Bonjour... Comment ça va ?... A cette question, que l'on pose quelquefois machinalement, on pourrait répondre : "Dis-moi où tu habites, je te dirais comment tu vas". Dans un livre publié hier, en effet, une équipe de géographes et de statisticiens dresse un étonnant portrait de la santé des Français, en fonction des régions où ils résident. Ainsi, du cancer à l'allaitement, chaque maladie ou comportement possède sa géographie... Constat auquel s'intéresse "Le Monde" aujourd'hui, sur deux pages pleines qui, de fait, valent le détour. Ce qui est intéressant, c'est que nous sommes largement au-delà du cliché, comme l'alcoolisme en Bretagne... Non... Nous sommes au coeur d'une vaste enquête, réalisée sur 15 millions de personnes, d'où il ressort que le fait régional est un fait majeur en termes de santé. Alors, autant le dire tout de suite : il n'y a pas de régions où tout va bien et d'autres où tout va mal, mais il y a de grandes tendances, comme celles-ci : dans le Nord-Pas-de-Calais, le Nord-Picardie et une partie de Champagne-Ardennes, la santé n'est pas florissante... Au contraire, dans le Centre ou dans le Sud-Ouest du pays, les Français se portent plutôt bien... disons plutôt mieux. Mais pour le reste, tout est beaucoup plus nuancé... Heureusement... Il n'y a pas franchement de fracture sanitaire en France. Alors, les nuances... Prenons le SIDA, par exemple... Il existe, en la matière, une opposition nord-sud, pour ce qui concerne le mode de transmission. En Ile-de-France, par exemple, il est majoritairement sexuel, alors que dans les départements du sud, c'est plutôt les injections de drogue par voie intraveineuse qui contaminent. On note aussi qu'à l'est d'une diagonale Le Havre-Perpignan, le taux de diabète est plus élevé qu'à l'ouest. Et le fameux alcoolisme en Bretagne alors ?... Eh bien, la leçon de cette étude, c'est qu'il ne faut pas globaliser... Les auteurs de l'enquête parlent d'une Bretagne urbaine où des progrès importants ont été réalisés, et d'une "Bretagne bretonnante", je le cite, qui, elle, reste dans le rouge. Enfin, il y a des résultats un peu surréalistes, parce que les critères le sont aussi... La taille, par exemple... La taille en hauteur, chez les hommes entre 17 et 25 ans... Ainsi, on est plutôt grand dans le nord et l'est de la France... Plus d'un mètre 76,7... Ce qui est une bonne moyenne, finalement, même si elle ferait rire nos enfants qui, à 18 ans, tutoient les 1 mètre 80, voire plus... Enfin bon... Et plus on descend vers le sud-ouest... Y compris dans les départements du centre de la France... Plus on est petit, ou disons moins grands. Ainsi, la moyenne est de moins d'un mètre 74 dans l'Indre, en Charente-Maritime, dans les Hautes-Pyrénées et dans l'Ariège... Je vous cite les 4 départements où l'on ne risque pas de se cogner la tête au plafond quand on se lève de son lit... Avec une exception toutefois, dans ce sud de la France... La Lozère, qui s'inscrit dans le peloton de tête des départements où l'on voit les choses de haut... Allez savoir pourquoi... Peut-être est-ce tout simplement parce qu'il s'agit du département des hauts-plateaux. Instructif, non ? Tiens, puisque nous passons les Français au scanner... Après leur physique, penchons-nous sur leur état psychologique, en cette fin de mois de mai... En cette Ascension joyeuse comme un dimanche de Toussaint... Je vous parle du temps... De cette météo qui fait titrer au journal "Le Parisien", en Une : "Les Français rêvent de soleil". Et on les comprend... Le même "Parisisien-Aujourd'hui en France", qui apporte un soin tout particulier à sa page "Météo" chaque jour, nous montre une carte éloquente de ces jours de long week-end... Grisaille au nord, avec des températures maximales qui ont un mal fou à approcher les 20 degrés... Soleil lumineux au sud, avec un 32 degrés tranquille, dimanche... Une vraie fracture climatique. Alors les Français rêvent de soleil, et préparent leurs vacances... Et "Le Parisien" nous apprend, dans la série "Destinations qui cartonnent et destinations qui plongent"... Que la Corse revient en force, tout comme l'Espagne, l'Italie, la Grèce, le Maroc et la Tunisie... Ce qui est assez classique, finalement... En revanche, la Turquie ne fait plus recette... Un mystère pour les professionnels du tourisme, qui ne savent absolument pas expliquer le phénomène... La Croatie également, très "tendance" ces dernières années, connaît un certain retour de bâton, parce que les prix ont augmenté... Effet pervers des choses "tendance"... L'Egypte souffre aussi... L'insécurité aérienne y est certainement pour quelque chose, ainsi que les attentats... Baisse de fréquentation également pour les Etats-Unis, à cause de l'affaire des passeports... Mais le pire, c'est La Réunion, pour cause de chikungunya... 