(Patrick Cohen) Dans la presse ce matin : assis par terre comme ça

(Bruno Duvic) Il y a des jours où il n'y plus que cela à faire.

Commençons avec le texte d'un collectif d'enseignants chercheurs dans Libération . Texte publié alors que les assises de l'enseignement supérieur s'ouvrent aujourd'hui à Paris.

Ce collectif a pris le pseudo de Marc Sympa. Voici donc la vie quotidienne de Marc Sympa, maître de conférence en sociologie dans une grande université de banlieue

« Il arrive à 7h50 salle 318, bâtiment D. Pour le repérer quand il entre, c'est facile, il est encadré par une rangée de containers et de poubelles. Il allume les néons, l'un d'entre eux a lâché. Pas de différence de température entre dedans et dehors. Une fenêtre est cassée, un store est pendant. Les étudiants arrivent.

  • Ca caille !

  • Vous en faites pas, vous allez vous réchauffer en allant chercher des chaises. Je déteste quand vous êtes par terre autour de moi.

  • Mais pourquoi on est 80 en TD dans une salle de 20 ?

  • M'sieur, sérieux, on pas prendre des notes avec des gants !

  • Vous avez raison, je vais essayer de trouver une autre salle.

Ils ont de la chance : dans son université à partir du 1er novembre, ils allument les 2/3 des chauffages. Ce n'est plus le cas partout. »

Ce ne sont que les deux premières colonnes de ce texte intitulé "Vis ma vie d'enseignant chercheur en France". Le collectif fait de la loi sur l'autonomie des universités, l'une des responsables de cette situation lamentable. Les assises de l'enseignement supérieur doivent aboutir à un projet de loi discuté au parlement l'année prochaine.

La 28ème campagne d'hiver des restos du coeur commence aujourd'hui

Les restos et les personnes qui les fréquentent, c'est un baromètre de la pauvreté en France. On le sait, on y croise beaucoup de femmes, avec ou sans enfants.

La Croix insiste sur la précarité dans les campagnes.

Le Parisien Aujourd'hui en France s'intéresse aux seniors, toujours plus nombreux à fréquenter les centres, pas forcément en proportion, mais en quantité.

Témoignage de France, elle a 60 ans. Elle raconte une vie dans lesquels les coups non pas manqué. Enfant de la Ddass, elle a eu deux garçons handicapés. France a commencé à travailler comme infirmière à 16 ans. On m'a répété : "Travaillez, quand vous serez vieux vous serez récompensés."

Elle a raccroché il y a douze ans pour s'occuper de ses deux fils.

"J'appartiens à une génération qui n'est pas habituée à être aidée. N'avoir rien ou presque à 60 ans, c'était impensable pour moi."

C'est ce que souligne Olivier Berthe, le président des Restos du cœur. "Les seniors évitent plus longtemps que les autres de venir chez nous. Ils sont moins mobiles et pour des raisons de pudeur. On peut craindre que leur situation s'inscrive dans le long terme. Les jeunes, on peut travailler avec eux, tout faire pour qu'ils ne viennent plus nous voir. Les seniors n'ont plus l'âge pour un retour à une activité professionnelle."

Assis par terre, les militants de l'UMP...

Par terre, c'est là qu'est leur parti. Quelques titres après les derniers épisodes de cette nouvelle mouture de « Six feet under » la série sur les croque-mort :

"UMP, suicide en direct", en manchette du Figaro.

Après la mort de JR, "UMP ton univers impitoyable" à la Une de Libération .

Les sources d'inspiration vont donc de Dallas à Lucky Luke en passant par Laurel et Hardy. Les deux rivaux sont rebaptisés Stan Copé et Oliver Fillon par Didier Pobel sur son blog.

Alors il faut revoter. C'est l'appel d'Yves Thréard dans Le Figaro et de François Régis Hutin dans Ouest France . Mais qui doit revoter ? Dans Le Télégramme Christine Clerc appelle à ouvrir le scrutin aux sympathisants, ce qui avait été fait pour les primaires au PS.

