"Vous me rappelez Madame de Gaulle jeune"... Un dessin de Cabu, en Une du Canard Enchaîné, où Elizabeth II s'adresse à Carla Bruni-Sarkozy... Eh oui, c'est comme ça avec la reine d'Angleterre : elle les a tous connus, nos Présidents de la Vème République... Alors c'est sûr, elle va pouvoir comparer... Et c'est sans doute pour cela que tous vos journaux, ce matin, parlent de protocole... "De l'art de s'épargner un faux-pas", dans Libération... "10 conseils pour bien se tenir", explique Le Parisien-Aujourd'hui en France... qui rappelle entre autres qu'il ne faut pas toucher la Reine... Georges Pompidou lui avait pris le bras lors d'une visite... Jacques Chirac lui avait effleuré l'avant-bras... Les Anglais avaient été choqués... Et en même temps, le dessin de Muzo, dans Le Monde... (eh oui, cette visite Outre-Manche du Président français inspire beaucoup les dessinateurs)... Muzo donc qui croque la Reine disant à Nicolas Sarkozy, devant un parterre de caméras et d'appareils photos : "Si vous ne faites pas une gaffe, ils vont être déçus"... "Qu'on ne nous accuse pas de sombrer dans le people !... Qu'on ne nous reproche pas de sacrifier l'essentiel aux futilités !"... C'est le cri du coeur, ce matin, de Jacques Camus dans La République du Centre... qui justifie : "Cette visite d'Etat du couple Sarkozy en Grande-Bretagne, c'est l'entourage élyséen qui, à grands coups de communication, en a fait un test de réhabilitation présidentielle pour Nicolas Sarkozy... Sous les ors de Windsor, notre Président cherche à redonner à sa fonction un peu de majesté"... Et les Anglais ne sont pas dupes... Dans le Times ce matin : "le Président français espère que l'accueil à Windsor va lui faire du bien à la maison"... Bon alors quand même, sur le fond... "Sarkozy veut fraterniser avec Londres, indique Le Figaro, pour une relance de la coopération trans-Manche"... Libération analyse une "entente cordiale et stratégique"... Et Le Monde précise que "nucléaire et défense seront au coeur des entretiens à Londres"... Mais ce sont les quotidiens économiques qui attendent le plus de choses de cette traversée de la Manche... Dans La Tribune, tout un dossier sur "Paris et Londres pour une Europe de projets"... Parce que, explique le quotidien, "les projets industriels dans la défense sont au point mort"... Alors oui, concède Françoise Crouïgneau dans Les Echos, "la France peut espérer avoir une oreille attentive sur le dossier nucléaire... Mais il faudra plus qu'une visite d'Etat pour s'assurer des contrats prometteurs"... Et pour l'éditorialiste, "il sera difficile, durant cette visite d'Etat, de dépasser le stade des symboles, si forts soient-ils"... Avec tout de même un espoir... Ce commentaire du Financial Times, qui affirme : "Français et Anglais doivent unir leurs forces"... Alors on a évoqué le face-à-face entre Nicolas Sarkozy et Elizabeth II... Il y a un autre face-à-face qui intrigue... celui que La Croix résume ainsi : "Gordon Brown le tenace reçoit Nicolas Sarkozy"... A Londres, le Daily Telegraph note "qu'il est difficile d'imaginer deux caractères plus opposés... Monsieur Sarkozy vit comme si chaque jour était le dernier... Les Ray-Ban et les Rollex n'ont pas de place chez notre austère et ordonné cher Premier ministre... Mais tout de même, ils ont un point commun, les deux leaders, concède Simon Heffer : ce sont les deux garçons les plus impopulaires de l'échiquier politique"... Et dans Charlie Hebdo, Oncle Bernard imagine un dialogue entre le Premier ministre britannique et le Président français... - "Comment ça va avec ton Premier ministre ?", demande Gordon Brown... - "Il gagne les points que je perds", répond Nicolas Sarkozy, "pas de problème : la majorité reste la majorité"... "C'est calme... Depuis 15 jours, pas d'intervention des conseillers du Président... Pas d'initiative du Président lui-même... On entre dans une sorte de routine... Bénie soit Carla"... Devinez qui parle ainsi ?... C'est François Fillon... le Premier ministre devant ses intimes, la semaine dernière, explique Le Canard Enchaîné... François Fillon qui parle plus officiellement dans L'Express, cette semaine... Il y annonce une révision des prévisions de croissance pour 2008... "La prévision du gouvernement se situera entre 1,7 et 2%... Le ralentissement de la croissance appelle une accélération des