Thomas Coville, George Michael, les chrétiens d'Orient ... Retour sur les héros de ce lundi 26 décembre.

Histoire d'un héros.

Si l'on prend la définition du héros sur le site du Larousse, un héros est une personne qui se distingue par sa bravoure et ses mérites exceptionnels. Si l'on est juste, on classera donc Thomas Coville dans cette catégorie. Un héros, pour avoir fait le tour du monde en solitaire, en un temps record qui dixit LE FIGARO, est un record pour l'éternité.

Alors, héros Coville ? LE TELEGRAMME préfère "légende". LE PARISIEN-AUJOURD'HUI EN FRANCE et L'EQUIPE exploit. LIBERATION opte pour le terme d'"acharné". Le Larousse dit que l'acharné agit avec une ardeur opiniâtre. Et ce n'est pas la moindre des qualités de Thomas Coville. Car enfin, qu'avons nous fait, nous, des 49 derniers jours poursuit LE PARISIEN-AUJOURD'HUI EN FRANCE ? Et bien nous avons vécu notre vie pendant que Thomas Coville lui, a vécu toute une vie entière.

Un concentré violent et presque irréel de vie. Coville le disait lui-même à LIBE, sur son bateau, il avait l'impression d'être un Playmobil posé sur une maquette. Et s'il a enfin décroché son Graal, c'est aussi comme le dit à L'EQUIPE Francis Joyon détenteur du précédent record, parce que la mer a voulu le laisser passer. Il n'empêche pour la mère de ses enfants, Cathy : " Ca change tellement la vie quand on gagne. Peut-être Thomas va t-il arrêter de penser qu'il est une merde.". De la merde au fumier. Olivier de Kersauson, avec qui Coville a effectué son premier tour du monde il y a vingt ans, l'avait affublé du sobriquet de petit fumier car il refusait de balancer les ordures du bord. Olivier de Kersauson l'avait donc obligé à dormir plus de deux mois avec les poubelles sous sa couchette.

Hier Thomas Coville a pleuré conclu le FIGARO. La voix s'est brisée quand il a franchi la ligne d'arrivée. On dira ce qu'on veut, un héros peut pleurer.

Un héros peut être un sauveur.

A Qaraqosh, ville chrétienne du nord de l'Irak, Frère Najib a joué ce rôle là. Et c'est LE FIGARO qui la met en mots ce matin, au nom du Noël sombre vécus par les chrétiens d'Orient, qui malgré le départ des troupes du groupe Etat islamique, continuent de fuir. Frère Najib raconte donc la nuit du 6 août 2014. Le frère dominicain était occupé dans son studio photo à numériser les livres anciens de la bibliothèque des Dominicains de Mossoul.

"Peu après minuit, nous avons compris que nous étions tout seuls dans notre rue. Daech était en train d'entrer dans la ville. Nous avons entassé les manuscrits dans des voitures. Et nous sommes partis vers Erbil. Ce furent des heures terribles. Sur des kilomètres, des milliers de gens fuyaient. Nous avons recueillis des familles que nous avons fait asseoir sur les livres. Nous voulions sauver et l'homme et la culture. Ces livres sont un trésor. Des siècles d'histoires qu'il faut numériser pages après pages. Nous sommes des Dominicains explique Frère Najib. Mais nous faisons un travail de Bénédictins".

Coville, Frère Najib : le monde avance en accéléré.

C'est un constat. Et l'homme visiblement, ne veut plus prendre le temps de s'attarder. A lire LES ECHOS ce matin, nous sommes de plus en plus nombreux à regarder la télévision maintenant en accéléré. Le phénomène né outre-Manche, s'appelle le Speed Watching. Regarder l'intégralité de la série Mad Men par exemple à deux fois sa vitesse normale, prendra 38 heures au lieu de 76. Et attention, on ne retire ni le générique, ni les scènes trop sentimentales. Des adeptes affirment qu'on s'y habitue tellement facilement, que le retour à une vitesse normale est d'une pesanteur insoutenable. Et le phénomène est tel, qu'il intéresse aujourd'hui, des secteurs comme la pub. C'est une forme de retour au cinéma muet où les scènes étaient rapides.

