Laetitia Gayet.

Pourquoi les Bretons sont toujours en colère ?

La question est posée en Une du mensuel BRETONS.

Les récents mouvements des éleveurs, la manifestation pour soutenir le Crédit Mutuel remet sur le devant de la scène cette singularité bretonne. Un détour par l'histoire permet d'en saisir les racines. Les Bonnets rouges sont nés sous Louis XIV. Les paysans ont été les premiers à se soulever contre l'absolutisme royal. Qui sait que les premiers morts de la révolution de 1789 tombèrent à Rennes ? Qui sait qu'en 1968, la première usine qui fut occupée en France, se trouvait à Bouguenais près de Nantes ? Il y a eu aussi les manifestations contre la centrale de Plogoff en 81. Celles pour l'école libre en 84. Les pêcheurs en 94. En 2006, Rennes était en pointe dans les mouvements étudiants.

2013 l'écotaxe. Puis Notre-Dames-des-Landes. La Bretagne n'a pas toujours obtenu ce qu'elle voulait. Mais c'est comme ça qu'elle a acquis ce statut à part qui se prolonge aujourd'hui, avec la colère des agriculteurs.

Et c'est dans ce contexte de colère, que s'ouvre demain, le Salon de l'Agriculture à Paris.

L'OPINION ne s'y trompe pas. A peine descendu de son avion le ramenant d'Uruguay, François Hollande va se retrouver les pieds dans le purin. Le chef de l'Etat ne sera pas le seul politique à s'y rendre. Les politiques dans leur ensemble seront nombreux.

Mais signe de ces temps difficiles, LE PARISIEN-AUJOURD'HUI EN FRANCE souligne aussi qu'on croisera aussi dans les allées, une délégation de 15 évêques. Une première ! L'Eglise catholique veut afficher sa proximité avec le monde rural.

Un monde qui a bien changé.

Dans l'hebdomadaire LE 1, Jean-Loup Trassard, l'écrivain, photographe, éleveur de bovins regrette cette campagne de son enfance qui était heureuse, qui produisait sans détruire, qui écoutait la nature. Mais aujourd'hui, contraints de toujours produire plusse pour faire face aux factures, les agriculteurs ont enlaidi les campagnes avec des constructions. Ils ont abattu nos haies, les talus, les arbres. Arrêtez le massacre ! tonne Jean-Loup Trassard qui sonne la charge.

Mais leur colère est juste.

C'est l'avis de L'HUMANITE.

La crise est là. Dans LA CROIX et LE PARISIEN-AUJOURD'HUI EN FRANCE Stéphane Le Foll donne quelques chiffres. 40.000 dossiers recensés dans les cellules d'urgences départementales depuis l'été dernier.

22.000 fermes d'élevages sont en difficulté. Soit 10% du secteur. Mais le ministre de l'Agriculture ne croit pas à un scénario d'effondrement généralisé. Et en même temps, agriculteurs, industriels, distributeurs, il dit ne pas comprendre cette incapacité des acteurs français à dialoguer. Les agriculteurs doivent s'associer et privilégier les circuits courts.

L'Europe n'est-elle pas allée trop loin dans la libéralisation des marchés demande LA CROIX ? Si ! Il faut de la régulation. A Bruxelles, autour de la table, je me sens souvent un peu seul sur ces sujets. S'il veut défendre les intérêts français, Stéphane Le Foll doit commencer par être plus présent à Bruxelles !

Réponse dans L'OPINION de Michel Dantin, eurodéputé de droite, rapporteur de la réforme de la PAC lors de son précédent mandat. Il doit arrêter de partir avant la fin des réunions. Les autres ministres sont plusse qu'agacés par son comportement.

Elle, est agacée, Myriam El Khomri.

La ministre du Travail a répondu hier soir, à la pétition anti-loi du travail. A lire sur les sites de L'OBS ou des ECHOS. "L'avant projet de loi suscite un intense débat démocratique. Vu l'enjeu et l'ampleur de la réforme c'est normal et c'est salutaire ! Mais si certaines affirmations de cette pétition sont vraies, de nombreuses autres sont fausses et beaucoup sont incomplètes."