réformes... mais certainement pas un plan de rigueur", explique le Premier ministre... Pas de plan de rigueur donc, ni d'augmentation des impôts... Des précisions que Libération résume ainsi : "Fillon en pleine crise de croissance"... le journal qui relaie les craintes de Martin Hirsch... craintes que la contrainte budgétaire ne remette en question son dispositif de revenu de solidarité active... Pourtant, note Tonino Serafini, le journaliste de Libération, "le RSA est compatible avec le programme de Nicolas Sarkozy, qui veut encourager 'la France qui se lève tôt', et aussi avec son slogan 'travailler plus pour gagner plus'"... Et puis, pour revenir à cette interview du Premier ministre dans L'Express... cette dernière question de l'hebdomadaire : "A partir de quand un Premier ministre est-il usé ?"... Réponse : "La stabilité est la règle chez tous nos voisins... Je la préconise aussi en France... Mais un Premier ministre est usé quand le Président décide qu'il n'est plus le meilleur pour mettre en oeuvre sa politique"... Vous l'avez noté : la question du pouvoir d'achat est aujourd'hui bien sûr, mais depuis plusieurs mois, en arrière-plan de toute déclaration politique... Eh bien, en écho, cette Une de L'Humanité... "Grande distribution : 4 milliards d'amendes impayées"... Une enquête qui rapporte que "plusieurs enseignes sont poursuivies en justice pour des implantations illégales... L'Etat se montre plus que laxiste dans l'application des lois Royer et Raffarin", note L'Humanité... "Pourquoi l'Etat refuse-t-il d'encaisser 4 milliards d'euros d'amendes dues par la grande distribution pour infraction à l'urbanisme commercial ?"... C'est la question qu'un huissier de justice est allé poser, au début du mois, au ministère de l'Economie et des Finances... un huissier diligenté par l'Association des commerçants indépendants... l'Association qui explique : "Depuis deux ans, huit jugements nous ont donné raison... des jugements que l'Etat ne fait pas appliquer... Les surfaces de vente illicites sont toujours ouvertes"... La journaliste de L'Humanité explique bien qu'en théorie, il est impossible de faire construire et d'ouvrir un magasin de plus de 300 mètres carrés sans autorisation préalable... Sauf que dans la pratique, les autorisations arrivent souvent a posteriori, les commissions d'urbanisme finissant par valider les mètres carrés illégaux... Il n'y a pas que l'Etat qui est responsable... Les élus locaux ne sont pas tout blancs, précise L'Humanité, puisqu'ils détiennent la moitié des votes des Commissions départementales de l'équipement commercial... Malgré cela, les plans locaux d'urbanisme subissent bien des entorses pour permettre aux grandes surfaces de s'installer... Le journal liste des hypermarchés situés en zones sismiques et inondables... d'autres traversés par un pipe-line de gaz... Et sinon ce matin, vous lirez dans les journaux... Quelques retours sur le Parti Socialiste... réuni hier en conseil national à Paris... "Les socialistes retardent l'heure de l'affrontement", résume Le Figaro... Retour également sur le Tibet, la Chine et les Jeux Olympiques... avec la Une de Libération : "A quoi sert Kouchner ?"... Le journal explique : "Du fondateur de Médecins sans Frontières et de l'inventeur du droit d'ingérence, on attendait beaucoup... Mais une fois ministre de Sarkozy, il est rentré dans le rang... notamment sur le Tibet, un combat pourtant cher à son coeur"... Dans Télérama, c'est retour sur Mai 68... "Une révolution à la télévision, à la radio, dans les théâtres", rappelle l'hebdomadaire... qui publie également un entretien avec Daniel Cohn-Bendit, qui invite à "oublier Mai 68... Discuter sans fin sur Mai 68 est une manière d'éviter de parler des problèmes d'aujourd'hui", explique le désormais député Vert du Parlement européen... Et puis, pour finir... On parlait il y a quelques instants "croissance", "pouvoir d'achat", "grande distribution"... Alors sachez que "l'argent fait le bonheur... s'il est dépensé pour les autres"... C'est un entrefilet dans Le Monde... le résumé d'une étude scientifique américaine... où l'on constate que les salariés qui consacrent le tiers de leurs primes à des causes sociales affichent un coefficient de bonheur supérieur de 20% à ceux qui ont tout gardé pour eux...

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.