Et dire que lundi on parlait "soulagement"... "retour aux choses connues"... au bon vieux débat droite-gauche... Ce matin, on penche plutôt pour "c'est quoi ce bazar ?"... "Ce troisième homme qui garde la main", comme titre Le Républicain Lorrain... François Bayrou... ben oui, c'est de lui que l'on parle... "François Bayrou s'invite au second tour", constate aussi La Croix... Alors toute la presse le dit ce matin : "Bayrou choisit de ne pas choisir"... C'est par exemple le titre du Figaro... Mais au-delà de ce constat... les analyses partent dans tous les sens... Bon d'abord, c'est une première... "Pour la première fois en France, le second tour de la Présidentielle se joue à trois, souligne Roger Antech dans Le Midi Libre... Et le seul qui ne sera pas élu le 6 mai paraît mener la danse"... "En s'invitant bien qu'il soit éliminé, François Bayrou innove... C'est comme si, analyse Bernard Revel dans L'Indépendant... comme si le premier tour n'ayant pas apporté une réponse complète, une correction s'avérait nécessaire"... Alors oui, c'est bien une première... "La recomposition en direct, en public et dans la douleur, de l'échiquier politique français... Jean-Marcel Bouguereau, dans La République des Pyrénées, regrette que cela se fasse trop tard... Ce genre de mue ne peut se faire entre les deux tours d'une élection présidentielle"... Mais non, ce n'est pas trop tard... C'est ce que veut croire Olivier Picard dans Les Dernières Nouvelles d'Alsace... "La force de Bayrou, écrit-il, c'est qu'il est en avance pour réveiller notre démocratie... Sa fragilité, c'est aussi qu'il est en avance pour la bousculer... Mais il l'a dit lui-même : il a pris goût à l'aventure, quel qu'en soit le prix"... Donc il n'a pas choisi, Bayrou... Il n'a pas donné de consigne... Mais il a donné des signes... Et Le Parisien-Aujourd'hui en France annonce que "la tension monte", puisque "Bayrou ne votera pas Sarkozy"... Il n'en faut pas plus à Libération pour y voir "un flirt prometteur"... "Quoi qu'en pense Mélenchon, écrit Laurent Joffrin dans Libé... Quoi qu'en pense Jean-Luc Mélenchon, dinosaure chez qui la réalité met longtemps à arriver jusqu'au cerveau... le PS sera contraint de se tourner vers le centre-gauche, et d'assumer enfin sa nature réformiste"... Un contrat de mariage Royal-Bayrou et "Nicolas Sarkozy réduit à tenir la chandelle", s'amuse Joffrin... Attention quand même... la mise en garde est signée Pierre Taribo, dans L'Est Républicain... "François Bayrou semble ménager Ségolène Royal... C'est le piège dans toute sa splendeur... Il attire la candidate socialiste sur un terrain dangereux, où une partie du PS refuse de la suivre"... Dans Le Républicain Lorrain, Philippe Waucampt prévient lui aussi... "En cas de défaite de la gauche le 6 mai, c'est François Bayrou qui profitera de l'inévitable éclatement du PS... puisqu'il en récupèrera les sociaux-démocrates... L'équation de Bayrou est certes à multiples inconnues... Mais, conclut l'éditorialiste, sa complexité n'en rend que plus excitante sa solution"... Alors en attendant de savoir comment se termineront les choses... Ce matin, sur France Inter, c'est "Tout sur Ségo"... le pendant d'hier, où c'était "Tout sur Sarko"... Alors équilibrons ici aussi... et regardons comment les journaux, ce matin, parlent de Ségolène Royal... D'abord la chronique de Stéphane Denis, dans Le Figaro... où il s'étonne de "la drôle de tête des chefs socialistes"... Pour lui, une seule explication : "ils croient à l'incompétence de leur candidate, et ça les ennuie beaucoup... Ils y voient la future justification de leur défaite... Ils se disent qu'ils auraient tout de même dû l'empêcher d'être candidate"... Plus encourageant pour Ségolène Royal... la Une de Témoignage Chrétien... une photo de la candidate socialiste, et ce titre : "Maintenant ou jamais"... L'éditorialiste justifie ce choix... "A en croire l'un des nombreux sondages sortis ces derniers temps, une forte majorité de catholiques voterait pour le super-leader de l'UMP au second tour"... Mais c'est ainsi : Témoignage Chrétien s'est toujours trouvé, dans son histoire, en dehors de la bien-pensance et du