Eux ne seront pas muets, mais leur campagne se fera en accéléré.

Les candidats à la primaire socialiste. Et la question du jour page 4 du FIGARO. Doivent-ils ou non observer la trêve des confiseurs entre Noël et Nouvel an ? L'écologiste François de Rugy dit au journal qu'il ne se voyait pas tracter sur les marchés de Noël. Alors ce matin sur le site ATLANTICO, il parle de la place de l'écologie dans la primaire de la Belle Alliance populaire et des écologistes dans la campagne présidentielle.

Arnaud Montebourg réfléchit à son programme, mais ne s'interdit rien. Benoît Hamon alterne plages de repos et déplacement. Et il engrange au passage dans LIBERATION, le soutien de l'ancien syndicaliste de Florange et Edouard Martin. Ce n'est pas le vilain gaucho qui est contre tout, selon l'eurodéputé. Manuel Valls ? Ses proches lui conseillé de lever le pied tout en sachant "qu'il est capable de nous faire un truc le 31" explique un député.

Bref, comme le souligne LA CROIX ce matin, le droit à la déconnexion prônée dans la loi travail sera effectif au premier janvier. Pour eux visiblement, ce n'est pas pour tout de suite.

Pas pour tout de suite ce matin, non plus... La déconnexion à Georges Michael.

A moins de se boucher les oreilles, vous n'y échapperez pas. La mort de Georges Michael est de toutes les Unes des sites internets ce matin. Du NEW YORK TIMES, aux Etats-Unis en passant par le britannique GUARDIAN, l'allemand DIE WELT, la presse italienne, belge, espagnole, Georges Michael est partout. Le CYPRUS MAIL s'en fait aussi l'écho tout en soulignant que Georges Michael avait des origines chypriotes.

Georges Mickaël est donc mort à l'âge de 53 ans. Mais pourquoi donc les morts de stars nous apparaissent si nombreuses en 2016 ?

Le site SLATE s'interroge ce matin. Parce Georges Michael n'est finalement que le dernier d'une longue liste. Bowie, Prince, Léonard Cohen, Pierre Boulez, Johan Cryuff... Pas de doute, 2016 est l'année noire des célébrités. La BBC a fait les comptes. 2012 ? Cinq nécrologies. 2015, 12. 2016, 24 ... Pour expliquer ces décès en cascade, le premier facteur à prendre en compte est démographique. Les célébrités qui nous ont quittés ces derniers mois et semaines appartenaient, pour la plupart, à la génération du baby-boom. Il est donc assez logique de les voir partir, pour certains. Mais c'est assez réducteur. Les réseaux sociaux ont aussi tout chamboulé. Ils ont accéléré de manière significative la circulation de l'information. Tiens on en parlait tout à l'heure. Puisque nous connaissons aujourd'hui plus de personnalités qu'il y a quelques années, nous en parlons davantage.

Alors pour revenir à Georges Michael, l'homme aux 100 millions d'albums vendus. THE GUARDIAN nous apprend qu'il est mort d'une crise cardiaque. Le tabloïd THE SUN, nous montre les dernières photos de la star, bouffie. Pluie d'hommages un peu partout.

Et au milieu de tout cela, le site OUEST-FRANCE qui nous livre des anecdotes sur Georges. Saviez-vous qu'il a failli prendre la suite de Freddy Mercury dans Queen ? Saviez-vous que Last Christmas a été repris 400 fois ? Saviez vous que Georges Michael fut le premier à se produire en Chine. Savez vous enfin, que sa musique est encore bannie de certaines radios ? Pas adaptée au jeune public. Étant l’un des premiers chanteurs à se présenter ouvertement comme gay, il a subi de très nombreuses critiques.

Pourtant dans I want your sex, il parlait bien d'une fille. A moins que ce ne soit une métaphore...

Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.