec sa nouvelle acquisition sous le bras... un slalom périlleux, suivi par son épouse Sylviane, qui a manqué de peu l'éborgnement... Mais après tout, c'était peut-être ça, son rêve d'enfant, à Lionel Jospin : faire du vélo en portant une échelle...

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.