Un village du Groenland face au réchauffement climatique dans le Monde. Jimmy, black bloc à lui tout seul, va en prison, la République du Centre, France Bleu. Nice matin se relève de Xi Jinping, la Dépêche fête Airbus (qui est, pour une fillette de Lavaur, un bienfaiteur). Comédie d'amour pour Karim, autiste, les DNA.

On parle de chiens de traineau ce matin... 

Qui me regardent depuis le Groenland sur le site du Monde, et cette image est mon exotisme ce matin, bien loin de nous tant de paix encore, à Oqaatsut  devant la banquise, 29 habitants dont neuf, et chaque matin, Nuka Ollsen au visage lunaire évalue la dureté de la glace, le vent du Nord l'a-t-il suffisamment durcie pour que l'on sorte les traineaux, Steen Gabrielssen, qui est une boule de muscles, préfère lui pêcher, la glace n'est plus sure, et les eaux sont libres désormais, et voilà donc une nouvelle histoire de réchauffement climatique, quand la calotte glaciaire fond , mais pour une fois, c'est moins la catastrophe qu'on lit dans le monde, mais la force et la douceur des hommes et des femmes, de Berteline qui a 80 ans et s'en va tous les jours ou presque creuser un trou et pêcher dans ce qui reste de banquise, et Oqaatsut qui connait les moto-neiges et les hélicoptères, j'en vois un qui vole pas loin des chiens de traineaux, connaitra aussi le changement du climat, on en est apaisé... Et j'envie ce sentiment d'éternité quand je lis dans la voix du Nord, le désarroi de nos pêcheurs à pied... Les moules disparaissent dans le boulonnais,  les rochers sont vides, on ne sait pas pourquoi et c'est désespérant.

Dans le Monde encore, on me raconte ce que la vertu nous promet, ce que nous serons en 2050 quand la France sera un pays neutre en carbone, de voitures électriques et de maisons partagées à plusieurs familles, qui mettront en commun cellules photo voltaïques et petits potagers, sommes nous tentés, au pays de l'individualisme, ou sentirez-vous, lisant le Monde, l'angoisse du bonheur qui vient?

Pour l'instant, l'individu reste maitre, les transitions sont chaotiques. La Provence s'esbaudit de l'anarchie des trottinettes électriques à Marseille, la Dépêche raconte comment vélos et scooters et trottinettes et piétons se disputent l'espace toulousain, le Parisien recense les amendes que risquent à paris les cyclistes, qui doivent tendre le bras quand ils tournent, et doubler les voitures à gauche. essayez.

Loin des villes de cyclistes, remue la France des solitudes. La République du centre et le site de France bleu me parlent de Jimmy, qui a 34 ans et qui roulait trop vite samedi dernier, les gendarmes l'ont arrêté, ils ont  voulu voir son triangle de sécurité et ont découvert dans son coffre une fronde, des billes de métal une batte de base ball en acier, qu'il avait fabriqué lui-même:  Jimmy est soudeur, et il se dit Black bloc, black bloc à lui tout seul, black bloc dans la pensée dit-il en garde à vue, le black bloc de Bou, son village... Il a pris 10 mois dont 6 fermes et sa maman a pleuré... Samedi me dit le site ce France bleu, il devait rejoindre un homme rencontré sur un barrage, pour aller casser de la vitrine au mans, sans doute, en soutien des forains.  

On parle de Chine également. 

Et l'Arc de triomphe se faufile à la une du Financial times avec deux couples heureux, Brigitte et Emmanuel Macron, Xi Jinping et Mme Peng Liyuan, et le FT titre sur notre "deal Airbus", qui est un coup, "a blow", pour Boeing... Voilà ce que nous sommes ce matin, le pays où la Chine a acheté des avions et humilié un avionneur américain... "C'est Xi le patron", titre en une libération qui expédie notre beau contrat Airbus d'une phrase et préfère raconter raconte la stratégie chinoise en Europe, et ses ingénieurs qui en Croatie construisent un pont qui reliera Dubrovnik, perle de l'Adriatique, au reste du pays, pour contourner une scorie de l'histoire; une bande de terre qui appartient à la Bosnie, et dont les postes frontières provoquent des bouchons... 

Chacun, en ce bas monde voit la chine à sa porte. Pour Nice Matin, le passage de Xi Jinping restera le souvenir d'immenses nuisances et de grands embouteillages et, de deux-roues mis en fourrière. Pour la Dépêche, évidemment, c'est Airbus, à la une et en détails... Airbus qui dans le journal est un bienfaiteur. A Lavaur, pour Lou qui a 9 ans et qui est né sans son avant-bras des salariés d'airbs ont fabriqué une prothèse si chouette et en titane qu'à l'école on l'envie...

Voilà des histories qu'on recherche, d'instinct, comme pour se protéger du mal qui rode et déchire les innocents. StreetPress publie une enquête horrible sur les violences sexuelles que subissent des femmes autistes, qui ne sachant pas communiquer sont la proie des prédateurs... 

Et cette vulnérabilité des handicapés peut vous tordra le coeur, aussi de poésie. 

Et les aveux de Cesare Battisti pour finir...

L'ancien terroriste italien qui a reconnu les crimes pour lesquels il avait été condamné... Dans l'Obs, un ancien magistrat italien, Armando Spataro, autrefois chef du pôle antiterroriste, acte tranquillement cette reconnaissance de l'Etat de droit italien, et dit ceci: "J'espère que cela change quelque chose pour ceux qui ont soutenu avec obstination que Battisti était un innocent persécuté. Je pense surtout à l'intelligentsia française qui, encore récemment, a continué à soutenir la thèse de l’erreur judiciaire, sans connaître les faits, sans s'informer le moins du monde. J’espère que, pour ceux-là, la confession de Battisti changera quelque chose et qu'ils reconnaîtront qu’ils se sont trompés." Que ce texte soit sur le site d'un grand journal de gauche n'est pas indifférent. Nous sommes le pays, qui ce matin, d'Italie, reçoit une leçon. 

L'équipe
Contact
Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.