Quand l'Indépendant racontent l'Aude endeuillée, d'autres journaux célèbrent un héros édifiant. "Service de la patrie, foi au Christ Jésus, sens de l'honneur, don de soi, sacrifice pour une dame". Pour le Figaro, le lieutenant-colonel Beltrame "était animé par l'idéal de l'antique chevalerie française".

Les journaux sont encore dans le deuil de Trèbes et Carcassonne...

Et ce deuil prend une dimension religieuse ce matin dans ce qui est pour certains le martyre d'un soldat chrétien... On lit dans l'Indépendant ces mots du prophète Isaïe, lus hier en l'église Saint-Etienne de Trèbes, lors d'une messe du dimanche des Rameaux devenue un hommage aux victimes... "Le Seigneur m'a donné le langage pour que je puisse d'une parole soutenir celui qui est épuisé »

Mais le langage diffère entre les journaux comme les images diffèrent et ce n'est pas anodin. 

On voit ainsi à la Une de l'Indépendant, de Midi libre, de la Dépêche, des familles éplorées sortant de l'église de Trèbes, "la douleur" est le titre de l'indépendant, et on parle dans les journaux occitans d'un village et dune région touchées, et des habitants qui vont vivre ensemble demain... Et on fait de la place dans l'indépendant à la communauté musulmane locale venue hier à l'église... 

Le Figaro et la Croix, eux montrent à la Une le seul Arnaud Beltrame, au garde-à-vous et devant un drapeau tricolore dans le Figaro, "un héros français", et on a ainsi une autre narration, non plus la communauté frappée, mais un homme exalté en exemple édifiant.

Car ce soldat avait la foi, il avait rencontré le Christ à 33 ans,  la Croix publie le témoignage du père Jean-Baptiste, chanoine de l'abbaye de Lagrasse, qui avait accompagné Arnaud Beltrame et son épouse, Marielle, "rencontrée après un pèlerinage à Sainte Anne d'Auray où il avait demandé à la vierge Marie de rencontrer la femme de sa vie..." 

Ceci rend une vérité à l'homme Arnaud Beltrame... Mais le père Jean-Baptiste poursuit et extrapole.

"En se livrant à la place d'otages, il est probablement animé avec passion de son héroïsme d'officier. Mais il me semble que seule sa foi peut expliquer la folie de ce sacrifice (...) je crois que seule une foi chrétienne animée par la charité pouvait lui demander ce sacrifice surhumain."

Et il y a dans ce "je crois" d'un religieux une idée que l'on retrouve sans nuance dans le Figaro. L'éditorial du journal dit ceci... "Il a voulu être digne du Christ, de sa Passion et de son admirable message.» 

et c'est la tonalité du journal... "Service de la patrie, foi au Christ Jésus, sens de l'honneur, don de soi, sacrifice pour une dame:  le lieutenant-colonel Arnaud Beltrame était animé par l'idéal de l'antique chevalerie française", écrit un journaliste du Figaro littéraire... 

Littérature ou idéologie... quand le héros français est un chevalier chrétien tué par un terroriste qui citait le coran...

Mais ce n'est pas la seule lecture des attentats de l'Aude... 

Et les journaux peuvent contredire leur éditorialiste... Dans le Figaro, un ancien compagnon d'armes d'Arnaud Beltrame raconte  son souvenir du jeune aspirant côtoyé il y a 21 ans, au 35e régiment d'artillerie parachutiste de Tarbes. 

"À la popote, le soir, nous aimions discuter de philosophie. Nous avions parlé de la phrase d'Horace : il est doux et glorieux de mourir pour la patrie. Je lui avais dit: mourir pour la patrie à Verdun, non tout de même. Il avait répondu: à partir du moment où il y a une légitimité humaine, ce n'est pas inconcevable de mourir pour quelqu'un. À 24 ans, il avait déjà cette force d'âme.»

Cette force d'âme était antérieure à la conversion du militaire, et l'absolu était en lui avant la foi... Qu'est ce qui nous commande au moment crucial? Dans la croix encore, la philosophe Cynthia Fleury évoque les mystères du courage..: « d'abord un acte raisonnable » dit-elle, Arnaud Beltrame "n'était pas inconscient, il était entraîné, il a agi en pleine connaissance de ses capacités."

Comment célébrer un héros? On est frappé aussi ce matin, de voir  la presse, dans les régions, titrer tantôt sur les femmes dans l'industrie, la Montagne, parfois sur "les nouveaux garde-champêtres", le Berry républicain... Bref, la vie qui continue... Jusqu'au Parisien qui raconte les guerres d'Anne Hidalgo pour conserver paris... 

Libération et l'Humanité mettent en Une les manifestations de Washington contre les armes à feu pour trouver l'espérance dans des portraits des jeunes américains...  Libération est aussi allé à la cité Ozannam de Carcassone d'où venait le terroriste de Trèbes...  L'Humanité ne dit pas un mot de la foi du gendarme, et cette absence est aussi curieuse que la narration édifiante des confrères...  

Curieuse aussi, l'indignation que l'Humanité consacre à l'université de Montpellier, où un commando a délogé des étudiants grévistes jeudi soir. L'affaire est sérieuse, mais c'est le titre de l'Humanité qui frappe: "Peste brune à la fac de Montpellier" et cette emphase est étrange ce matin, quand une autre peste vient de tuer, à Trèbes et peut être ailleurs...

Vendredi dernier, une autre personne est morte, une vieille dame prénommée Mireille qui avait 85 ans. Elle a été découverte dans son appartement incendié à paris, portant la trace de coup de couteaux.  Elle était juive et avait survécu à la rafle du Vel d'hiv...  C'est raconté brièvement sur le site du Monde, du figaro et de l'Alsace... mais sur internet, dans des sites proches de la communauté juive, la certitude d'un crime antisémite est palpable... C'est un autre décalage.

Et le calvaire d'une femme est raconté dans l'Equipe...

Miriam, ex compagne d'un footballeur professionnel en activité, dont on comprend l'origine africaine mais dont le nom est caché: le nom d'un tortionnaire. "Ce n'était pas de petites gifles mais des coups de poings dans le ventre, sur le visage, partout",   titre l'Equipe qui  ne s'arrête pas à ce témoignage anonyme... Mais fait la liste des violences conjugales connues dans le football français.  "Battez vos adversaires au lieu de battre vos femmes" ont lancé ce mois ci les supporters de Lens -deux joueurs impliqués depuis l'automne dernier- à leurs ex idoles.. 

Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.