Après le grand concert sécuritaire de cet été, le Parti socialiste semble chercher sa voix. Ils sont de plus en plus nombreux, dans la presse, à demander une position sur la sécurité. Le parti attend la voix de Martine Aubry. « La première secrétaire du PS a fait vœu de silence cet été. Pour ne pas entrer dans la polémique », d'après Sophie Landrin dans le journal Le Monde. "Martine Aubry ne voulait pas se laisser dicter son calendrier par Nicolas Sarkozy", écrit François-Xavier Bourmaud dans Le Figaro. Mais c'est raté ! Royal, Montebourg et les autres la poussent sur le bord de la scène pour l'entendre sur la sécurité. François Hollande attend des propositions... Julien Dray, dans Le Parisien, regrette que les socialistes qui ont travaillé sur la sécurité ne soient pas suivis par les grands dirigeants qui restent encore trop théoriques sur ces questions. Cela fait écho à la ligne laxiste évoquée hier par Ségolène Royal. Mais qui est donc porteur de cette ligne laxiste demande d'ailleurs le porte-parole Benoît Hamon dans Le Figaro. Pour le quotidien, le discours officiel du PS a déjà évolué sur quelques points. Martine Aubry devrait s'exprimer dimanche à l'Université d'été de La Rochelle pour purger le sujet, écrit Le Figaro. Parce que d'après Eric Hacquemand, dans Le Parisien, la première secrétaire souhaite que la rentrée s'organise sur le thème de la crise et des retraites. L'insécurité pourrait être renvoyée à l'organisation d'un forum pour janvier prochain. Bruno Duvic : Et c'est d'ailleurs déjà la prérentrée sociale... Etienne Monin : C'est l'appel à la mobilisation du 7 septembre contre la réforme des retraites. Les Echos soulignent que les syndicats sont unis, mais que c'est un rassemblement fragile parce que les centrales sont divisées sur la ligne à suivre après la manifestation. Moins prospectif, Libération explique que les syndicalistes sont optimistes. Les militants ont fait leur devoir de vacances cet été. La CGT a distribué les tracts aux péages sur le passage du Tour de France. Elle a loué un avion à banderole avec la FSU pour faire la tournée des plages du Var. La CFDT a commencé à faire du lobbying auprès des députés et sénateurs. La mobilisation pourrait être très suivie dans la rue, dans le secteur des transports et chez les fonctionnaires d'après Le Figaro. La dernière grande manif fin juin avait rassemblé de un à deux millions de personnes. Mais la marge de négociation s'annonce serrée. Toujours d'après Le Figaro, Nicolas Sarkozy veut asseoir son image de réformateur auprès des marchés avec le dossier des retraites. D'où le pronostic de Libé : on s'oriente vers un affrontement dur entre syndicats et gouvernement. Bruno Duvic : Pendant que les Etats-Unis préparent les discussions de paix, Israël nomme un chef d'état-major "offensif"... Etienne Monin : C'est le terme choisi par Le Figaro... Marc Henry interprète la nomination de Yoav Galant comme un avertissement envoyé à l'Iran, à la Syrie et au Hezbollah libanais. Formé au commando d'élite, il a supervisé l'opération "plomb durci" qui avait fait 1.400 morts dans la Bande de Gaza il y a deux ans. Il est très populaire pour ses faits d'armes et très offensif également vis-à-vis de l'Iran. Dans ce contexte, Le Monde signe un édito sur la responsabilité de Benyamin Netanyahu. Pour le quotidien, le premier ministre israélien porte une lourde responsabilité dans les négociations qui s'ouvrent jeudi prochain à Washington. Le chef du gouvernement israélien avance en terrain dégagé, sans préalable sur la colonisation, avec une opposition quasi inexistante et un interlocuteur Mahmoud Abbas en position de faiblesse. D'où la conclusion du journal : Benyamin Netanyahou dans ces négociations a toutes les cartes en mains. Bruno