Mission accomplie... Ce matin, en Chine, la délégation française annonce avoir signé 20 milliards d'euros de contrats... L'objectif initial, c'est d'arriver à au moins 10... Mission accomplie donc... Sauf qu'on va jouer les rabat-joie... Avec une question du style... "Faire des sous, c'est bien, mais à quel prix ?"... "La prudence du VRP Sarkozy"... C'est la Une de L'Est Républicain ce matin... Le journal explique que le Président "a certes interpellé son homologue sur la peine de mort, l'environnement et les taux de change... mais qu'il a été d'une prudence de chat sur les sujets qui fâchent"... "Notre amie la Chine ?", s'interroge Libération ce matin... en soulignant que c'est un pays "indifférent aux droits de l'homme, et dont les méthodes économiques restent contestables"... Alors bon d'accord... Nicolas Sarkozy a mis "la Chine face à ses responsabilités"... C'est Les Dernières Nouvelles d'Alsace qui rapporte que le Président français "a appelé la Chine à respecter l'environnement, à s'impliquer davantage sur la scène internationale, et à réévaluer sa monnaie"... "Monnaie, relations commerciales, environnement... Birmanie aussi... Voilà ce dont on a parlé lors du dîner franco-chinois hier"... C'est ce que rapporte Le Figaro ce matin... avec ce commentaire de l'Elysée : "Ce dîner de deux heures s'est déroulé comme une partie de ping-pong, mais sans smash, entre deux partenaires prenant plaisir à échanger"... Alors oui... "On appelle ça la realpolitik, concède Laurent Joffrin dans Libération... Et on peut espérer que les échanges vont finir par assouplir ce régime, et permettre des réformes politiques"... Mais l'éditorialiste rappelle que ce qui a été efficace avec l'ancien empire soviétique, c'était de faire du commerce tout en soutenant les dissidents... Et note qu'aujourd'hui, Nicolas Sarkozy est resté, dans cet exercice, d'une exemplaire timidité... Alors en même temps, Patrick Fluckiger, dans L'Alsace, remarque que "les relations de la France avec la Chine sont normalisées depuis le général de Gaulle, qui les a placées sous le signe du pragmatisme... Paris reconnaît la souveraineté de Pékin sur le Tibet... se prononce pour la levée de l'embargo sur les armes... ne parle pas officiellement aux dissidents de Taïwan... Les divergences se traitent avec respect, et avec un certain fatalisme aussi"... Le fatalisme, c'est Patrice Chabanet, dans Le Journal de la Haute-Marne, qui le résume ainsi : "Business is business : le Parti Communiste au pouvoir sait que les investisseurs étrangers n'ont jamais été gênés par l'absence de démocratie en Chine, ni par les milliers de condamnés exécutés chaque année"... Alors quand même, dans La Croix... "Les associations de défense des droits de l'homme font entendre leur voix"... Elles ont appelé Nicolas Sarkozy à dénoncer les violations systématiques des droits de l'homme en Chine... des associations qui ont rappelé au Président français, avant son départ, le rapport d'Amnesty International, publié en août dernier... qui évoquait les détentions arbitraires de plus en plus nombreuses et le nettoyage de Pékin avant les JO... Alors donc, dans son déplacement présidentiel, Nicolas Sarkozy a emmené une quarantaine de chefs d'entreprise, et 7 de ses ministres et secrétaires d'Etat... sauf qu'il a oublié celle des Droits de l'homme... Rama Yade n'est pas du voyage... Et cette absence a du sens pour beaucoup de vos journaux... Jean-Michel Helvig, dans La République des Pyrénées, ne comprend pas qu'on ait éliminé Rama Yade et emmené Rachida Dati... "Cette dernière est à la tête d'un ministère qui a peu affaire avec les relations franco-chinoises... La Chine n'est pas dans la carte judiciaire... une carte judiciaire dont la réforme agite les professions de justice et les élus locaux... La première grève nationale du secteur de la justice aura lieu le 29 novembre... On aurait voulu faire preuve de désinvolture qu'on ne s'y serait pas pris autrement", juge l'éditorialiste... Mais bon, revenons à la Chine... et à l'absence de Rama Yade... Le Parisien-Aujourd'hui en France tente une explication... Si la jeune secrétaire d'Etat n'est pas en Chine, c'est parce qu'il y a justement une rivalité entre elle et Rachida Dati... Toutes les deux cultivent leur assiduité auprès du Président... Le journaliste du Parisien explique qu'à l'origine, la présence de Yade en Chine était bien programmée... Mais selon certaines sources, Dati n'aurait pas vu sa présence à Pékin d'un bon oeil... Dans Le Figaro, l'Elysée explique qu'il est ridicule de gloser sur cette absence... et que Nicolas Sarkozy peut bien porter à lui tout seul le dossier des droits de l'homme... Le Figaro qui rapporte aussi qu'Alain Delon fait partie des absents remarqués... L'acteur, qui est une star en Chine, a été oublié... "Le Président l'avait invité il y a longtemps, mais nos services n'ont pas fait suivre... C'est une maladresse