comportement panurgique... L'hebdomadaire analyse donc "les deux combats royaux"... A savoir : battre Nicolas Sarkozy et réinventer la gauche... "Confidences royalistes"... Ca, c'est à lire dans Challenges... Le magazine économique s'intéresse aux deux finalistes de la Présidentielle... Et concernant la candidate PS, Challenges se penche sur son livre, "Maintenant"... un livre-entretien où elle donne les définitions de ses "200 mots pour changer la France"... C'est captivant, souligne Challenges... Entre autres mots retenus par l'hebdomadaire : "gauche"... "Etre de gauche en 2007, c'est ne pas se laisser emprisonner dans de fausses oppositions, explique Ségolène Royal... Par exemple, poursuit-elle, faut-il se battre dans la mondialisation ou s'en protéger ?... Les deux évidemment... Faut-il des entreprises réactives ou des salariés sécurisés ?... Là aussi, les deux"... Challenges semble véritablement captivé... Alors captivé par la candidate socialiste, Le Monde l'est aussi aujourd'hui... mais captivé par "les métamorphoses de Ségolène Royal"... "En 14 mois de campagne, la première femme qualifiée pour disputer la finale de la Présidence de la République s'est profondément transformée... Pas de doute, écrit Le Monde... le chef, c'est elle... Même ceux qui ne l'apprécient guère au PS le reconnaissent... Elle a tenu le coup"... Et pour Isabelle Mandraud, la journaliste du Monde, la métamorphose la plus spectaculaire de Ségolène Royal, c'est dans ses meetings... "Elle était figée, pour ne pas dire empruntée... bien loin de l'art oratoire d'un Laurent Fabius ou de l'aisance d'un François Hollande... Mais elle a peu à peu transformé son handicap en atout... Sa voix ne porte pas ?... Elle impose l'attention... Le pupitre la gêne ?... Elle s'en affranchit... Après 14 mois de campagne, le geste s'est libéré... les bras ont décollé du corps pour s'ouvrir, paumes en l'air, dans une attitude de rassemblement... Dans l'attitude : oui... Parce que sur les idées, conclut Isabelle Mandraud... sur les idées, Ségolène Royal n'a jamais rien lâché"... Ségolène Royal vue par Philippe Sollers, dans Le Nouvel Observateur... Il s'explique... "Quand je dis qu'il fallait tenter l'expérience féminine à la Présidence de la République, on a cru comprendre que je parlais de la femme en soi... Mais il ne s'agissait pas de LA femme, mais de cette femme-là... de sa façon de se déplacer... de s'habiller... d'utiliser ses bras... de sourire... c'est-à-dire d'une Française très raffinée"... Alors bien sûr, il n'y a que pour les femmes que l'on parle de tenue vestimentaire... C'est le premier constat de Clare Coulson, dans le Daily Telegraph... Mais en même temps, "Royal est devenue la reine du chic"... Et là, en anglais, c'est un jeu de mots... Royal... Queen... La commentatrice anglaise explique comment la candidate française est un modèle, en contraste avec les autres femmes politiques qui ont réussi... Elle, en plus, elle est incroyablement féminine... Plutôt que Thatcher ou Rice, elle a adopté un look plutôt Audrey Hepburn et Jackie Onassis... Puisqu'on parle tenue vestimentaire... et si vous êtes devant votre armoire, à vous demander ce qu'il faut mettre ce matin... La réponse est simple : manches courtes... L'Est Républicain prévient... "La chaleur record devrait continuer... En avril, on a enregistré des températures de 8 à 12 degrés au-dessus des normales saisonnières... Pas de quoi se réjouir pour autant : l'alerte à la sécheresse est lancée dans une grande partie de l'Europe"... Et pour cause... l'explication est en Une des Dernières Nouvelles d'Alsace... "Phénomène exceptionnel : l'Alsace sans pluie depuis 25 jours"... Oui, "chaleur exceptionnelle et début de sécheresse", confirme Le Figaro... "Les 7 derniers mois ont battu quasiment tous les records de température... Et sauf pour les glaciers, les cafetiers et autres plagistes, les perspectives ne sont guère encourageantes... Pour les 3 mois qui viennent, Météo France affirme que les températures devraient rester au-dessus de nos habitudes"... Dis : c'est quand qu'on reparle environnement ?...

Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.