8H30 la revue de presse, bonjour Hélène Jouan

On commence par de la politique fiction

« le 3 avril 2046, demain j’ai 101 ans et je ne me sens pas si vieux ». Projection de Daniel Cohn Bendit dans Libération, Libération qui s’attache ce matin à lancer les débats à gauche pour relayer son appel à des primaires lancé il y a 15 jours. Pour l’instant, les contributions relèvent surtout du réquisitoire contre François Hollande et tout ce qu’il n’a pas fait…Mais Danny Cohn Bendit, en éternel optimiste, s’amuse dans sa tribune à imaginer que c’est en 2016, aujourd’hui donc, que le vieux continent a vécu sa révolution culturelle. « Je ne sais toujours pas ce qui s’est passé dans la tête de Hollande et Merkel, imagine t il, mais le fait est, que le 21 mars 2016 ils ont signé un pacte qui a tout changé, Hollande a viré Valls et s’est engagé à changer de politique migratoire, Merkel a viré Schauble, actuel ministre de l’économie, et s’est engagée à changer de politique économique. Tous les dirigeants européens ont suivi, le vieux continent est devenu la référence absolue en matière de lutte contre le réchauffement climatique, des innovations ont émergé, comme la déconnexion de l’activité et du revenu avec le revenu d’existence pour tous ; des milliers de jeunes entrepreneurs ont rivalisé de créativité, l’immigration économique est devenue une émigration choisie. En 2046, les 44 pays de l’union européenne proclameront la constitution fédérale de l’Europe. Demain, j’ai 101 ans, et si je n’ai plus beaucoup de rêve, c’est que l’imagination est enfin au pouvoir » conclut Cohn Bendit dans un texte qui a le mérite d’être vivifiant et offensif.

Retour à la réalité, nous sommes en 2016, Danny a fait un rêve.

Et la réalité ce matin, c’est ce qui fait l’actualité de nos 2 invités, à savoir la remise hier du rapport Badinter sur la réforme du Code du travail au premier ministre

Avec vous vous en doutez, un accueil contrasté selon les journaux, et une lecture divergente du contenu de votre rapport :« trop » ou « trop peu » selon les uns ou les autres

Rapide tour d’horizon. A ma droite, le Figaro : « encore un train de retard ! » regrette son éditorialiste qui souligne qu’une fois de plus « Hollande ayant décidé de ne rien décider », le « grand nettoyage règlementaire attendra encore 2 ans… »

A ma gauche, l’Humanité qui estime que la Commission Badinter a accouché au contraire du « Minimum syndical au maximum patronal », pointant les brèches ouvertes pour remettre en cause par exemple le seuil de majoration des heures supplémentaires, quand Aujourd’hui en France/le Parisien estime surtout que vous avez Robert Badinter « plus mis les points sur les I, que vous n’avez innové ». La Voix du Nord soulignant même que vous avez reculé au regard des audaces réformatrices qui avaient été les vôtres dans le livre que vous aviez co signé avec Antoine Lyon Caen : « dans cette forêt obscure qu’il décrivait hier écrit hervé Favre, on ne peut pas dire que Robert Badinter et les membres de son comité aient sorti la tronçonneuse pour éclaircir l’horizon des employeurs »

« Badinter, le droit et le tordu », s’amuse Nicolas Beytout à la Une de l’Opinion, reprenant le bon mot prêté à François Mitterrand, qui aurait dit « j’ai deux avocats, Robert Badinter pour le droit et Roland Dumas pour le tordu ». Beytout qui vous accuse d’avoir échoué à vous attaquer au tordu justement, « réaffirmer les grands principes respire la rectitude dit-il, mais c’est ignorer que les situations au travail sont souvent tortueuses, tordues. » « Dire que la durée normale du travail est fixée par la loi , c’est refuser l’obstacle en contournant le symbole de la réforme des 35H ». Bref, en en restant aux grands principes, vous n’avez pas aidé le gouvernement à se débarrasser de ce « sparadrap des 35H » comme l’appelle la Croix. Vos journaux divergent d’ailleurs aussi sur l’analyse de la suite politique que Manuel Valls va donner à ce rapport, « la réforme des 35 h tombe à l’eau » pour Paris Normandie quand le journal de la Haute marne veut croire « que Valls et MAcron sont sur la même longueur d’onde pour tordre le cou aux 35H »..