« Les seuls militants sont-ils les détenteurs de la démocratie ? », se demande l'éditorialiste. «L'UMP c'est 300.000 adhérents sur les plus de 17 millions d'électeurs qui ont voté Sarkozy. »

Et voilà que « Sarkozy s'en mêle », titre Le Parisien qui révèle que l'ancien président déjeune aujourd'hui avec François Fillon.

On attend l'enquête qui racontera par le menu ce dimanche 18 novembre où l'UMP a ouvert le gaz. On doit se contenter de témoignages d'adhérents, pour l'instant. Comme celui de Marie-Constance, adhérente de la première circonscription des Landes : "Je connais des gens qui avaient des procurations Fillon qui se sont présentés le dimanche matin, on leur a dit que le bureau de vote avait été déplacé dans la nuit à une heure de route"

A part ça les municipales de 2014 se préparent. Et revoilà qu'on parle sérieusement de Bernard Tapie à Marseille. Enquête de Laurent Mauduit sur Mediapart . Il affirme être alimenté par de très bonnes sources. Bernard Tapie se dit intéressé par une participation dans les journaux du Sud du groupe Hersant (La Provence , Nice Matin , Corse Matin , Var Matin ). Ce serait la première étape de la conquête de Marseille. « Et dans cette aventure, écrit Laurent Mauduit, Bernard Tapie dispose d'un appui tout à la fois discret et déterminé, celui de Jean Louis Borloo. »

Le débat du jour : nationaliser ou pas Mittal.

Mittal, 20.000 salariés en France qui n'ont pas envie de s'asseoir par terre. « Montebourg ne veut plus de Mittal en France », titre Les Echos . Plus que quelques jours pour trouver un repreneur au site de Florange. Le Ministre envisage une nationalisation transitoire. Dans Les Echos , Nicolas Barré y est plutôt hostile : ce n'est pas la solution de long terme. L'Humanité est pour : le gouvernement joue sa crédibilité dans ce dossier, selon L'Huma , face à un groupe qui utilise les aides publiques pour gonfler les dividendes et a foulé tous les engagements pris en 2006.

Quoi d'autre dans la presse, Bruno ?

La sirène qui retentit chaque premier mercredi du mois à midi. Au delà de ces essais, le système hérité de la seconde guerre mondiale sert en cas de catastrophe naturelle ou industrielle. Selon Le Parisien , dans certaines communes, les sirènes sont réduites au silence faute d'entretien. Un conflit oppose le ministère de l'intérieur et France Telecom-Orange. Selon un contrat tacite, l'entreprise est chargée de l'entretien des sirènes, mais elle n'assure plus le service depuis l'année dernière. L'affaire est sur le bureau du conseil d'Etat.

Carla Sarkozy à la Une du Vogue de décembre. L'ancienne première dame est plutôt favorable au mariage et à l'adoption pour tous. "J'ai beaucoup d'amis qui sont dans ce cas là, je ne vois rien d'instable ou de pervers dans les familles homoparentales"

Et puis on trouve décidément de tout en mer. Vincent Riou, 7ème abandon dans le Vendée Globe. Collision avec une bouée métallique, qui vient peut être d'un champ pétrolier, à 500 miles des côtes brésiliennes.

Dans Libération , Jean-Louis Le Touzet imagine le retour piteux du marin sur ses terres. "Au fond, c'est quoi un abandon ? C'est le retour au village désert. Un gros bourg breton raboté par les vents de décembre. La tête dans le caban, direction le tabac de la place de l'église, où passe un fourgon mortuaire. Le tabac sent le chien mouillé, Riou met son caban à la patère. Une bagnole passe en débrayant dans la côte du bourg. Il se dit que s'il n'avait pas rencontré cette foutue bouée de merde, il serait aux Kerguelen. »

A demain

L'équipe
Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.