(Patrick Cohen) Dans la presse ce matin : à la recherche du Graal

(Bruno Duvic) Phényléthylamine... Voilà le premier Graal ! La phényléthylamine est une molécule que les profanes appellent l'hormone du bonheur. Il y en a dans le chocolat.

Avant d'en venir aux articles sur la crise, le chômage et le reste, je vous propose une orgie de cette molécule avec le numéro de Géo du mois de mai. C'est un « Voyage au pays du chocolat ». Numéro qui s'avale comme une tablette de 78% pur cacao, parce que des plantations de Madagascar aux boutiques de luxe parisienne, il nous raconte le monde.

Savez vous par exemple que le chocolat a failli provoquer une crise sociale, une de plus en Corée du Nord ? Géo raconte cette histoire en reprenant les informations du quotidien japonais Asahi Shimbun .

Dans le complexe industriel de Kaesong, on distribuait chaque jour, 2 Choco Pies, un gâteau mélange de Marshmallow et de chocolat. Un triomphe dans ce pays où les crises alimentaires sont fréquentes. Ceux qui ne les mangeaient pas les revendaient. Les entreprises ont commencé à s'en servir comme prime aux ouvriers. Dix Choco Pies par jour pour les plus stakhanovistes. Et les patrons qui ne distribuaient pas le gâteau voyaient la productivité de leur entreprise baisser.

Un monde de chocolat, quelques chiffres : en 10 ans, la consommation planétaire a grossi de 75%. On trouve de tout dans Geo , textes, images, anecdotes… Ces gigantesques Coran en chocolat fabriqués à Djakarta il y a quelques années, le criollo, le grand cru de Madagascar qui fait de cette ile très pauvre un des centres de la planète. Hershey city, la capitale du choco bas de gamme aux Etats Unis où toute la vie tourne autour des friandises. La gourmandise des asiatiques et la réalité glaçante de l'économie. Un Euro le kilo pour les malgaches qui ramassent les fèves. 48 Euros le kilo dans les ballotins vendus aux fins gourmets parisiens.

Le chocolat est-il une drogue ? Réponse d'une bande d'orfèvres, les Rolling Stones. En 2007, lors d'une fête à Bruxelles, un pâtissier belge avait débarqué avec une machine à sniffer du cacao. Satisfaction.

Le gouvernement français à la quête du Graal

Si quelqu'un a la recette du plein-emploi, qu'il lève le doigt. Le chômage est à la Une de la plupart des journaux. Nouveau record en France mais c'est toute l'Europe qui est « submergée par cette déferlante », selon la Une des Echos . Taux de chômage en Espagne : 27%, 57% chez les jeunes. Affolant. « Sans l'économie souterraine, dit un syndicaliste dans Le Monde , il y aurait déjà eu une révolution. »

Sans la famille et le travail au noir. Le paysage urbain d'un grand pays comme l'Espagne, décrit par Sandrine Morel dans Le Monde , ce sont ces petits bouts de papiers collés partout dans la rue, sur les murs, le mobilier urbain : ‘’Cours d'anglais’’, ‘’ménage à domicile’’, ‘’taxi’’. A Madrid, à partir de 7 heures de matin, place Eliptica, dans le quartier populaire de Carabanchel, des dizaines de travailleurs, presque tous immigrés, attendent les fourgonnettes qui passeront immanquablement, conduite par des petits patrons marron qui leur proposeront du boulot pour la journée.

En France, une fois n'est pas coutume, Libération et Le Figaro sont d'accord. Les emplois aidés, la banque publique d'investissement, la réforme du marché du travail, bref la fameuse boite à outils de François Hollande est sans doute un peu légère.

Je ne rentre pas en détail sur l'analyse des chiffres, les pistes pour doper l'emploi, les commentaires politiques. Vous trouvez tout cela dans la presse, bien sûr, mais on vous en parle en détail depuis hier soir sur France Inter.

Ce nombre record de chômeurs, c’est une station de plus sur le chemin de croix du gouvernement depuis l'affaire Cahuzac. « Gauche : qui pilote ? » se demande Libération .

La presse bruisse de rumeurs de remaniement. Dixit Le Parisien-Aujourdh’ui en France , Jean-Marc Ayrault n'est pas menacé mais du ménage est envisagé à Bercy et l'hypothèse d'un gouvernement resserré revient en force.

Plaidoyer pro domo du Premier Ministre dans 20 minutes : « On ne peut pas réformer et espérer être applaudi en même temps (…) Je ne veux pas mentir aux gens et leur dire d'un coup de baguette magique, ‘tout est réglé’.»

Pas menacé, Jean-Marc Ayarult ? Les infos de la presse sur les remaniements, c'est comme les transferts en football : à chaque jour sa vérité. Parmi les profils qui se dessinent pour Matignon à coups d'interviews et de formule choc, celui de Claude Bartolone. Dans Le Monde , aujourd'hui, le président de l’Assemblée dit craindre un 21 avril européen.

Le Graal pour les scientifiques ?

Un des Graal, en tout cas... La recherche génétique, inquiétante et prometteuse. A la Une du Monde : « Faut-il révéler le profil génétique des foetus ? ». Le comité d'éthique a donné son feu vert au dépistage ADN de la trisomie 21. A la Une de La Dépêche du midi : « Ces sont des ‘hommes’ ».

A la demande du Comité international olympique des experts des CHU de Montpellier et Nice viennent de percer ce que la Dépêche appelle « un mystère du monde sportif » : certaines athlètes ont dans leur patrimoine génétique le chromosome masculin Y. On ne parle pas de dopage ici.

On se souvient de l'humiliation subie par la sud-africaine Casper Semeya en 2009 aux championnats du monde d’athlétisme de Berlin... Elle courait beaucoup plus vite que les autres, elle avait une voix d'homme, pas de poitrine et un corps plus que baraqué. Elle avait dû subir un test de féminité.

Les 4 sportives de haut niveau évoquées dans la Dépêche du midi sont anonymes, finalistes dans leur discipline aux dernier JO de Londres. Taux de testostérone proche des niveaux masculins. Tests ADN : ces quatre femmes souffrent d'une anomalie génétique.

Rappel de Sciences nat’, cours sur les chromosomes. Les femmes c'est XX, les hommes XY. Les athlètes étudiées au CHU de Montpellier et Nice sont des individus XXY.

Un graal sportif pour finir

Les journaux cherchent le graal. Comment trouver le bon équilibre entre presse papier et presse Internet ? Dernière initiative en date, celle de L'Equipe , qui lance sur son site internet un format d'articles nouveau pour le quotidien sportif : « L'Equipe explore ». Ce sont de grands et longs reportages interactifs. Le premier publié aujourd'hui sur lequipe.fr est consacré à un homme présenté comme la nouvelle légende de l'alpinisme. Objectif : gravir les quatorze sommets les plus hauts du monde, à plus de 8.000 mètres. Il lui en reste trois. Signe particulier : l'Espagnol Carlos Soria a 74 ans.

Vous lirez ce long reportage signé Jérôme Cazadieu. Là aussi, des scientifique se penchent sur le cas de ce monsieur qui escalade le toit du monde à l'âge où d'autres se contentent de questions pour un champion.

Et la part de rêve de ce récit. L'Everest, Carlos Soria l'a vaincu en 2001. « Juste avant l'ascension finale, je m'étais réveillé au milieu de la nuit. J’avais ouvert ma tente, les étoiles étaient couchées à côté de moi. Je m'étais demandé si je ne rêvais pas mais c'était la réalité, je pouvais presque les caresser. »

Bon week-end

L'équipe
Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.