Timoré R Badinter pour parvenir au consensus au sein de votre comité, ou pas votre rôle de vous prononcer sur la fin ou non des 35H ?

La réalité de ce 26 janvier 2016, c’est aussi les appels à la mobilisation dans la fonction publique, et dans d’autres secteurs, comme celui des taxis

Et un petit coup d’œil chez nos voisins étrangers, les très libéraux britanniques par exemple. Les Echos nous apprennent que le maire de Londres Boris Johnson est lui aussi en guerre contre Uber, et a pris la défense des Black Cabs, les légendaires taxis londoniens. Argument central, le boom des véhicules de tourisme avec chauffeurs a accru les difficultés de circulation dans la capitale. Il a donc tenté de prendre des mesures radicales pour brider leur développement et soutenir les taxis. Raté, les londoniens ont pris le parti d’Uber via une pétition, et le gouvernement a dénoncé une « distorsion de concurrence », le bouillonnant maire a dû reculer…Tout ça pour dire, qu’il n’y a pas que dans notre vieux pays, que se joue la guerre entre vieille et nouvelle économie

Dans la presse également ce matin Hélène, retour sur une émission de télé à laquelle a participé la ministre de l’éducation

Il s’agit de l’émission Le Supplément dimanche sur Canal Plus. Najat VAllaud Belkacem s’est retrouvée en plateau avec un certain Idriss Sihamedi, dirigeant d’une ONG musulmane aux prises de position sur les réseaux sociaux et aux propos pour le moins contestables…Aux côtés de la ministre, cet homme a d’abord déclaré qu’il « refusait de serrer la main aux femmes », avant de tergiverser pour ne finalement pas condamner explicitement les crimes de l’organisation Etat islamique. Si en plateau, Najat Vallaud Belkacem a dit son « malaise », elle s’est surtout tu face à l’individu. Un silence qui lui est aujorud’hui reproché. Dans l’Opinion, Michel Schiffres s’étonne de ce silence, « curieux dit il, pour une responsable qui prêche toujours aux élèves la necessité de la responsabilité et de l’importance de la conviction ». Ce matin, dans le Parisien, Najat VAllaud Belkacem se défend, évoque la « sidération qui a saisi le plateau lors de l’interview, j’étais indignée de la tribune qu’on venait de lui donner, mais pas question d’aller au clash pour faire du buzz, c’aurait été reconnaitre la valeur de sa parole…Najat Vallaud Belkacem qui met en cause Canal Plus : « comment a-t-on pu laisser un tel individu s’exprimer, nausée, dit elle. Evitons d’élever au rang d’interlocuteurs des gens qui se situent en dehors du champ républicain »

Depuis, il est à noter, que le compte Twitter d’idriis sihammedi, sur lequel il était très actif pour dénoncer «la fornication ou défendre la polygamie ou le voile, a été suspendu dimanche soir par twitter, après la diffusion de l’émission

On termine Hélène comme on a commencé, par un rêve.

Ca y ressemble en tout cas, à l’heure où quasiment tous les pays européens prennent des mesures de restriction face à l’afflux des réfugiés, L’islande accueille les réfugiés à bras ouverts nous raconte les Echos. Reportage à Akureyri, ville juste au dessous du cercle arctique qui s’est mobilisée ces derniers jours pour accueillir 4 familles de réfugiés syriens qui patientaient jusque là dans des camps au Liban. Chacune sera soutenue par 4 familles du cru pour l’aider dans ses démarches, lui faire connaitre les us locaux. Pour l’instant l’Islande n’a recueilli que 83 demandeurs d’asile, mais des citoyens se mobilisent pour dire, on en veut plus.

Danny a fait un rêve…les islandais en exaucent une partie en 2016

L'équipe

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.