80% de baisse de réservations, par exemple, chez Nouvelles Frontières. Allez, on continue ce petit tour du côté des habitudes des Français... Côté médias, cette fois, avec "L'Humanité", "Le Parisien" et "Le Nouvel Obs"... "Le Parisien" tout d'abord, qui rend hommage à un OVNI : son confrère "Grands Articles"... Un magazine qui, comme son nom l'indique, offre une sélection des meilleurs et longs papiers publiés par les revues françaises et internationales... Un pari audacieux, et pour l'instant réussi... Lancé à la mi-septembre, le titre en est à son troisième numéro, et se vend en moyenne à plus de 5.000 exemplaires. Sachant que l'équilibre financier est de 7.000, ce n'est pas si mal, dans un secteur en crise comme la presse... Et de la part du journal "Le Parisien", qui donne plutôt dans les articles relativement courts, cet hommage est plutôt courtois... "Le Parisien" qui écrit : "A une époque où la presse tend de plus en plus à proposer des articles brefs et abondamment illustrés, pour éviter d'être zappés par des lecteurs trop sollicités, le magazine 'Grands Articles' est effectivement un OVNI". Autre journal devenu OVNI, objet virtuel non imprimé : "France Soir"... L'Arlésienne de la presse depuis plusieurs semaines... Où en est le nouveau "France Soir" ?... Eh bien, c'est "L'Humanité" qui répond à cette question, de la façon la plus complète, et qui affirme d'abord qu'il faudra prendre son mal en patience... La reparution étant prévue au mieux pour le milieu de la semaine prochaine... Et là, on tombe dans le mauvais roman puisque, selon un journaliste, tous les retards seraient dus à des problèmes informatiques... La direction allant même jusqu'à parler de sabotage. "En fait, sourit un salarié, après avoir viré le chef de l'informatique, la nouvelle équipe dirigeante s'est rendu compte qu'elle n'avait pas les codes pour faire tourner les machines". Quant à la nouvelle maquette, les journalistes ne l'ont toujours pas vue... Mais on parle de choix qui peuvent laisser dubitatifs, comme la nomination du chef des pages hippiques à la tête de la rubrique "Sport", ou encore, écrit "L'Humanité", un immense service "France" englobant les pages internationales. Ca ne s'invente pas ! Enfin si, justement. On verra ce que les Français en pensent... On verra si cela répond à leur comportement avec les médias... En tout cas, il y a une tendance qui, elle, s'affirme de jour en jour... Et celle-là concerne la radio... C'est le podcasting. Dans "podcasting", il y a "pod" comme "iPod", et "casting" comme "choix". C'est "Le Nouvel Obs" qui s'y intéresse cette semaine, et qui dresse d'abord ce constat... Avec le podcasting, plus d'horaires à respecter, plus de fréquences à trouver... La radio à la carte est née... Il suffit d'un ordinateur, d'une connexion Internet, et d'un balladeur numérique pour en profiter... Ca fait quand même trois appareils... Un transistor, c'est tellement plus simple... Mais bon : certains y voient une révolution... Pascal Delanoix, directeur de Radio France Multimédia, lui, voit plutôt un système qui repousse les frontières de la radio... Il en est le prolongement, explique-t-il dans "Le Nouvel Obs"... On peut écouter les programmes de Radio France partout dans le monde, et à n'importe quelle heure... Oui, la revue de presse à 8h30 comme à 22 heures, commente l'hebdomadaire, et aussi bien à Vesoul qu'à New York ou à Pékin, ajoute-t-il... C'est très chic, tout de même. Vous saurez ainsi qu'avec 30.000 téléchargements par jour, Radio France offre 160 podcasts, et ce n'est qu'un début, avec ce signe qui ne trompe pas : depuis janvier, "2000 ans d'Histoire", l'émission la plus podcastée d'Inter, l'a été plus de 310.000 fois... Patrice Gélinet a de quoi être ravi. Cela dit, et comme les blogs, les podcasts ne sont pas nécessairement produits par les professionnels de la profession... C'est la raison pour laquelle certains y voient l'équivalent de l'éclosion des radios libres... Le matériel nécessaire pour faire de la radio étant de moins en moins cher, n'importe qui peut diffuser de sa chambre dans le monde entier... C'est un autre aspect de la mondialisation. Citation résumée par ce joli dessin de "L'Obs" : on y voit un couple, chez lui... "J'ai calculé, dit l'homme... Avec tout ce que j'ai podcasté, je n'aurai pas assez d'une vie pour tout me taper"... "Eh bien, tu n'as qu'à inventer le logiciel qui te permettra d'ingurgiter ça à toute vitesse", lui répond la femme, plongée dans son bouquin... Comme un choc des cultures à domicile. Voilà... Si vous lisez la presse aujourd'hui... Si, comme la dame dont je vous parlais tout à l'heure, vous aimez le contact du papier... Le plaisir simple de la lecture... Vous verrez un visage, quel que soit le journal que vous lisez... Le visage de Claude Piéplu, qui vient de mourir... Alors, pour la bonne bouche, gardons ce portrait qu'en dessine Didier Pobel dans "Le Dauphiné Libéré"... Un portrait inspiré... Une épitaphe méritée... Didier Pobel écrit : "Collectionneur peut-être, mais pas philatéliste, Claude Piéplu ne possédait qu'un seul timbre : celui de sa voix... Haut perchée, éraillée, grave dans la dérision, grinçante dans le grandiloquent... Mais c'est à son phrasé qu'on le reconnaissait avant tout : saccadé, sarcastique, capable d'insufler à la moindre constatation météo des allures d'aphorisme. Maître du second rôle et du troisième degré, ce piéton de l'absurde était un personnage de Sempé égaré chez Kafka... A moins que ce ne soit l'inverse... Il vient de s'éclipser à 83 ans, sur la pointe de ses pompes"... Et les Shadocks pompaient. Bon week-end. A lundi.

Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.