de notre part", regrette l'Elysée... Les droits de l'homme... Pas besoin d'aller en Chine pour dénoncer leur non-respect... On peut s'arrêter en Russie aussi... C'est ce que fait la presse européenne ce matin... "Protestations, manifestations et arrestations : la Russie se prépare aux élections", titre The Independent... "Poutine rappelle qu'aucune opposition n'est tolérée", dénonce Le Soir... Et dans Le Courrier de Genève, "le Kremlin montre les crocs"... Alors, en fait... "Le maître du Kremlin accentue la chasse aux 'chacals"... Les "chacals", en langage Poutine, ce sont les opposants... C'est Le Figaro qui l'explique... puisque des centaines de manifestants, dont plusieurs candidats aux législatives de dimanche prochain, ont été interpellés ce week-end... Parmi ces opposants : Garry Kasparov, l'ancien champion du monde d'échecs... Arrêté samedi, il a été condamné hier à 5 jours de prison... Libération en fait son homme du jour... "Kasparov, case prison"... Le leader de l'opposition dénonce "un régime dictatorial, pourri et corrompu, qui va s'effondrer d'ici deux ans"... En attendant, analyse Jacques Camus dans La République du Centre, "en Russie, malgré Kasparov, la démocratie est échec et mat... Et les protestations venues hier de l'Europe ou des Etats-Unis ne feront que renforcer le discours nationaliste de Vladimir Poutine"... Alors ça, c'est le fleuron de l'industrie européenne... On parle d'Airbus... Et figurez-vous que ce matin, vos journaux rapportent qu'Airbus pourrait bien aller se faire produire aux Etats-Unis... C'est l'hebdomadaire allemand Focus qui s'interroge... "Bientôt une production aux USA ?"... et qui explique qu'en fait, la menace vient de la crise du dollar... Et du coup, cette information fait la Une de La Tribune... "Euro fort : Gallois craint pour la survie d'Airbus"... Le patron d'EADS Louis Gallois explique que le niveau élevé de l'euro face au dollar menace l'existence même de l'avionneur, et que donc Airbus pourrait délocaliser sa production vers la zone dollar... La Tribune qui rapporte aussi que les syndicats s'inquiètent... Pour eux, les propos de leur PDG ont vocation à préparer psychologiquement à un transfert de charges... Mais eux, ce transfert, ils le voient plutôt en Chine... la Chine dont le Président Sarkozy devrait ramener une grosse commande... Et puis, dans Focus, il y a également cette information... un document interne que s'est procuré le magazine... et où on apprend qu'Airbus envisagerait de faire passer le temps de travail des salariés allemands de 35 à 40 heures... Ce serait là aussi une manière de lutter contre le dollar faible... "Surcroît de travail sans ajustage de salaire", résume donc Focus, puisque cet allongement de la semaine se ferait sans augmentation de salaire... Et sinon ce matin... Eh bien vous lirez que "une cité s'embrase"... C'est en Une d'Aujourd'hui en France-Le Parisien... On parle bien sûr de Villers-le-Bel, où deux adolescents ont été tués hier dans une collision entre leur moto et une voiture de police... un drame qui a provoqué une flambée de violence... Dans L'Humanité... gros plan sur le Traité simplifié européen... Le journal affirme produire "les preuves de l'escroquerie"... et propose une comparaison du texte rejeté par les Français en 2005 et du nouveau Traité modifié... L'Huma qui constate, accablé : "rien n'a changé"... Et puis, un peu partout dans la presse ce matin, on s'intéresse à l'égalité hommes-femmes... On parle d'égalité professionnelle... Une conférence sur ce thème se tient aujourd'hui au ministère du Travail... Et du coup, eh bien vos journaux tentent de faire le point... Les Echos rappelle qu'aujourd'hui encore, l'écart des salaires entre hommes et femmes, dans le privé, est en moyenne de 19%... et que, du coup, le gouvernement envisage des sanctions financières... Dans Libération : "toujours moins pour les femmes"... Un tableau de la France du travail... une France encore bien sexiste... où le chômage féminin est plus massif que celui des hommes... où 80% des salariés à temps partiel sont des femmes... Et puis, dans La Tribune, un entretien que je vous conseille, avec la philosophe Elisabeth Badinter... qui explique comment la crise a été une tragédie pour l'égalité des sexes... "Comme il n'y avait plus assez de travail, on a incité les femmes à rester à la maison, en pensant que c'était plus pénible pour un homme d'être au chômage que pour une femme"... Et pour finir... l'égalité dans la critique... Dans Libération, Christine Lagarde est une "carpette anglaise"... La ministre de l'Economie a reçu hier ce prix... un prix décerné par un groupe d'écrivains à une personnalité pour son soutien à la langue de Shakespeare au détriment de celle de Molière... Christine Lagarde, "carpette anglaise 2007", s'est vu reprocher de communiquer avec ses services en anglais...

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.