Duvic : Les produits bio sont presque des produits de luxe quand on regarde les prix... Etienne Monin : Des produits qui deviennent inaccessibles pour certaines familles, d'après l'enquête de La Croix. Le quotidien publie l'Observatoire des prix réalisé cet été par la Fédération Nationale des Familles rurales. Elle a relevé les étiquettes sur huit fruits et huit légumes de l'agriculture biologique. Et ce qu'elle constate, c'est que c'est presque 70% plus cher que les fruits et légumes conventionnels. La nectarine bio coûte deux fois plus cher que la nectarine traditionnelle. En France, le bio coûte moins cher à l'importation qu'à la production. Il est aussi plus coûteux en supermarché que dans les magasins spécialisés. Conclusion de l'article : même si ça ne pèse que 3% du marché global, le bio reste hors de prix. La Fédération Nationale des Familles rurales publie également le prix du panier moyen de fruits. Il a augmenté de près de 10% par rapport à l'été dernier. Le budget pour une famille de quatre personnes qui voudrait suivre les préconisations de l'Organisation Mondiale de la Santé devrait dépenser plus de 126 euros par mois pour avoir 400g de fruits et légumes par jour. Bruno Duvic : Soyons écolo ce matin... Après les fruits et légumes, haro sur les sacs plastique... Etienne Monin : C'est une véritable pollution en mer... D'après Le Figaro, des chercheurs ont révélé l'existence d'une gigantesque nappe de déchets plastique dans l'Atlantique nord, sur plusieurs centaines de kilomètres entre les Etats-Unis et la mer des Caraïbes. Une étude a été publie dans la revue "Science" : 64.000 morceaux de plastiques ont été pêchés et répertoriés dans plus de 6.000 secteurs différents. Cette soupe de détritus a une durée moyenne de vie de plusieurs centaines d'années. Et elle est avalée par les poissons, les oiseaux. Mais cette concentration n'aurait pas augmenté sur les vingt dernières années. Pendant ce temps, à Mexico, le sac plastique est devenu hors-la-loi... Championne de la pollution, la capitale a interdit aux commerçants de donner aux clients des emballages plastiques. Depuis la semaine dernière, ça peut coûter 3.500 euros d'amende et 36 heures de prison. Libération explique que le sac n'est pas banni mais que les commerçants devront les faire payer aux clients. Mais le journal n'est pas convaincu de l'efficacité. Mexico est une ville entièrement soumise à la dictature de la voiture. Bruno Duvic : Maintenant, un athlète qui vaut son pesant d'or... Etienne Monin : Christophe Lemaître est en train de récolter les fruits de son été de rêve. L'athlète français est devenu une véritable star, écrivent Jean-Denis Coquard et Marc Ventouillac dans L'Equipe, avec admiratrices, chasseurs d'autographes, bientôt Gala et le grand journal de Canal+ dès lundi. Le champion a vu ses demandes presse multipliées par quatre, également sollicité par les Anglais, les Japonais, les Italiens. Triple médaillé d'or aux championnats d'Europe, Christophe Lemaître viendrait en 4ème place sur le marché des poids lourds, juste après les trois flèches : Bolt, Powell, Gay. D'après Le Parisien, son contrat a plus que doublé en un an. La question maintenant est de savoir jusqu'où ira Lemaître ? L'enthousiasme est quasi unanime sur ses capacités, écrit Le Figaro. Même s'il a un moteur de Ferrari dans une carrosserie de 2CV, ajoute l'entraîneur de Christine Aron, qui lui trouve certains défauts techniques. Il a aussi un déficit d'expression, ajoute Le Parisien... Il devrait donc prendre des cours de communication dès la rentrée... Ce qui ne changera rien à ses perfs : 9.98 sur 100m, et une sortie ce soir sur 100m au meeting de Villeneuve-d'Ascq pour le géant français.

Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.