Alors comment ça va ce matin ?... Comme un lundi... Un lundi aux couleurs du drapeau et au son de La Marseillaise... Bleu blanc rouge tout sourire... côté sport... Sur toutes les Unes de vos journaux ou presque, le sourire de Laure Manaudou... "L'or c'est Laure"... Le jeu de mots, habituel maintenant, entre la matière de la médaille et le prénom de la championne, fait la Une de La Dépêche du Midi... De L'Equipe aussi... "L'or Manaudou"... L'Equipe qui, dans son édito, se réjouit de ce que la nageuse n'est pas encore une star... "Elle n'est encore qu'une jeune femme talentueuse, travailleuse, sérieuse, jolie, préoccupée par les choses de son âge, heureuse dans son boulot et dans sa vie... Elle le montre lorsqu'elle en a envie... c'est-à-dire assez pour être appréciée... mais point trop, pour ne pas agacer... Bref, c'est une Française bien de son temps, qui réussit, et que l'on prend plaisir à voir faire"... "Manaudou, c'est Zizou... La France l'adore, et tout le monde lui court après"... Le constat, là, est signé Sébastien Varnie, dans La Voix des Sports... Et pour preuve que tout le monde lui court après... eh bien, explique le journaliste, "elle vient de signer un contrat de partenariat avec le groupe Pinault... 5 millions d'euros sur 5 ans... Une juste revanche pour les sports individuels, souvent relayés au second plan"... Pour Varnie, "Manaudou, c'est maintenant plus qu'une sportive... C'est un symbole... qui guide bien plus que le sport français... C'est certainement très lourd à porter... Mais c'est tellement beau"... Tellement beau, cette Marseillaise, ce drapeau... Là, c'est, si l'on peut dire, la Marseillaise pour la bonne cause... Non que l'autre soit forcément mauvaise... mais polémique, assurément... La Marseillaise qui s'est immiscée dans le débat présidentiel... "L'identité nationale au coeur de la bataille présidentielle"... C'est, ce matin, la Une du Figaro... Le Figaro qui explique que "Ségolène Royal s'est emparée du thème... que Nicolas Sarkozy a salué la révélation de sa rivale... que François Bayrou dénonce un engrenage... et que Le Pen estime que ses rivaux lui donnent raison"... Ségolène Royal, les bras ouverts, en Une de Libération... Et ce titre : "Mère Patrie"... Pour Libé, "la revendication, par la candidate socialiste, du drapeau tricolore et de La Marseillaise, divise une gauche qui a longtemps laissé à la droite les symboles républicains"... Alors vous vous en doutez, sur ce thème, les commentaires sont légion ce matin... "Faudrait voir à pas confondre champ national et Parc des Princes", écrit Gilles Debernardi dans Le Dauphiné Libéré... Michel Noblecourt, dans Le Midi Libre, analyse... "Ségolène Royal cherche ouvertement à syphonner une partie du fond de commerce de l'extrême-droite, et à empêcher Sarkozy de faire sa différence sur la nation, comme la droite l'avait fait en 2002 sur la sécurité... Mais attention, poursuit l'éditorialiste... La virulence des réactions de l'extrême-gauche, les critiques de Marie-George Buffet, montrent qu'il ne faudrait pas que Madame Royal perde d'un côté ce qu'elle croit gagner de l'autre"... Et puis il y a ceux qui ironisent... Patrick Fluckiger, dans L'Alsace... "Elle devrait modifier son prénom... Plutôt que Marie-Ségolène, se faire appeler Marianne-Ségolène... comme il sied à la France conquérant le monde"... Fluckiger qui trouve que, décidément, ce recentrage sur l'Etat-Nation a un parfum "vieille République" qui sent son Chevènement à plein nez... et qui, si la candidate était battue, préparerait un réveil agité à la gauche... Sur le même thème, il y a bien Laurent Joffrin, dans Libération, qui tente de remettre les points sur les "i"... "De droite, la Nation ?... Pas si simple... La gauche, le plus souvent, a refusé de laisser ces symboles à ses ennemis... Jaurès, le Front Pop, la Résistance, Moulin, Mendès, Mitterrand : tous ont revendiqué le drapeau tricolore... Ségolène Royal use de la même tactique : ôter à la droite le monopole du patriotisme... Encore faut-il trouver la bonne mesure"... Parce que le grand regret de Laurent Joffrin, c'est que la candidate socialiste a oublié de mettre à côté du drapeau français un petit drapeau européen... "Dommage", dit-il... Oui, dommage... En même temps... l'Europe, ce matin... elle fait surtout la Une de la presse régionale et de la presse étrangère... Et là aussi, des regrets... Dans La Charente Libre, Dominique Garraud regrette que "cette quinquagénaire soit réduite aux souhaits... et que l'occasion formidable que représentait le cinquantenaire du Traité de Rome pour relancer la machine européenne ait accouché d'une déclaration minimaliste"... "L'Europe méritait une plus belle fête"... C'est le commentaire de L'Indépendant du Midi... Oui, ça aurait été bien... "une fête tournée un peu moins vers le passé et davantage vers l'avenir", confirme L'Est Républicain... Et dans Le Républicain Lorrain, Pierre Fréhel rappelle que "le prochain locataire de l'Elysée aura la lourde responsabilité de ramener la France dans le poste de pilotage de l'Europe... Parce que là, à Berlin, l'Allemagne a pavoisé... L'Allemagne a ajouté à son titre de locomotive économique celui de guide politique de l'Europe"... Alors les 50 ans du Traité de Rome, vous le savez, c'est l'occasion de manifestations dans tous les pays... Exemple à Rome, où une exposition rassemble 27 chefs d'oeuvre... un par Etat-membre... Et dans Le Progrès, on note que "les Pays-Bas ont prêté un Mondrian... l'Espagne, un Velasquez... la Bulgarie, un trésor byzantin du 10ème siècle... et la France ?... Qu'a-t-elle prêté, la France ?... Elle a prêté le Penseur de Rodin... Ca ne s'invente pas... Le célèbre Penseur, symbole de l'indécision immobile"... Retour à la campagne française... Avec l'un des faits du jour... Nicolas Sarkozy, qui passe du statut de ministre-candidat à celui de candidat à plein temps... Du coup, on fait le bilan dans la presse... Il est bon, dans Le Figaro... "Le ministre s'en va avec le sentiment du devoir accompli"... Le journal note également son "action volontariste contre l'immigration illégale"... Le bilan est plus discutable, vous vous en doutez, dans Libération et L'Humanité... Dans Libé, le calcul de la baisse de la délinquance est remis en cause par un chercheur du CNRS... qui déplore que l'on additionne les vols d'autoradios et les viols... Côté immigration, toujours pour Libération, le ministre de l'Intérieur... enfin, incessament, l'ex-ministre de l'Intérieur... a mis en place la fabrique à clandestins... Et malgré l'autosatisfaction martelée Place Beauvau, les policiers cités par Libération semblent peu satisfaits... "On a tendance à ramasser trois putes pour racolage... Ca fait, pour les statistiques, trois délits constatés et trois faits élucidés", explique l'un d'eux... "On a oublié que l'objectif ultime des forces de l'ordre, c'est la paix sociale", poursuit un autre... Dans L'Humanité, ce sont "les dégâts du bilan Sarkozy"... Et lors du scrutin présidentiel, prévient le journal, les électeurs auront à décider : "stop ou encore"...

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.