Mais sa posture ne passe pas. Un sondage Harris Interactive paru dans 20 MINUTES ce matin, assure que 6 Français sur 10 y sont opposés.

A lire également dans la presse aujourd'hui, quatre élections.

Elections en Iran, 7 mois après l'accord trouvé sur le nucléaire. Les électeurs doivent renouveler leur Parlement et l'Assemblée des experts qui regroupe un corps clérical qui pourrait désigner le prochain guide suprême.

LE FIGARO décrit une révolution feutrée au coeur de l'Etat iranien où alliés et opposants du président Rohani se jaugent.

Pour LIBERATION, c'est silence dans l'Iran. La société iranienne semble résignée. Et l'argent a tout perverti.

Selon un jeune photographe iranien, la jeunesse ne pense qu'à ça. Un père qui demandait à son fils à son entrée à l'université, ce qu'il comptait étudier s'est vu répondre ceci : Comment devenir riche.

Car il y a bien aujourd'hui, deux Iran comme il y a deux Téhéran. L'HUMANITE décrit au nord de la capitale, le défilé des voitures de luxe. Et au sud, les charettes à bras.

Elections numéro 2, les législatives en Irlande.

Elles ont lieu aujourd'hui, dans une Irlande lassée de l'austérité selon LES ECHOS, et tentée de sanctionner les partis du gouvernement. Et pour cause. Malgré les 6% de croissance, les hôpitaux, les policiers sont à bout de souffle.

LA CROIX poursuit la liste. Le nombre de fonctionnaires a chuté de 12% depuis 2008. Leurs salaires ont baissé de 20%. Les aides sociales ont été revues à la baisse. L'accès au logement reste un point noir. Une chose est sûre, les Irlandais ont senti passé cette mise au pas drastique. L'Irlande est verte pâle aujourd'hui.

Election numéro 3, le président de la FIFA après le scandale.

Qui pour succéder à Sepp Blatter ?

Infantino ? décrit par LE PARISIEN-AUJOURD'HUI EN FRANCE, comme un monsieur loyal au physique de bonze, capable de décliner une blague en 5 langues ? Ou Salman Bin Ibrahim Al Khalifa membre de la famille royale de Bahreïn ?

Ou les outsiders présentés dans LA CROIX, Jérôme Champagne, Mosima Tokyo Sexwale, Ali Bin Al Hussein ?

Nous voilà bien résume Christophe Deoubaix dans L'HUMANITE. Deux princes, deux apparatchiks et un converti à l'argent. Ca ne ressemble pas à une colonie de sans-culottes marchant sur la Bastille. Certes, le prince Ali a demandé l'installation d'isoloirs transparents. L'heure est grave à la FIFA pour qu'un membre d'une famille royale s'inquiète du respect des règles démocratiques. Le problème de la FIFA n'est pas tant l'argent qu'elle gère. Mais c'est surtout l'absence totale de contrôle au sein de l'organisme.

Elections numéro 4, les Césars ce soir.

A cette occasion coup de projecteur sur les tournages en France. Ils reviennent en force grâce au crédit d'impôt qui avait été réclamé par Luc Besson rappelle LIBERATION. Et ces largesses vont bénéficier à tous les films français.

D'autant que tourner en France rapporte à l'économie. Un euro de crédit d'impôt dans la production d'un film génère 12 euros 60 de dépenses directes selon une étude pour le compte du CNC. Et c'est généraeur d'emploi. L'industrie du cinéma draine 340.000 personnes en France.

Regardons maintenant les pronostics.

Bon si j'en juge le site des INROCKS, Stéphane Brisé, vous devriez être le grand vainqueur pour le César du meilleur film et du meilleur acteur pour Vincent Lindon. Sérieusement, on ne voit pas trop comment le César pourrait cette année lui échapper disent LES INROCKS. Nommé six fois, il n’a jamais encore eu cette récompense. Pourtant il bénéficie d'une sympathie assez générale.

Quoique, si j'en juge le journaliste Christophe Carrière de L'EXPRESS sur son blog. Quand il n'a pas reçu le César pour son rôle dans Welcome, certains votants ont expliqué «C’est vrai que Lindon le mérite, mais il fait trop chier.» Comprendre : le gars fait trop chier à être exigeant et intègre.

L'équipe
Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.